Magazine Régions du monde

Oeil pour oeil ?

Publié le 29 juillet 2008 par Annegaellerico

J’ai passé les deux derniers jours à arpenter les quartiers musulmans, les temples hindous, et les marchés, sans remarquer de tensions particulières. Tout le monde semble persuadé que la ville sera la prochaine cible, pourtant Bombay continue de vivre, bruyamment, sous les pluies torrentielles de la mousson. Quelle meilleure réponse à la barbarie ?
Si l’angoisse n’est pas palpable, la colère l’est néanmoins. “Ces terroristes sont des assassins, qui tentent d’attiser la haine entre des communautés qui, jour après jour, se respectent ou au moins se tolèrent”, fulmine Ahmet, marchand de fruits dans la partie musulmane de Bazar road. Après un week end noir, l’Inde panse ses plaies et prie pour que le pays ne s’embrase pas.

Samedi, la ville d’Ahmedabad, capitale économique de l’État du Gujarat (juste au nord de l’État du Maharashtra, dont Bombay est la capitale), a été la cible d’attaques terroristes : 16 bombes en 35 minutes. Au moins 49 morts, 160 blessés.

Vendredi, c’est Bangalore, la Sillicon valley indienne qui avait été visée : 7 bombes ont explosé dans des arrêts de bus, des marchés. 3 morts et 23 blessés. Les lieux publics : universités, cinémas et centres commerciaux ont été immédiatement fermés. Toutes les grandes villes indiennes sont en alerte.

Deux séries d’attentats en deux jours, une méthode similaire, les autorités semblent convaincues qu’un seul et unique groupe est responsable. Les engins explosifs étaient artisanaux, de faible intensité, mais lestés de ferraille pour optimiser les dégâts, et toujours placés dans des lieux publics, histoire de faire un maximum de victimes.

Les attentats d’Ahmedabad ont été revendiqués par un mouvement islamiste quasi-inconnu, les Moudjahiddines Indiens (MI), émanation du Mouvement des étudiants musulmans d’Inde (SIMI) et du Lashkar-e-Toiba (LeT), qui avaient également revendiqué les attentats de Jaipur en mai dernier.

L’email qu’ils ont envoyé aux chaînes de télévision quelques minutes avant la première explosion dans le Gujarat suggère qu’ils se vengent des émeutes interconfessionnelles qui ont ensanglanté cet État en 2002. Un train de pèlerins hindous avait été brûlé (58 morts) provoquant de véritables pogroms antimusulmans, 2500 personnes avaient été assassinées.

Le chef du gouvernement de l’État, Narendra Modi, qui porte les couleurs du parti extrémiste hindou, le BJP (Bharatiya Janata Party) est accusé d’avoir fermé les yeux et même encouragé les massacres. L’enquête, sommaire, a conclu à une désastreuse mais spontanée irruption de violence et seules 13 personnes ont été condamnées.

Or en mars dernier, Ce radical (pour ne pas dire fou furieux) a été triomphalement réélu pour la troisième fois. Samedi il a immédiatement réagi : “Les ennemis de la nation ont souillé et ensanglanté la terre du Mahatma Gandhi (qui est né au Gujarat et y a fondé son premier ashram). Les terroristes poursuivent leur guerre contre l’Inde. Tuer des innocents est un type de crime contre l’humanité. Tous ceux qui croient en l’humanité devraient se préparer à une longue guerre pour la paix”.

Chronologie des attentats les plus meurtriers ces dernières années en Inde :

Plus de 80% de la population indienne est hindoue, soit plus de 878 millions de personnes. Les musulmans sont une “minorité” mais avec 138 millions de fidèles (12% de la population), l’Inde est les troisième pays musulman au monde (après l’Indonésie et le Pakistan). La plupart du temps, les communautés vivent en bon voisinage mais une étincelle suffit parfois à embraser les foules.

  • 13 mai 2008 : 60 morts et de plus de 150 blessés à Jaipur
  • 25 août 2007 : 43 personnes tuées et 70 autres blessées par deux explosions à Hyderabad
  • 18 mai 2007 : 10 personnes tuées et des dizaines d’autres blessées lors d’un attentat perpétré dans le train reliant Lahore à Samjhauta
  • 8 septembre 2006 : 38 morts et 100 blessés dans 3 explosions dont une dans la mosquée de Malegaon
  • 11 juillet 2006 : 186 personnes tuées et plus de 800 blessés dans les trains de Bombay
  • 7 mars 2006 : 28 morts et 62 blessés dans la ville sacrée de Varanasi (Bénarès)
  • 29 octobre 2005 : 60 morts et plus de 200 blessés à New Delhi
  • 24 septembre 2002 : 31 personnes tuées dans un temple du Gujarat
  • 27 février 2002 : une explosion dans un train fait 58 morts, des émeutes éclatent. 2500 personnes massacrées
  • 13 décembre 2001 : 14 personnes sont tuées dans une attaque perpétrée contre le Parlement
  • 1er octobre 2001 : 40 personnes tuées dans une attaque contre le parlement du Jammu-et-Cashemire
  • 1992 : La destruction de la mosquée d’Ayodhya provoque des émeutes à Bombay. Au moins 2000 morts.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Annegaellerico 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog