Magazine Finances

Ouragan dans le monde bancaire (II)

Publié le 08 octobre 2008 par Cabinetal

La britannique Northern Rocks a été victime d'une panique bancaire. Bien que pas engagée sur le marché « subprime », ses déposants ont pris peur et ont retiré leurs avoirs. La banque a alors manqué de liquidité, qu'elle n'a pu retrouver ailleurs !

Fannie Mae et Freddie Mac sont des organismes de refinancement interbancaire. Créés à l'initiative de l'Etat US (respectivement en 1938 et en 1970), ils ont (avaient ?) une quasi-mission de service public. En achetant les crédits immobiliers des banques, ils leur permettent d'accorder de nouveaux crédits. Au total, leurs encours ont dépassé les 5000 milliards d'euros. Eux-mêmes se refinancent par une « ligne » de trésorerie à taux réduit garantie par l'Etat, et aussi par titrisation ... dont l'absence de liquidité, jointe aux pertes, les a conduits à l'asphyxie.

Même topo pour la Lehman Brothers ... Le refinancement de cette banque d'investissement passait par la titrisation et par emprunts interbancaires, qui se sont asséchés ... Même topo encore pour l'assureur AIG. Disposant d'importantes masses de liquidité générées par son activité, il les a replacées en titres adossés sur des financements immobiliers, ce qui lui a coûté 13 milliards de pertes ... Et la liste n'est pas finie. Aussi, pour enrayer la casse, le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn a proposé une solution qui, si elle était appliquée, redonnerait des liquidités aux banques tout en leur laissant à terme prendre en charge le coût du risque.

Restent 3 questions

1) A qui la faute ? A l'unanimité, les banques ont été désignées, bien sûr. C'est vrai ... La mythologie populaire veut que le banquier soit celui qui à la fois surendette les pauvres gens tout en ne prêtant qu'aux riches ... Il est vrai que, distribuant du crédit sans se soucier de leur niveau de fonds propres – c'est-à-dire de leur capacité à assumer les pertes -, les banques d'investissement US se sont montrées particulièrement irresponsables. Mais cette irresponsabilité incombe tout autant à l'Etat. D'une part, la réglementation bancaire ne concerne qu'une partie des banques américaines, faute d'avoir tiré (suffisamment en tout cas) les conclusions des accidents rencontrés dans un passé récent. D'autre part, l'Etat a poussé à l'endettement immobilier : Fannie Mae et Freddie Mac bénéficiaient de crédits bonifiées pour permettre aux banques de prêter toujours plus. Le montant d'encours de ces organismes représente le tiers du PIB américain, 3 fois celui de la France ! Enfin, il ne faut pas non plus absoudre trop vite les emprunteurs qui n'ignoraient pas qu'ils jouaient ... Au final, nous touchons du doigt les limites du soutien à l'économie avec de bas taux d'intérêt.

2) Le système bancaire européen – et français - est il à l'abri ? La réglementation bancaire en Europe est dense. Le niveau des fonds propres est très surveillé par les autorités de tutelle. Il existe une obligation de mesurer, voire de diviser, les risques « par activité économique, par zone géographique ... ». Cependant, les cas des britanniques Northern Rocks, déjà évoqué, et de Bradford & Bingley, de Fortis ou de Hypo Real States démontrent que l'Europe n'est pas à l'abri. Ces banques connaissent des pertes qui conduisent à la méfiance des préteurs et parfois a des « paniques bancaires », les déposants retirant leurs fonds (4 milliards d'euros de dépôt en moins en quelques mois pour Fortis). Les banques françaises enregistrent des pertes importantes sur leurs engagements US, directs ou dans des titres détenus. Cependant, les banques qui souffrent le plus (en tout cas aujourd'hui) sont celles qui sont spécialisées et qui se prennent la défaillance sectorielle de plein fouet. Ou simplement la méfiance : Dexia, banque franco-belge spécialisé dans le crédit aux collectivités locales, a longtemps bénéficié d'un avantage concurrentiel constitué par l'absence de réseau commercial (qui coûte cher). Cet avantage s'est retourné et l'handicape gravement aujourd'hui, car elle dépend des ressources empruntées sur le marché financier, qui se montre très circonspect

Il se trouve que les banques françaises sont plutôt des banques universelles, c'est à dire présentes sur de nombreux créneaux. Et la casse qu'elles ont enregistrée a été épongée par les résultats des autres activités. Elles reposent en outre sur des activités de dépôt, dans un pays qui n'a pas de véritable tradition de « panique bancaire » (I). Les banques d'investissement ou les banques spécialisées sont adossées à ces banques de détail. On se souvient du Crédit Foncier (à l'époque banque publique) qui avait mal vécu la crise immobilière des années 90, ce qui l'a conduit à entrer dans le giron de l'Ecureuil. Certes, les pertes viennent affecter leurs fonds propres. Et qui dit « moins de fonds propres » dit « moins de crédits ».

Ce peut même être la réglementation qui encourage à exclure certains agents de l'accès au crédit. Ainsi, les règles appelées « Bâle II », du nom du groupe de réflexion se réunissant dans cette ville, exigent d'affecter un montant de fonds propres, fonction de la probabilité de défaillance de chaque client. Plus la probabilité de défaillance d'un client est grande, plus la banque doit aligner de fonds propres en face. Aussi, quand ces derniers se font plus rares, on devine comment les économiser. Certains analystes avancent même que la réglementation est devenue pro-cyclique, c'est à dire qu'elle facilite le crédit quand l'économie chauffe et qu'elle le restreint quand l'économie ralentit. Par ailleurs, les excès du consumérisme se retournent aussi contre les clients. Et les banques vont rechigner à prendre des risques puisque toujours considérées comme responsables.

3) Est-ce que la vision comptable des pertes est fiable ? Les règles comptables « IFRS » veulent que les actifs destinés à être vendus soient comptabilisés à leur valeur de marché. C'est un principe de transparence, qui admet cependant une limite. La valeur intrinsèque d'un actif peut se déconnecter de son prix de marché durant des phases de pessimisme marqué, notamment lorsqu'il est illiquide. Dès lors, il est comptabilisé pour une valeur très faible, générant des pertes, valeur qui n'est pas représentative de ce qu'il vaut vraiment. C'est à dire qu'un actif jugé « pourri » n'est peut être pas aussi « pourri » que cela. Cette méthode aggrave la vision de la crise ...

Il reste enfin que les taux du marché monétaire, là où les banques vont chercher chaque jour de quoi équilibrer leur trésorerie, sont élevés, insuffisance de liquidité oblige : plus de 5 % pour le taux à 3 mois. Et quand la matière première est chère, les résultats souffrent.

Faut il réglementer encore ? Le cas américain n'est cependant pas le cas européen, d'autant que la règlementation ne peut tout prévoir. Alors, que faire de plus ? On peut certes accroître les exigences de fonds propres et de division du risque. Mais plus de fonds propres signifie aussi une exigence accrue de profit qui est la première source de fonds propres ! On ne peut rejeter en bloc la titrisation. En revanche, il est nécessaire que celui qui a engagé un crédit en conserve une responsabilité financière. Et il reste enfin que les Etats qui encouragent à l'endettement mesurent également les limites d'une telle politique.

Egalement, méfions nous de la dérive traditionnelle française. Nous sommes dans la situation que rencontrerait un automobiliste. Les USA correspondrait à une absence de code de la route. La France, elle, définirait non seulement le code de la route, mais son habitude interventionniste vous imposerait en même temps le véhicule et 2 chauffeurs, à vos frais jusqu'à la fin de leur vie, qui décideraient du chemin à prendre pour vos déplacements sur des critères leur convenant, et sans que, par ailleurs ils soient meilleurs conducteurs que vous-même. N'oublions pas que les dernières grandes faillites bancaires en France ont été celles d'établissements publics. Quand l'Etat est juge et partie, il sert aussi d'autres intérêts que l'intérêt général.

(I) A cet égard, on peut s'interroger sur l'intention de certains d'organiser une panique bancaire. Ainsi, un journal à sensation affirmait il y a quelques jours de façon très orientée et contestable – sinon franchement inexacte - que l'Ecureuil manquait de fonds propres à cause de la perte de valeur de sa filiale Natixis, filiale à 34 %, oubliant d'ailleurs de citer l'autre principal actionnaire, les Banques Populaires. Dans le même temps, l'Autorité des Marchés Financiers révèle une suspicion de manoeuvres illicites de concurrents pour faire chuter le prix de cette même filiale. Le tout à quelques semaines de la banalisation du Livret A ... Cherchez le « truc » !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Hellboy II

    Je suis un fan de BD, et le premier Hellboy m'avait particulièrement plu. Et là, pour le second, c'est une vraie claque. Ne tournons pas autour du pot : on est ... Lire la suite

    Par  Chezfab
    SOCIÉTÉ
  • Alexis II est mort

    Le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Alexis II, vient de mourir à l'âge de 79 ans, près de Moscou. "Le saint patriarche est décédé dans sa résidenc... Lire la suite

    Par  Micheljanva
    SOCIÉTÉ
  • Le plan de relance, de quoi ! Sarkozy se déplace pire qu'un ouragan

    Hier François Fillon présentait le plan de relance de 1000 travaux, déjà rien d'extraordinaire puisque c'est tout simplement des travaux d'investissement déjà... Lire la suite

    Par  Olive
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Macaron Addict Swap II

    Et voilà la deuxième édition du macaron addict swap. *** Ce swap sera donc un échange de macarons (10 au minimum) + 1 objet loisirs aillant attrait aux... Lire la suite

    Par  Nadège Macaron
    CUISINE, RECETTES
  • De l'invertissement II (Paroles)

    La première partie : ici. II. PAROLES Ah ! Ah ! Je vais parler contre le suicide. Contre l’obligatoire assassinat de soi. Contre le monde qui vient, en somme, e... Lire la suite

    Par  Theatrummundi
    CULTURE
  • Ishtar II

    Encore un petit mot sur la Déesse babylonienne. Pour celles et ceux qui en ont la possibilité et l'envie, on en retrouve un bas relief absolument fascinant, dan... Lire la suite

    Par  Sarhanne
    A CLASSER
  • Savoie et Cuisine II.

    CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR. Papillotes de poisson au safran et petits légumes, avant cuisson. Tian de légumes à la verticale / Aiguillettes de... Lire la suite

    Par  Anne-Laure Bovéron
    PHOTOS, TALENTS

A propos de l’auteur


Cabinetal 75 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines