Magazine Culture

Boire en compagnie de Toulouse-Lautrec. Attention, cocktails explosifs!

Publié le 09 octobre 2008 par Bonamangangu
7c49967072305toulouse_lautrec____montmartre.jpeg

" Alexandre Natanson offre une grande soirée, dans son hôtel du 60, avenue du Bois-de-Boulogne, afin d’ y inaugurer une somptueuse décoration de Vuillard (peintre), dix panneaux peints à la colle. Lautrec s’avise d’organiser cette réception. Il lithographie une invitation en anglais où sont promis, en grosses lettres, des « Americans and other drinks » (boissons américaines et autres). Après quoi, il demande qu’on débarasse plusieurs pièces de leurs meubles ; il y aligne des fauteuils et des tabourets, y installe un bar, remplace les tableaux des murs par des affiches de liqueurs et d’apéritifs. Est-ce une farce que montre Lautrec ? Non, à proprement parler, mais un divertissement où se donneront libre cours sa fantaisie et son humeur railleuse.

25843.jpg

A leur entrée, les invités des Natanson – il en viendra trois cents – ne sont pas peu surpris de voir le peintre tenir la place du barman. Pour la circonstance, il s’est fait raser le haut du crâne, couper la barbe, n’en conservant que deux petites pattes. Sous une courte veste de toile blanche, il a glissé un gilet dont un drapeau américain a fourni l’étoffe étoilée…//..

Toute la nuit, se démenant devant son comptoir, chargé de verres, de bouteilles, de blocs de » glace, de citrons, d’assiettes de sandwichs, d’amandes salées et de pommes de paille, Lautrec secouera des shakers, inventant recettes sur recettes dans un débordement d’imagination, sardonique, cherchant les mélanges les plus violents, les plus propres à enivrer promptement l’honorable société. Ses intentions sont évidentes : ce qu’il veut, c’est soûler cette fine fleur des lettres et des arts, faire perdre leur respectabilité aux respectables, détruire les dignités, arracher des masques.

Henri_de_Toulouse-Lautrec.jpg

Il n ‘y réussit que trop bien. Silencieux, affairé, pas une seconde en repos – plus tard, il se flattera d’avoir servi plus de deux milles verres durant cette nuit – il combine, dose ses explosifs, surveillant l’effet de ses breuvages, guettant le moment où tel monsieur compassé dans son importance sombrera enfin au sein d’une titubante animalité, où il suffira, pour l’achever, d’un dernier drink assassin. Presque personne n’échappe aux ravages des cocktails au gingembre, des « pousse-l ‘amour » et des « huîtres de prairies » du barman Lautrec qui, pour attiser la soif de ses victimes, met à flamber dans un plat d’argent des sardines au genièvre et au porto.

toulouse-lautrec-at the moulin rouge.jpg

 Des imprudents ronflent déjà, qu’on transporte sur les lits et divans des pièces voisines (heureusement prévus par « l’organisateur »). Un éméché qui ne doute plus de sa force ne craint pas de lancer un défi à l’athlétique Alphone Allais, lequel l’étend aussitôt sur le parquet. Les jambes flageolantes, l’impavide Fénéon poursuit, un verre en main, Stéphane Mallarmé, qui, se refusant à « vider l’inquiétant gobelet », fuit à travers les chambres.

Toulouse-Lautrec-4.gif

La tête chauve de Vuillard vire au rouge. Sescau, jouant de son banjo, chante nostalgiquement : « Une petite anguille, un beau matin d’été… » Lugné-Poé se lève et, se cognant aux murs, finit par s’abattre sur une couche, bredouillant d’une voix caverneuse : « Allons travailler ! » 

Derrière son bar, jubilant mais muet – « Don’t speak to the man at the wheel » (Ne parlez pas à l’homme de barre) – Lautrec remue inlassablement les shakers, contemplant, l’œil pétillant d’allégresse, ce champ de massacre. Les invités tombent comme des quilles. Bonnard (le peintre) somnole, s’éveille ; cet homme si sobre, balbutie comme dans un rêve – un rêve de peintre - : «  j’en veux un rose). Demande aussitôt satisfaite. Bonnard chancelle, fait quelques pas, trébuche, s’enfonce dans un couloir, s’affale tout de son long sur le carrelage du cabinet de toilette, le corps agité d’un tremblement et claquant des mâchoires…

Ah ! elle restera dans les mémoires, la réception des Natanson !

Des formes s’entasses un peu partout. Cela ronfle. Cela hoquette. Cela bat les murailles. Il sort des chambres une odeur de tanière.

A l’aube, rendant sa serviette de barman, Lautrec quitte l’avenue du Bois et disparaît dans le matin glacial. »

bordeldesmuses.jpg

Au lendemain de la réunion, son ami Romain Coolus, qu’il surnomme Colette, lui adresse ses vers :

Ah! je comprends que l'on jalouse

En barman ton profil grec,

Extraodrinaire Toulouse-

Lautrec

 

 

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Attention, fragile !

    Transparent, opaque, soufflé, brisé, soudé à chaud... découvert il y a plus de 5 000 ans, le verre n’en finit d’inspirer les créateurs. Lire la suite

    Par  Alexia Guggémos
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Attention tube

    bon ça sent la pub pour une eau gazeuse, ou un tube de l'été mais watch ou quand même...ou comme çatiens ça donne envie d'écouter ça nan ? Lire la suite

    Par  Lexoguil
    CULTURE, MUSIQUE
  • Gabriel de LAUTREC lauréat avec « Les Funèbres »

    Les lecteurs de la première heure (Mars 2007) de Livrenblog, se souviennent peut-être que le Prix du concours organisé par L'Echo de Paris littéraire illustré... Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • Boire de Fabienne Swiatly

    « Si je ne bois plus, serai-je encore moi ? L’alcoolique est celui qui définit toujours l’alcool en termes de consommation et d’abstinence. Pour la plupart des... Lire la suite

    Par  Eparsa
    CULTURE, LIVRES
  • Boire en compagnie de Treclau...

    Nous sommes à Paris en 1900, un an avant sa mort. Treclau change de lieu de résidence, c’est ainsi qu’il signe ses premières toiles (sur injonction de sa famill... Lire la suite

    Par  Bonamangangu
    CULTURE
  • Boire en compagnie de Lautrec: "Teknik de l'assassinat"

    « Allons boire ! » Un feutre rabattu sur les yeux qui pétillent derrière le binocle, Lautrec, en manches de chemise, s’agitant derrière une sorte de comptoir... Lire la suite

    Par  Bonamangangu
    CULTURE
  • Henri de Toulouse - Lautrec : salut l'artiste!

    Pour clore ma semaine avec l’extravagant Treclau, voici une de ses dernières facéties. La maladie le gagne sourdement. Le ton de sa voix se fait grave lors de... Lire la suite

    Par  Bonamangangu
    CULTURE

A propos de l’auteur


Bonamangangu 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine