Magazine Photos

Paris s'endort.

Par Anne-Laure Bovéron

paris_night_55Doucement, Paris glisse sur les feuilles brunies que les platanes abandonnent depuis quelques jours. Des poètes urbains leur dédicacent des tirades à la bombe blanche. Une oraison sur un coin de bitume. Aux fenêtres des tableaux de saison. Orange, rouge, parfois d'une clarté plus franche et quelques ombres. Des lumières chaudes tamisées par les rideaux plus épais que ceux qui volaient au vent, il y a quelques semaines encore, animent les façades des immeubles, le long des boulevards. La tour Montparnasse, avec l'accord tacite des employés, envoie des signaux à la tour Eiffel, en une combinaison de lumières savamment orchestrée le long des étages. Ils n'en finissent plus de vouloir atteindre le ciel. Pourtant ils se perdent dans la nuit. La dame de fer, en guise réponse, balaie le ciel d'un faisceau ravageur et à heure fixe d'une pluie d'éclats scintillants. Elle invite à la fête des Parisiens qui n'y sont plus. Quelques uns s'aventurent sur leurs balcons. Seul le plus souvent. Une lueur rouge au bout d'une main. Un convive aux bras, parfois. D'autres, plus nombreux, observent la vie de la rue derrière leurs carreaux. A leurs pieds, sur les trottoirs, les amants marchent serrés l'un contre l'autre. Les SDF ont commencé à se rapprocher des bouches d'aération de la ligne 4 pour pallier à l'usure de leurs manteaux. Ils traînent dans leurs sillages, radio de fortune et sacs plastiques déglingués contenant, tant bien que mal, leurs trésors. Certains campent à côté de baraque à crêpes qui se moquent des saisons. Des odeurs, mais aussi de la chaleur et des néons tapageurs, pour chasser les démons du froid, qui lentement recouvrent Paris. De nuit en nuit.
La Coupole semble bien vide. Les tables s'alignent à perte de vue. Ses éclats beiges et verdâtres de la maison n'attirent pas ce soir. Alors que les lumières tamisées, les boiseries acajou et les rangées de conifères de la Closerie des Lilas cachent et ravissent ceux qui cherchaient la chaleur de l'intimité. Le Rostand fait pâle figure en attendant un hypothétique client, comme le Panthéon dans son habit vert de gris qu'aucune lumière ne vient égayer. Les jeunes l'ont fuit ce soir. Ses marches sont désertes. Le Jardin du Luxembourg a abandonné. Il ne cherche même plus à se faire beau. Des cagettes s'entassent à deux pas des grilles d'entrée. Le silence résonne. Même les petits groupes d'amis massés sous les projecteurs de l'exposition  "Terres de pôles" accrochée aux grilles ne parviennent pas à animer ce petit coin de rêverie. La neige des extrêmes tombera-t-elle sur Paris ?
Les rues sont vides. Si calmes. Les rares personnes qui s'y promènent encore ont sorti les chapeaux, les longs manteaux et les bérets, les collants. Ils marchent doucement, tentant de voler à l'atmosphère la douceur qui y flotte encore, ça et là. Mais la nuit avançant, le vent balaie les pavés. Les rideaux de fer des commerces grinchent ici. Claquent là. La Sorbonne s'est retranchée derrière les barrières des travaux sensés la rendre plus belle. Elle ne veut rien savoir de ce qui se trame sur ses pavés.
Les rangs des danseurs de la place St Michel se sont éclaircis. Les troupes qui se défiaient cet été sous le regard du Saint et de son dragon ont battu en retraite. Quelques uns, sous les auvents de la librairie Gilbert, s'affrontent encore, au son d'une musique plus hurlante que jamais. Une poignée de badauds se réchauffent, les uns contre les autres, en tapant des mains. La rue de la Huchette baille. En terrasse, les bars font danser les flammes bleues de leurs chauffages d'appoint. La Seine s'épuise, s'étire avec peine autour des îles parisiennes. Il n'y a guère plus qu'une jeune fille mélancolique pour siéger sur les marches du quai de Notre Dame. Et plus loin, deux amoureux en quête de pénombre. Les bateaux mouches n'offrent plus de spectacles. Les futurs mariés n'enterrent plus leurs vies de célibataires sur les berges de la Seine en saluant les promeneurs. Notre-Dame peine à se détacher du ciel. Fade, terne, ses pierres semblent veilles ce soir. Le ciel refuse de s'habiller du noir franc de l'été. Des traces de bleu le taquinent encore et ôtent à la cathédrale sa splendeur estivale. Le saxophoniste du pont de la Corse a déserté. Sans laissé la moindre trace, le moindre indice. Les phares des automobiles ne dessinent plus les contours des berges, ne sont plus des chapelet lumineux. Au compte-goutte, quelques voitures éclairent l'asphalte que le sable célébrait il y a quelques mois, encore. Sur le parvis de l'Hôtel de ville, des tentes blanches, comme des igloos de plastique, invitent au groupement silencieux.
Dans les rues de moins en moins de monde. Rivoli s'ennuie. Les Arts et Métiers sont bien trop calmes. Rien ne dépasse. Les petites filles des propriétaires des restaurants asiatiques ont délaissé leurs cordes à sauter. Depuis longtemps, déjà, elles rêvent dans le secret de leurs chambres. Paris s'habille de mélancolie, de langueur et d'automne. Paris s'endort.

Paris - entre le 09.10.2008 et le 10.10.2008.
© A-Laure Bovéron.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • 1600 pandas à Paris.

    Le 7 juillet dernier se déroulait sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris une énorme opération avec 1600 pandas en papier mâché déposés par l'association... Lire la suite

    Par  Onlyphotos
    PHOTOS, TALENTS
  • J'aime l'été à Paris

    Ce n'est plus un thème d'actualité, mais j'adore la bannière (repérée sur une affiche). Ainsi, à la veille de la rentrée, je clame haut et fort : j'aime l'été... Lire la suite

    Par  Sheily
    JOURNAL INTIME, PHOTOS, TALENTS
  • Paris artistique

    "As an artist, a man has no home in Europe save Paris"* Friedrich Nietsche *(L'artiste n'a pas sa place en Europe, sauf à Paris) Lire la suite

    Par  Sheily
    JOURNAL INTIME, PHOTOS, TALENTS
  • Nuit Blanche. Paris. 2008.

    LUEURS. LueursCollectif In-Visible. Stéphane Perraud.Installation interactive La ville de Paris et son agglomération voient naître chaque jour 486 enfants et... Lire la suite

    Par  Anne-Laure Bovéron
    PHOTOS, TALENTS
  • Paris (Hilton) visitera Paris sans moi

    Je dois me faire une raison : maman et moi multiplions les échecs avec les célébrités américaines. D’un côté, maman rate sa chance d’apercevoir les comédiens de... Lire la suite

    Par  Sheily
    JOURNAL INTIME, PHOTOS, TALENTS
  • Marche des Zombies, Paris.

    Hier, dimanche 26 octobre 2008, a l'occasion du Zombie Day, a eu lieu la première marche des Zombies française. (Le mouvement venu de Philadelphie existe... Lire la suite

    Par  Anne-Laure Bovéron
    PHOTOS, TALENTS
  • Freeze Party. Paris.

    Une "freeze party" mais qu'est-ce donc ? C'est tout simplement des personnes qui, à un signal donné, dans un lieu précis (hier, les Champs Elysées)... Lire la suite

    Par  Anne-Laure Bovéron
    PHOTOS, TALENTS

A propos de l’auteur


Anne-Laure Bovéron 495 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines