Magazine Environnement

Crise financière : la voix dissonante de VGE

Publié le 10 octobre 2008 par Hmoreigne

valery-giscard-d-estaing-2.1223627642.jpgEn situation de crise, les conseils des anciens sont souvent les bienvenus. VGE notre inoxydable ancien président de la République a choisi de déposer son caillou dans le jardin du battage médiatique autour du krach financier mais aussi dans la chaussure de Nicolas Sarkozy. L’actuel locataire de l’Elysée n’est pas épargné par son prédécesseur. « C’est une crise qui a été aggravée par l’incompétence et l’agitation». L’Elysée et Matignon apprécieront.

Qui de mieux pour parler gros sous qu’un ancien Chef de l’Etat, ancien ministre de l’économie et des finances de 1969 à 1974, auvergnat de surcroît ? VGE appartient à cette catégorie si particulière de figures tutélaires de la politique françaises. Un rien prolixe avec un avis souvent éclairé sur nombre de domaines.

Délaissant un temps son combat sur les éoliennes, qui vaut beaucoup plus que la facile caricature de don Quichotte contre les moulins à vent, VGE dans un entretien au quotidien économique La Tribune relativise la peur générale liée à la crise financière. Au delà d’un appel au calme, celui qu’on a longtemps baptisé l’Ex, affirme que « les épargnants français n’ont jamais couru, à aucun moment, aucun risque pour leurs dépôts ».

L’affirmation si tranchée interpelle. Soit VGE serait désormais touché par les effets néfastes de l’âge soit, pour des raisons de politique intérieure, la situation aurait été dramatisée afin de s’assurer un réflexe d’unité nationale. Sans arriver jusqu’à cette conclusion, l’ancien chef de l’Etat dresse un réquisitoire des plus rudes à l’égard de l’exécutif. Outre le passage sur le fait que “c’est une crise qui a été aggravée par l’incompétence et l’agitation”, VGE se révèle particulièrement rugueux lorsqu’il ajoute : « L’incompétence, parce qu’on n’a pas traité le véritable sujet au début, et qu’on a attendu beaucoup trop longtemps. L’agitation, parce qu’on a fait passer l’opinion d’un état d’inquiétude -qui était compréhensible- à l’affolement ».

VGE finit par brouiller nos fragiles repères lorsqu’il complète son propos par une critique des économistes (et politiques avec François Fillon) qui font le parallèle avec la crise de 1929. «S’ils continuent à faire la comparaison avec les années 1930, ils vont finir par l’obtenir». Plutôt rassurant VGE estime que la crise actuelle ressemble davantage à celle de 2001 et que les grandes entreprises industrielles françaises et européennes, ne sont pas concernées.

Original de bout en bout dans sa réflexion, l’ancien Chef de l’Etat déclare préférer la solution américaine, celle du plan Paulson, de racheter aux banques leurs créances pourries à la solution britannique, qui consiste à faire entrer l’Etat dans le capital des banques. « Il est préférable de laisser opérer les banques elles-mêmes, en les débarrassant provisoirement de ces créances douteuses. ll n’y a pas lieu de déverser des fonds publics pour renflouer les établissements qui ont partiellement exercé une fonction spéculative lorsqu’ils sont à même de supporter les pertes.» De toute évidence cette dernière phrase mériterait de larges développements. Le libéral VGE, qu’on ne peut accuser en l’espèce de démagogie de salon, toucherait-il du doigt le point faible de la thérapie retenue ?

Et l’Union européenne si chère à son cœur dans tout ça ? «l’idée que nous puissions trouver des solutions communes à 27 ne paraît pas très réaliste. La diversité des situations est trop grande, mais il peut y avoir une réflexion et une approche communes (…). »

L’avenir proche nous dira s’il faut conserver ou pas de la crédibilité aux propos d’un ancien président de la République de 82 ans.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La crise en crise

    Jean-Hugues Dobois — 16/10/2008 « . . . où l’on découvre, avec quelque perplexité, que la notion de crise, elle aussi, se dérobe . . . Lire la suite

    Par  Valabregue
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Crise de pauvres...

    Excellent commentaire que celui d'Europium en réponse à Quindi dans les commentaires de mon billet "Europe-Amérique la pression doit monter". Lire la suite

    Par  Lheretique
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Crise financière et girouettes

    Les amis, Moi je veux bien que des économistes appellent à une régulation qui, il y a encore quelques semaines, relevait pratiquement d’un léninisme à peine... Lire la suite

    Par  Sauvonsleurope
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Crise économique, crise écologique, crise idéologique

    La catastrophe actuelle n’est pas une crise financière, économique, écologique, politique, sociale ou culturelle. Elle est tout cela à la fois et... Lire la suite

    Par  Madeinethic
    CONSO, ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • La crise devient sociale

    La crise financière ne s'arrêtera pas à Wall Street, mais descendra aussi dans la rue, alerte le Bureau international du travail (BIT). Le BIT considère que le... Lire la suite

    Par  Antisocial
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Scénario de crise (1)

    En cette période de difficultés économiques, les journalistes, experts, hommes politiques... essaient d'imaginer les moyens de sortir de cette crise. Lire la suite

    Par  Aurialie
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Crise du PS, crise des gauches

    Le PS est malade, comme chacun sait. Et ce ne sont pas les premières décisions de Martine Aubry qui vont le remettre d'aplomb. Lire la suite

    Par  Bernard Girard
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Hmoreigne 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte