Magazine Politique

Le Grand Jacques Brel..

Publié le 10 octobre 2008 par Ghx62

Lorsque j’ai écouté les premières chansons du Grand Jacques, j’avais à peine dix ans et à cet âge, j’avoue que Brel ne m’intéressait pas trop , il a fallu quelques années encore pour comprendre ses merveilleux textes « Quand on a que l’amour pour parler aux canons Et rien qu’une chanson Pour convaincre un tambour – Alors sans avoir rien Que la force d’aimer Nous aurons dans nos mains Amis le monde entier. » j’ai alors presque religieusement écouté l’ensemble de ses chansons sublimes . Beaucoup disaient qu’il était parfois insupportable , qu’il était misogyne, peu importe ce qu’il fut, mais pour écrire « Ne me quitte pas – Laisse-moi devenir L’ombre de ton ombre L’ombre de ta main L’ombre de ton chien !! » il fallait aimer la femme, la sublimer.. comme personne ne l’avait jamais fait avant lui. Et que dire de « La tendresse – Pourquoi crois-tu la belle Que monte ma chanson Vers la claire dentelle Qui danse sur ton front Penché vers ma détresse Pour un peu de tendresse !! » et puis plus tard, il y eu « J’arrive – Mais qu’est ce que j’aurais bien aimé Encore une fois traîner mes os Jusqu’au soleil jusqu’à l’été Jusqu’à demain jusqu’au printemps J’arrive j’arrive.. !! » Si le grand Jacques avait encore été parmi nous aujourd’hui, j’imagine l’homme et ses réactions sur la position et la politique de son pays, passionné, instinctif. Il disait déjà « C’est devenu très, très difficile d’être belge, c’est devenu …à la limite de l’impossible. Il va falloir arranger ça un de ces jours. » A propos de nos voisins du nord, bien que né à Bruxelles, il était flamand…. Alors il fallait en avoir pour écrire un tel texte en 1977 , nous sommes en 2008… « Messieurs les Flamingants J'ai deux mots à vous rire Il y a trop longtemps Que vous me faites frire À vous souffler dans le cul Pour devenir autobus Vous voilà acrobates Mais vraiment rien de plus Nazis durant les guerres
Et catholiques entre elles Vous oscillez sans cesse Du fusil au missel Vos regards sont lointains Votre humour est exsangue Bien qu'y aient des rues à Gand Qui pissent dans les deux langues Tu vois quand j'pense à vous J'aime que rien ne se perde Messieurs les flamingants Je vous emmerde Vous salissez la Flandre Mais la Flandre vous juge. Voyez la mer du nord Elle s'est enfuie de Bruges. Cessez de me gonfler Mes vieilles roubignoles
Avec votre art flamand-italo-espagnol. Vous êtes tellement, tellement Beaucoup trop lourds
Que quand les soirs d'orage Des chinois cultivés Me demandent d'où je suis, Je réponds fatigué Et les larmes aux dents : 'Ik ben van Luxembourg'. Et si aux jeunes femmes, On ose un chant flamand, Elle s'envolent en rêvant Aux oiseaux roses et blancs Et je vous interdis
D'espérer que jamais à Londres Sous la pluie on puisse Vous croire anglais Et je vous interdis À New-York ou Milan D'éructer Messeigneurs Autrement qu'en flamand Vous n'aurez pas l'air cons Vraiment pas cons du tout Et moi je m'interdis De dire que je m'en fous Et je vous interdis D'obliger nos enfants Qui ne vous ont rien fait À aboyer flamand Et si mes frères se taisent Et bien tant pis pour elles. Je chante persiste et signe : Je m'appelle Jacques Brel » Mais il a dit aussi : « La Belgique vaut mieux qu’une querelle linguistique ».Il a dit aussi « Si j’étais le roi, il me semble que je ferais faire six mois de service militaire, et pendant les autres six mois, j’enverrais les gars de Wallonie en Flandre et les gars de Flandre en Wallonie, chez des gens… »
Six pieds sous terre Jacques, tu chantes encore..Six pieds sous terre, tu n’es pas mort.
En hommage à l'homme, à l'artiste, au troubadour du XXI siècle qui nous quittait il y a 30 ans déjà..

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jacques Neyrinck aime l'eau du robinet, grand bien lui fasse !

    Sur le site des Dissidents de Genève, en qui j'ai pourtant grande confiance, je l'avais lu (ici). Mais je reconnais que, par moments, je suis comme saint Thomas... Lire la suite

    Par  Francisrichard
    SOCIÉTÉ
  • Jacques Brel n’est pas mort

    Il paraît que le 9 octobre 1978 mourait le grand Jacques. Moi le crois qu’il est toujours vivant. Lui qui se revendiquait flamand aimait beaucoup les Belges.... Lire la suite

    Par  François Collette
    SOCIÉTÉ
  • Jacques Brel : son bateau sauvé !

    Dans le cadre d’un projet d’économie sociale qui mettra les chômeurs de longue durée à contribution, le voilier du chanteur belge Jacques Brel sera restauré à... Lire la suite

    Par  Chantal Doumont
    INSOLITE
  • Sur les pas de Jacques Brel

    Michel Quint, illustration de Philippe Lorin, éd. Presses de la Renaissance, 98 p. Seulement 26,60 euros sur Amazon.frMichel Quint retrace le portrait de Brel,e... Lire la suite

    Par  Sébastien Michel
    A CLASSER
  • Saint jacques...hum...hum...

    La saint Jacques est un mollusque aussi délicieux que léger. Pour qu'elle soit réussie, il faut faire attention à sa cuisson car trop cuite sa chair devient... Lire la suite

    Par  Severine Isler
    CUISINE, RECETTES
  • Narcose de Jacques Barbéri

    À l’occasion de la réédition de Narcose et de la sortie d’un recueil de nouvelles, L’homme qui parlait aux araignées (tous deux aux éditions la Volte), le site... Lire la suite

    Par  Transhumain
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Jacques Bergier

    Communiqué Le 23 novembre 1978 s'est éteint Jacques Bergier, qui a marqué de nombreuses générations de chercheurs et de rêveurs dont on compte un bel échantillo... Lire la suite

    Par  Adamantane
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Ghx62 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines