Magazine Côté Femmes

L'ecriture automatique....

Publié le 12 octobre 2008 par Osmose

 

L'écriture automatique est une façon de rencontrer l'invisible, elle est une manière de se connecter à son moi intérieur, son guide, son ange ou une entité en progression.


En fait, nous ne savons pas toujours qui est - ou ce qu'est exactement - cette énergie qui nous écrit, mais nous savons qu'elle en est une d'amour. (…)

L'écriture peut servir à notre croissance personnelle, à notre propre cheminement, elle peut être utilisée à des fins de service aux autres en permettant des messages destinés à des personnes spécifiques, elle peut aussi favoriser le contact avec des entités qui ont besoin d'aide pour continuer leur progression.


Bref, l'écriture aide à développer l'amour sous toutes ses formes, et sert tout autant à le transmettre. Elle est cette amie rêvée que chacun espère pour faciliter son cheminement dans le labyrinthe de la connaissance de soi. (…)


La découverte


Dans le revue Littérature du premier novembre 1922, ainsi que dans le Manifeste du surréalisme (1920), nous découvrons l’origine de cette discipline d’écriture. Breton révèle: 

“J’ai été amené à fixer mon attention sur des phrases plus ou moins partielles, qui, en pleine solitude, à l’approche du sommeil, deviennent perceptibles pour l’esprit sans qu’il soit possible de leur découvrir une détermination préalable.”


La pratique


Pratiquer l’écriture automatique consiste à rédiger un texte dicté par une nécessité interne, le subconscient par exemple, sur lequel nous ne devons exercer aucun pouvoir. Nous ne devons ni choisir le sujet du discours, ni choisir les mots, ni intervertir l’ordre de ces mots dans la phrase, ou des phrases dans le texte. Une fois le texte écrit, il reste à tâcher d’en découvrir le sens.

Celui-ci est, selon les surréalistes, porteur d’un message que nous n’aurions pas pu libérer autrement et qu’il s’agit de connaître et de comprendre soi-même totalement.Voici comment
André Breton résumait la recette de cet art magique surréaliste :

Des influences extérieures


Dans le Manifeste du surréalisme, Breton reconnaît la dette que lui-même et ses amis doivent à Freud. Encouragés par les découvertes du freudisme, Breton et Soupault veulent intégrer les méthodes de la psychanalyse à leur démarche créatrice.


Comme Freud avec ses patients, ils tentent de tirer eux-mêmes un monologue incontrôlé susceptible de faire apparaître “une réalité absolue, une “surréalité” si l’on peut ainsi dire”. Mais ce n’est pas seulement dans le freudisme que l’on peut voir l’origine de cette démarche. Jean Starobinsky considère que l’influence de Pierre Janet, médecin psychiatre, passe pour jouer un rôle prépondérant dans la pensée de Breton.


Buts de l’écriture automatique


Il est nécessaire de préciser que la pensée automatique n’est ni pauvre ni répétitive, signes d’une grande misère psychologique; elle est au contraire une incitation à l’expression de l’inconscient de l’être.

Ce que Breton et ses amis recherchent dans cette expérience, c’est à découvrir une autre langue, susceptible de mieux rendre compte de la vérité de l’être et de sa richesse. Mais cette langue existe déjà ou, plus exactement il existe un discours qui jamais ne peut se libérer de toutes les censures qu’exercent sur la personne le monde extérieur et l’individu lui-même. C’est donc ce texte qu’il s’agit maintenant de publier.


Caractères de l’écriture automatique


Alors que, dans la langue “classique”, c’est la pensée qui donne au discours sa forme, l’inverse se produit dans al pratique de l’écriture automatique où le signe précède la sens. Il résulte de ce phénomène que le texte peut provoquer sur le lecteur des réactions qui vont de l’étonnement à la surprise jusqu’à l’émerveillement.


Le deuxième caractère de cette démarche est qu’elle est accessible à tous. Elle peut déboucher sur la prise de conscience d’une capacité des êtres à révéler leur propre richesse intérieure et, partant, leur pouvoir.


Enfin, le troisième effet de cette pratique est qu’elle permet une révélation de soi à soi-même. Elle permet aussi, par le désir qui la sous-tend (désir de connaissance), d’aller au-delà des apparences limitées du “visible”, d’opérer cette “dé-réalisation” dont parle Ferdinand Alquié, et qui a pour effet de projeter sur les objets extérieurs un autre regard propre peut-être à révéler leur intimité, à mieux en rendre la vérité profonde.


Techniques de l’écriture automatique


Sur un exemplaire des Champs magnétiques Breton a écrit des notes éclairant la pratique de l’écriture automatique. Il constate d’abord que le doute peut naître sur la valeur, l’authenticité de phrases produites dans le demi-sommeil évoquées dans le Manifeste du surréalisme à l’exception de quelques-unes.


Trouver le moyen d’une expression totalement gratuite de le pensée pose évidemment certains problèmes, et si Breton a choisi Soupault pour cette expérience, c’est parce qu’il avait remarqué chez lui un don de gratuité réel. Il dit en effet:


“Rien dans sa poésie, dans sa conversation, dans ce que j’apercevais à cette époque de sa vie ne me donnait à craindre qu’il eût un but c’est-à-dire autre chose que des moyens”. 


Les dangers de l’écriture automatique  


Dans “Le message automatique”, article publié dans la revue Minotaure en décembre 1933, Breton précise que ce mode d’écriture comporte des dangers pour ceux qui s’y livrent de manière soutenue: “Hallucinations, perte de soi”, c’est-à-dire dissociation de l’esprit telle qu’on peut l’atteindre dans les séances de sommeil hypnotique, “qui peut aller jusqu’au vertige de la mort ! “.

C’est pour cela qu’il parle à propos des Champs magnétiques d’un livre dangereux. Cependant, cette expérience a eu, pour Breton en particulier, le mérite de lui donner la force d’écrire à une époque où il ne voyait devant lui que vide et désespoir.  


L'écriture automatique n'est pas en tant que telle un phénomène paranormal. Ce terme désigne en fait le genre d'écriture inconsciente souvent utilisée par les psychologues eux-mêmes comme technique libératoire qui permet de faire émerger rêves, désirs, de l'inconscient. Les psychologues limitent l'écriture automatique à l'altemance des personnalités stratifiées communes à tous, ne se manifestant que sous certaines conditions.


Les parapsychologues envisagent avec cette technique, l'in-tervention du paranormal comme efllet de la dissociation psychique du sujet introduit dans une nouvelle di- mension.

Les spirites eux, placent l'écriture automatique parmi les moyens de communication avec des entités désincamées de difllérents niveaux moraux; ceci est contrôlable par l'étude du niveau du message obtenu. Il est certain que le psychologue, le parapsychologue et le spirite ont tous trois de bonnes raisons pour adopter cette méthode.


S'il est vrai qu'une grande partie des communications obtenues par le biais de l'écriture automatique ne représente que l'archéologie de l'inconscient, on peut néanmoins observer certains contenus qui parviennent à la surface avec une matrice paranormale claire (communications télépathiques, phénomènes extra-lucides, de pré-connaissance et de rétro-connaissance).


On retrouve fréquemment dans la littérature paranormale des cas qui confirment aussi l'intervention d'une véritable entité qui est différente du sujet qui écrit: ce sont les cas de xénoglossie, d'écriture spéculaire (lisible uniquement quand elle est reflétée par un miroir) ou de nouvelles obtenues à propos de défunts à une très grande distance du lieu de l'expérience.


Ces phénomènes présentent des caractéristiques très proches de la graphie du trépassé que le médium ne connaît d'ailleurs pas. Celui qui s'intéresse à l'écriture doit accomplir une lourde tâche qui implique objectivité, lucidité, et simultanément une grande souplesse mentale lui permettant de séparer le grain de l'ivraie. Vous pourrez remplir des cahiers avec de simples contenus inconscients, puis identifier parmi ceux-ci des phénomènes paranormaux. Puis plus rien pendant une certaine période et de nouveau on a une communication spirite intéressante.


La pratique de l'écriture automatique ne demande aucun investissement: une pièce calme (ou un pré, un bois, un rocher désert), une feuille de papier, un crayon. Pour la première fois, il faudrait comme le suggère Allan Kardek, un plan sur lequel appuyer le coude et l'avant-bras.

Détendez-vous, visualisez la vague bleue qui coule dans votre corps. Créez un vide mental.


Petit à petit, vous sentirez dans le bras une sensation de pesanteur, votre main au-dessus de la feuille commencera à trembler. Saisissez doucement le crayon; certains auteurs suggèrent de le placer entre le pouce et l'index, mais tous les systèmes qui conviennent à l'expérimentateur sont possibles.

Très vite, le crayon guidé par le mouvement inconscient du bras commencera à tracer des bâtons, des cercles, des gribouillis, des signes incohérents qui avec le temps et la pratique quotidienne (15 à 20 minutes consécutives) se transformeront en lettres, syllabes, mots, périodes.

Vous ressentirez peut-être durant l'expérience une sensation d'engourdissement de votre bras: la main qui écrit sera froide et si on la pique, vous n'éprouverez aucune douleur. Laissez-vous aller: vous entrez dans une phase de transe légère qui est favorable à la communication spirite.


Les caractéristiques les plus communes du message sont la signature et le changement des caractères graphologiques. Qu'il s'agisse de votre "deuxième personnalité" ou d'entités désincamées, vous remarquerez souvent qu'à des noms ou à des sigles différents,correspondent différents modes d'expression, différents termes qui vous sont peut-être étrangers, différentes façons de disposer les lettres et des mots de différentes formes graphiques et dimensions.



Vous continuerez pendant quelque temps à recevoir des messages identiques qui porteront la même signature et qui auront les mêmes caractéristiques. Puis soudain, la forme et le contenu du message changeront, laissant ainsi supposer la naissance d'un nouveau rapport avec une nouvelle entité, puis une autre encore. Ne cherchez pas à les influencer.

Contentez-vous d'observer.

Naturellement, si vous vous apercevez que cet exercice vous trouble, qu'il vous fatigue. ou qu'il vous inspire de l'inquiétude ou de la mauvaise humeur, abandonnez-le. Dans ce cas vous êtes peut-être trop sensible ou trop pauvre en énergie. Une règle qui peut être adoptée par tous consiste à faire un exercice de respi- ration profonde pendant quelques minutes afin de récupérer vos forces perdues.


Il existe deux formes dilllérentes d'écriture automatique: l'une totalement inconsciente qui exige un état de vide mental total car la conscience du pratiquant ne doit absolument pas intervenir lors de la communication.

L'autre, consciente et moins sûre, est une forme d'écriture inspirée dans laquelle agit le médium qui entend des mots et les phrases qu'on lui dicte, il est poussé par une impulsion inexplicable à créer qui se traduit dans une graphie dilllérente de la sienne. Les cas de peinture automatique sont intéressants, mais plus rares.


On assiste alors à l'exécution parfaite d'oeuvres d'art par des sujets qui d'habitude, durant leur existence consciente, ne sauraient même pas tracer un cercle régulier ou encore à des compositions musicales, des sonates et des symphonies composées et exécutées en transe par des médiums totalement incapables une fois éveillés de faire la distinction entre un "do" et un "mi".


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Osmose 86 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines