Magazine Santé

L’alcool protège-t-il vraiment le coeur?

Publié le 12 octobre 2008 par Marieclaude

29 avril 2005 – « La consommation modérée et régulière d’alcool a bel et bien un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires ».

C’est du moins ce qu’affirme Éduc’alcool, un organisme québécois composé de représentants de l'industrie des boissons alcooliques et de certaines institutions parapubliques, dédié à la prévention et à l'éducation face à la consommation d'alcool. L’organisme vient de publier une brochure visant à faire le point sur les effets de la consommation modérée et régulière d’alcool. Mais ses conclusions ne font pas l’unanimité.

En se basant principalement sur deux synthèses d’études1-2, le document indique que prendre un à deux verres d’alcool par jour - vin, bière, liqueur ou spiritueux - diminue le risque de troubles cardiovasculaires d’au moins 30 %.

L’effet bénéfique de l’alcool serait observé à partir de la quarantaine chez les hommes et à partir de la ménopause chez les femmes. « C’est auprès des personnes âgées de 60 ans et plus que l’effet protecteur est le plus évident », soutient l’organisme. À la lumière des études qu’il a scrutées, Educ’alcool attribue principalement cet effet à la capacité de l’alcool à augmenter le taux de « bon cholestérol » (HDL) dans le sang.

Éduc’alcool émet néanmoins d’importantes mises en garde, rappelant que cesser de fumer, bien se nourrir et faire de l’exercice sont autant de moyens susceptibles de réduire les risques de troubles cardiovasculaires, et qu’il n’est pas obligatoire de boire pour les prévenir.

Un tout autre son de cloche

Par ailleurs, une étude de cohorte impliquant plus de 250 000 Américains conclut qu’il serait erroné d’attribuer à l’alcool l’effet protecteur observé sur les troubles cardiovasculaires3. Selon les chercheurs, cet effet proviendrait bien plus des habitudes de vie générales des personnes qui boivent modérément que de la consommation d’alcool elle-même.

En effet, les personnes buvant modérément bénéficieraient d’un meilleur statut socio-économique, auraient de meilleures habitudes alimentaires et feraient davantage d’exercice que celles qui boivent peu ou pas d’alcool (moins d’une fois par mois).

Plus encore, les chercheurs ont constaté que 90 % des facteurs de risque de troubles cardiovasculaires reliés aux conditions de vie générales (facteurs démographiques, sociaux, environnementaux, accès aux soins de santé, etc.) étaient significativement plus fréquents chez les personnes ne buvant pas que chez celles qui prennent de un à deux verres d’alcool par jour.

À la lumière de cela, les auteurs de l’étude préviennent qu’on devrait être très prudents quand vient le temps d’interpréter les résultats d’essais non randomisés concluant à un effet préventif de l’alcool.

Même son de cloche provenant des auteurs d’une recherche anglaise menée auprès de 6 544 hommes en santé, sur une période de 20 ans4. Selon eux, la prudence s’impose lorsqu’il est question de fixer un seuil acceptable d’alcool à consommer pour obtenir un effet protecteur contre les maladies cardiaques.

Bonne journée,

Marie-Claude

Martin LaSalle – PasseportSanté.net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marieclaude 499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines