Magazine Séries

Friday night lights - saison 1 - episode 12 - buckley contre arnett

Publié le 12 octobre 2008 par Ryan

Friday night lights - saison 1 - episode 12 - buckley contre arnett
* * * * * * * * * *
Un épisode sans scènes d'entrainement, et encore moins de match, même si le football est présent dans les intrigues de façon générale, mais tout est une question de dosage. Une belle façon de montrer à ceux qui en doutent encore que Friday Night Lights ce n'est pas que du foot, mais aussi et surtout une série profondément attachante et addictive sur des personnages finalement sans artifices. On continue d'explorer les diverses intrigues, tout en prenant notre temps, et ce avec beaucoup de simplicité et de naturel. C'est l'une des caractéristiques de la série, autant dans le jeu des acteurs que l'ambiance même de la série, chaque personnage pourrait être notre voisin de palier ou une simple connaissance, et cela rend les personnages particulièrement attachants. On pourrait commencer par parler des Saracen car c'est une intrigue que j'aime beaucoup, à la fois forte et intelligente. Le père de Matt est finalement décidé à rester à Dillon pour aider son fils et renonce à son idée de repartir en Irak. C'est finalement ce que voulait Matt, mais ça ne fonctionne pas, aucun des deux n'ai vraiment heureux et pourtant chacun tente de faire des efforts. C'est particulièrement compliqué du côté du père Saracen, il veut faire des efforts pour son fils, il trouve même un petit boulot de vendeur. Mais il n'est pas très doué soit dit en passant. D'ailleurs, on remarque que Garitty continue d'être présent pour ses joueurs et que cela lui tient particulièrement à coeur de les aider. Mais il n'a pas l'air d'être heureux, il faut tout cela pour son fils, mais le coeur ne semble pas vraiment y être. C'est aussi valable pour Matt qui pensait voir tous ses problèmes s'arranger, mais au final, c'est presque encore plus embêtant pour lui maintenant. Car il ne peut plus blamer son père à présent. Heureusement, Julie est toujours présente pour lui, et j'aime beaucoup leur relation, pas sirupeuse pour un sou, et comme elle, on se demande comment Matt fait pour gérer cette gigantesque pression qu'il a sur les épaules. Il doit s'occuper de tout seul, les cours, le foot, sa grand-mère, les tâches ménagères et bien plus encore, c'est quelque chose de très dur pour un ado de 17 ans. Je reste convaincu que Saracen finira par vraiment craquer à un moment ou un autre, et là cela pourrait être très interessant. Car avant tout, il reste un personnage particulièrement touchant pour qui on éprouve forcément beaucoup de compassion. Taylor pense que Saracen est un gamin endurci et fort, et qu'il se relevera toujours, mais je n'en suis pas si sur. Et Julie s'inquiète vraiment pour lui, et voir la condition de son petit ami lui permet de réaliser tout ce qu'elle a toujours eu. Deux parents qui ferait n'importe quoi pour elle. La scène où elle remercie simplement ses parents pour avoir toujours été présents pour elle est juste fabuleuse, tellement celle-ci est simple et spontanée.
Jusqu'à présent, Tyra restait un personnage très secondaire aux intrigues, presque l'electron libre de la série, et pour tout dire, elle n'était pas très interessante passant d'un mec à l'autre entre son idylle avec Tim. Cela risque de changer fortement car l'on s'interesse à sa vie de famille dans cet épisode. On pourrait dire que c'est très facile de jouer sur un beau-père violent qui bat la mère de Tyra, c'est vrai, mais c'est magnifiquement mis en scène et cela nous permet de réaliser beaucoup de choses sur le comportement de Tyra. On a un joli parallèle entre les erreurs de sa mère et les siennes. Sa mère a indéfiniment besoin des hommes, de se sentir aimer, même si cela signifie se faire taper sur la gueule de temps en temps. La scène de la bagarre dans la maison est particulièrement intense et violente, une belle prestation une fois de plus des acteurs. On a également une belle conclusion à la relation entre Tyra et Tim, il n'y aura sans doute pas de retour en arrière, car tout a été dit les concernant. Tim voudrait renouer, mais même si Tyra meurt d'envie de retourner vers lui et de tout oublier, elle ne le peut pas. Car revenir avec un homme qui lui a briser le coeur en mille morceaux serait faire preuve d'hypocrisie car c'est exactement ce qu'elle reproche à sa mère, J'ai trouvé cette scène très émouvante également et cela rend le personnage de Tyra plus profond et attachant. La fin est aussi très touchante, car l'on ne plonge pas Tyra dans le drame le plus complet, car sa mère décide de se prendre en main, de se conduire comme une mère digne de ce nom, elles sont ensembles maintenant et c'est cela le plus important.
Une autre famille brisée par un drame, ce sont les Street. Comme prévu, ils attaquent le coach en justice, mais pour autant, personne n'est désigné comme le méchant dans cette affaire. Finalement, tout le monde est désolé pour ce drame, et on ne peut blamer personne au bout du compte. L'intrigue est une nouvelle fois magnifiquement mise en scène, et l'on s'attarde plus en profondeur sur le ressenti des parents de Jason. Ce que l'on peut ressenti avec un fils handicapé et plus d'argent. Bien sur, ils n'auraient jamais voulu attaquer Eric, mais les circonstances l'y ont poussés. Mais on le sait, le football est tout dans cette petite ville, et attaquer en justice le coach des Panthers, c'est comme se condamner et se mettre toute la population à dos. Jason le comprend bien, et le passage où le commercant lui tourne le dos est très forte et aussi symbolique. Les Taylor comprennent finalement la situation, et il n'y a personne à blamer, bien entendu Jason aurait du apprendre à faire des placages, ils vont sans doute jouer là dessus pour le procès, mais ce n'est finalement qu'un motif comme un autre. Le coach comprend que cela n'a rien de personnel, et ne compte pas en vouloir à Jason ou même à ses parents, c'est finalement dans la logique des choses. La scène entre Eric et le père de Jason est également particulièrement intense et permet de remettre les choses à leur place. Il ne s'agit ni de vengeance ni de soulager son mal, mais c'était juste inévitable.

Avec toutes ses intrigues lourdes et très dramatiques, Smash est toujours là pour remettre de la bonne humeur dans la série. Pourtant mine de rien, cette intrigue d'apparence banale n'est pas si classique que ça. Brian continue de sortir avec Waverly, mais ils ont du mal à s'accepter tels qu'ils sont. Enfin c'est surtout le cas pour Waverly qui en a marre de n'entendre parler que de football toute la journée, et je peux la comprendre. Mais après tout, ça allait forcément être le cas en sortant avec un footballeur qui ne vit que pour cela. Smash a toujours une façon unique de s'exprimer et lui aussi devient très attachant au fur et à mesure des épisodes. Il est comme il est, et on ne peut pas changer cela, c'est à Waverly de l'accepter tel qu'il est, ou pas. C'est aussi amusant de voir qu'une fille fasse un peu douter Smash, lui qui a l'habitude d'avoir tout ce qu'il veut, principalement quand il s'agit de filles. Mais on sent qu'il tient véritablement à cette fille, puisqu'il fait tout pour l'impressionner, quitte à demander de l'aide à Matt et Julie. On laisse un peu de côté l'intrigue du dopage, mais sans doute pour mieux y revenir par la suite.

Bilan : Un épisode à nouveau magistral qui traite d'intrigues fortes et poignantes qui sont aussi ancrés dans le réel. Les personnages sont plus que jamais développés dans un épisode dont le thème central concerne la famille. Une justesse toujours parfaite autant dans l'interprétation que dans l'écriture. On ne peut qu'être impressionné et en redemander.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ryan 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine