Magazine Culture

Josyane Savigneau, persécutée par le système

Par Lise Marie Jaillant

Savigneau

"Je pense que ma principale erreur, c'est d'avoir des convictions", affirme Josyane Savigneau, l'ex-patronne du Monde des Livres dans une interview vidéo au Nouvel Obs, [...] Si on dit 'j'aime tel écrivain', ce n'est sûrement pas parce qu'on l'aime vraiment, mais parce qu'on est copain avec lui, ou qu'il est copain de copain de machin. Et moi je n'ai jamais tellement fonctionné là-dedans, et les gens que j'avais envie de défendre, je les ai défendus même si c'était des gens polémiques."

Mieux vaut entendre ça que d'être sourd! Savigneau, qui se présente comme une fille de province, innocente et vertueuse, "rappelée à l'ordre" par les méchants bourgeois parisiens. Et toutes ces calomnies uniquement parce qu'elle a refusé le système du copinage! Bouh, quelle injustice!

Dommage que Pierre Jourde soit aujourd'hui bien amolli: je suis sûre que le témoignage que publie Savigneau ("Point de côté", chez Stock) aurait pu inspirer une suite à "La littérature sans estomac".

D'autant plus que cette brave Josyane - rebelle éjectée par le système - est encore bien trop puissante à Saint Germain: deux interviews dans le Nouvel Obs, une double page dans Lire,...

Et pas un seul journaliste pour la questionner sur sa déontologie on ne peut plus douteuse. Dîner avec Héloïse d'Ormesson et Gilles Cohen-Solal, fumer un bon cigare, puis (ô surprise!) faire un excellent papier sur pépé d'Ormesson, c'est ça refuser le copinage et avoir des convictions? C'est ça connaître tout le monde mais ne fréquenter personne? Décidément, Jourde avait raison: Savigneau est un vrai personnage de comédie...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pierre Jourde et le village en colère

    Dans La première pierre, Prix Jean Giono, Pierre Jourde analyse l’affaire qui a suivi la publication de Pays perdu, en 2003. Quand il revient au village dont... Lire la suite

    Par  Pmalgachie
    CULTURE, LIVRES
  • La Littérature sans estomac

    J'emprunte ce titre à Pierre Jourde pour dresser ma propre lsite de livres (contemporains) sans intérêt, pour moi en tout cas. Certains m'ont même irrité par... Lire la suite

    Par  Alexm
    CULTURE, INTERNET, LIVRES, SCIENCE, SCIENCE & VIE
  • 977 000 paysans et moi, et moi, et moi

    Dans le cadre de “Textes à dire”, lectures dans les les bibliothèques de Rhône-Alpes, saison 2014-2015 Textes : Marie-Hélène Lafon, Pierre Jourde (prix Jean... Lire la suite

    Par  Benoît Pupier
    CULTURE, LIVRES
  • Quand Judas refuse de se pendre

    Quand Judas refuse pendre

    A propos de "Vive la dictature" de Pierre Jourde publié le 16 juillet sur son blog nouvelobs. Extrait : " ... Vive la dictature ! A mort la démocratie ! A bas l... Lire la suite

    Par  Sergeuleski
    CULTURE, LIVRES
  • 28ème fête du livre de Bron

    Lyonnais et habitants des alentours, cet article est pour vous ! La ville de Bron (69) organise sa 28ème Fête du Livre qui n’a rien à envier aux autres... Lire la suite

    Par  Mathylde
    CULTURE, LIVRES
  • Pierre Jourde, La première pierre

    Pierre Jourde, première pierre

    Ce qui te hait au cœur même de ce que tu aimes Romain Verger © Romain Verger Dans Pays perdu, publié en 2003, Pierre Jourde dépeignait son village familial... Lire la suite

    Par  Eric Bonnargent
    CULTURE, LIVRES
  • La dernière sélection du Prix Renaudot

    dernière sélection Prix Renaudot

    Cette semaine, quelques jurys de grands prix littéraires procèdent aux derniers ajustements de leurs listes restreintes. La dernière sélection du Renaudot a... Lire la suite

    Par  Pmalgachie
    CULTURE, LIVRES

LES COMMENTAIRES (2)

Par Pierre de lune
posté le 29 octobre à 20:03
Signaler un abus

Etonnant comme on peut avoir différente lecture d'un livre et du coup un jugement opposé sur son auteur ! Pour reprendre vos arguments, je ne vois pas en quoi Josyane Savigneau aurait des difficultés avec son homosexualité qui au demeurant n'interesse personne. Sur ce sujet qui semble tellement vous préoccuper (vous avez un soucis avec ça ?) ce qu'elle écrit est clair. Il n'est pas toujours besoin en litterature d'être entrainé sous les draps, fussent-ils ceux de Gréco pour mériter d'être lue....Si vous chercher du cul et du people, lisez Voici, Gala...Idem pour Yourcenrar...."elle ne dit rien de sa passion"....mais si, elle dit...là vous reconnaissez au moins la qualité de sa bio...c'était un minimum ! Le tandem Jourde/Naulleau, pathétique de vulgarité...Quant à l'humilité, l'argent qui coule à flot et le besoin d'un "bon psy", mais qui êtes vous pour vous permettre de tels jugements ? Qui êtes vous ? Point de côté est un livre beau, émouvant, drôle, sincère....Un livre vrai, remarquablement bien écrit, qui se lit d'une traite. Josyane Savigneau est journaliste et c'est sur son travail qu'il faut la juger, sur ses écrits...ce que vous ne faites pas...et pour cause. Il est plus facile quand on a rien à dire de regarder sous les jupes des dames...Mais non, suis je bête...vous n'avez sans doute pas lu....alors lisez, nous parlerons après !

Par avrile
posté le 15 octobre à 13:37
Signaler un abus

j'ai été très déçue par le bouquin de J. Savigneau.Je pense qu'elle reste une femme clivée et dans le déni, à l'image de Beauvoir son maître à penser qui avait avec son homosexualité le même problème que Josyanne avec sa propre homosexualité.Qui croira un seul instant à cette rocambolesque histoire d'amour new-yorkaise hétérosexuelle sur fond de rolls , sur laquelle elle s'appesantit? Rien sur sa relation avec Greco, rien sur sa véritable passion pour Yourcenar et Mc Cullers, dont elle a fait, rendons-lui cet hommage ,deux excellentes biographies. Rien sur le pourquoi réel de son éviction du monde, elle rabâche sur Jean Edern Hallier( paix à son âme!)et sur le tandem Jourde/naulleau dont je doute qu'à eux deux ils aient pu faire pièce aux omnipotents Sollers et BHL qui ont bien lâché leur copine.Elle a raison, la Josyane de dire qu'elle a trop de certitudes. Il lui faudrait d'urgence un peu d'humilité et un bon psy, elle en a certainement les moyens financiers, mais le veut-elle vraiment? Il faut pour cela une réelle humilité et volonté de savoir, ce qui lui fait totalement défaut.Finalement, sans le savoir ,elle a raison de dire que quand on n'est pas né du bon côté du pont, on ne s'en remet jamais. Comme Rachida Dati, elle aussi née du mauvais côté du pont, on peut lécher la moquette dans le salon des seigneurs, on n'en reste pas moins leur valet

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines