Magazine

Monsieur Bernie va au cinéma pour vous : Vicky Cristina Barcelona

Publié le 14 octobre 2008 par Cremlystella

Comme vous avez pu le lire ici, moi et les salles de cinéma, ça fait 2.
Mais ça ne veux pas dire que je vais vous laisser ce petit handicap vous priver de critiques ciné sur ce blog.
J'ai donc fait appel à mon agent chic et choc alias " Bernie le cinéphile"!
Pour vous, il est allé voir le dernier Woody Allen et voici son rapport
:
Le vieux réalisateur new-yorkais s’est décidément trouvé une nouvelle jeunesse en
explorant une nouvelle grande ville européenne tous les 3 ou 4 ans.

Fort de ce renouvellement, on assistait avec soulagement à la fin de la sempiternelle trompette
« New Orleans » et intrigue fleur-bleue pour se régaler d’études de mœurs sous fond d’intrigue
policière dans le Londres des années 2000.

Après sa trilogie londonienne, il place l’intrigue de son dernier film à Barcelone.
C’est donc armé d’un casting de rêve et d’une réputation sulfureuse (ou érotique)
que l’on découvrait son dernier opus.

Las, dès la 1ère minute du film, notre plaisir est gâché par une voix off
horripilante et complètement inutile : « Vicky et Cristina arrivaient à Barcelone pour passer l’été… »

Sans déconner ? On avait pas compris………
L’intrigue quant à elle, tient sur un timbre-poste :
un artiste divorcé propose un week-end « cochon » à deux touristes américaines
fraichement débarquées en Espagne….

La 1ère (Vicky, Rebecca Hall, magnifique) est fiancée et va se marier à la fin de l’été,
l’autre (Scarlett Johansson) est partante.
L’artiste (Xavier Bardem, excellent) est lui-même divorcé de Maria Elena (Penelope Cruz)
qui a tenté de le poignarder.

Le film a tous les défauts d’un 1er film (à croire, comme pour « Match point », que Woody Allen
a prêté son nom au film pour permettre à un jeune inconnu de « faire ses armes »
tout en assurant le succès commercial du film… c’est ma théorie du complot à moi…).

Pourtant, dans la 1ere partie du film, on peut aisément se laisser porter par le charme :
les acteurs et actrices sont d’une beauté exceptionnelle, Barcelone nous est montrée sous ses meilleurs jours
(un point fort pour les repérages : les maisons, les jardins, les lieux sont absolument superbes)….
Mais l’étude de mœurs étant survolée et l’histoire d’une telle banalité qu’on se dit que le film ne nous
laissera pas un souvenir impérissable ou alors aussi léger qu’un amour d’été sans lendemain.

Puis soudain tout change, Penelope Cruz fait son entrée ….
Et là, force est de constater qu’elle crève littéralement l’écran
(va-t-elle nous rejoindre dans la salle comme les acteurs de « La rose pourpre du Caire » ?).
Le jeu de l’actrice espagnole a encore acquis en maturité…
et fait passer les deux actrices américaines pour des débutantes
(c’est peu dire quand on songe à Scarlett Johansson, tout à coup bien fade !).

Penelope vient donc nous réveiller de notre sieste et foutre la pagaille…. Jusqu'au happy end final.
Au final, que retenir du film ?
Qu’il donne envie de prendre un verre en terrasse, de passer un week-end à Barcelone en charmante compagnie….

Dernier détail qui fera grincer des dents chez les Ibères : pas un seul Barcelonais
(y compris le père de Xavier Bardem, poète catalan dans le film) ne parle Catalan, mais Castillan….
Ce qui risque de fâcher en ces contrées ensoleillées….

BernieLa prochaine fois, Bernie vous fera la critique de "Super Blonde" et s'il ne va pas voir ce film au cinéma ,
je le forcerais à vous faire un rapport détaillé sur la dernière blonde qu'il aura bu dans un pub anglais.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cremlystella 193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte