Magazine Europe

Du mardi 19 au samedi 23 août 2008, Bucarest : le temps est relatif

Publié le 14 octobre 2008 par Memoiredeurope @echternach

sarkozy-medvedev.1224021436.jpg

sarkozy-saakhachvili.1224021479.jpg

Depuis cet observatoire qu’est devenue la ville de Bucarest gorgée de chaleur, j’ai regardé les événements français et européens avec un peu plus d’acuité. Quitte à me sentir prisonnier pour en suivre les effets dans les semaines qui ont suivi.  

Le sourire du Président

Lundi précisément, on annonçait la mort de plusieurs soldats français en Afghanistan. Les heures passant, cette mort prise en compte par les médias et par le pouvoir, fait étalage de la douleur des familles et montre les images d’un semblant d’action militaire, comme pour combler le vide d’images réelles. La guerre en dentelles, la guerre dans le désert, se mue en sale guerre dans des paysages dignes de ceux de l’Atlas algérien que j’ai visité une dizaine d’années après la signature de la paix d’Evian. Les parents effondrés et les épouses éplorées me font souvenir des amis, pour moi des adultes, qui à la fin des années cinquante tremblaient chaque jour de recevoir des nouvelles définitives.Le 20 août, le Président de la République française se rend sur place dans la caserne des troupes concernées. Il y déclare sa détermination et sa volonté intacte que des armées françaises soient présentes sur le terrain de la Liberté. Le 21 août il rend un hommage aux disparus sur le sol français, dans l’Hôtel des Invalides.Puis, jour après jour une polémique va enfler, que personne au fond ne souhaite vraiment, sur le fait que les troupes françaises auraient été attirées dans un piège soigneusement préparé et qu’il y aurait eu trahison. Un peu plus tard un hebdomadaire que je n’ai trop envie de citer publie un reportage montrant les talibans, auteurs de l’embuscade en possession de certains des effets des soldats morts et on parle d’un combat achevé au corps à corps. Encore un peu après, en se rapprochant de la fin septembre, un rapport de l’OTAN vient encore plus semer le trouble. Les soldats français n’avaient pas assez de munitions, les troupes en mission ont manqué de forces d’appui, et de toute manière, dans l’attente des livraisons d’armes et de tenues venues de France, les soldats s’équipent par eux-mêmes, font du troc, essaient d’oublier qu’ils sont sous-équipés. Enfin, dans la tourmente économique qui balaie toute précaution oratoire au profit du sauve-qui-peut bancaire, on comprend il y a quelques jours que le budget des armées françaises, même s’il rend jaloux les chercheurs et les enseignants, ne peut permettre de soutenir les décisions opérationnelles que le Président maintient par ailleurs.Et de revenir à cette journée étrange du 20 août où, devant des corps enfermés dans leur cercueil, le Président surexcité se met à plaisanter, coince avec beaucoup de difficultés un fou rire naissant. Cette image dont je me suis demandé sur le moment si je l’avais rêvée, me revient de plusieurs sites web. Le Président en effet va sourire, peut-être même rire, puis se reprend et improvise une mauvaise plaisanterie. Il pense peut-être que le « game » est « over » et que la partie peut recommencer. 

L’une et l’autre

J’avais noté ce titre là dans mes notes quotidiennes du mois d’août comme je le fais parfois quand un événement s’accroche dans un filet dont je n’arrive pas à l’extraire. Marina Petrella a été arrêtée un 21 août, il y a exactement un an. Marina Petrella était membre des Brigades Rouges. Le 9 juin de cette année, le Président français décide de négocier une mesure spectaculaire, assortie de certaines limites : contrairement à un engagement antérieur du pays qu’il préside et peut être en fonction de l’Union Européenne dont il vient d’inaugurer la présidence, il décide de signer l’arrêt d’extradition demandé par le gouvernement italien ou en tout cas de s’associer à une décision de son propre gouvernement. Mais il précise qu’il a recommandé sa grâce dès son retour sur le sol italien. Une grâce qui ne sera vraisemblablement pas nécessaire si la personne concernée se laisse mourir auparavant. Je note alors au passage avec intérêt que l’actrice et cinéaste Valeria Bruni-Tedeschi a rendu visite à la prisonnière à la mi-juillet. Il aura fallu attendre à nouveau deux mois, pour que le dénouement arrive, sans qu’aucun élément ne donne corps à un cheminement plausible de la remise en cause de la décision. Le même Président, sollicité par sa belle-soeur et sa propre femme, si j’en crois la presse, annule sa décision antérieure pour des raisons dites « humanitaires ». Les deux femmes se seraient rendues en prison, ensemble cette fois, pour annoncer la nouvelle à la détenue et tenter de faire en sorte qu’elle revienne sur le chemin de la vie.A-t-on vu cette fois un sourire sur le visage de tous les protagonistes ?

Deux pays membres du Conseil de l’Europe

Tous les jours de ce séjour en Roumanie, je cherche à connaître la situation en Géorgie et cette fois bien au-delà des chaînes de télévision. Je me sens d’autant plus concerné que je devais me rendre dans ce pays en septembre pour examiner des possibilités de coopération entre les Etats du Caucase et la Fédération de Russie pour la mise en œuvre d’un itinéraire sur les traces (écrites et même romancées) d’Alexandre Dumas. Je cherche à comprendre dans quel piège le Président géorgien s’est mis, qui l’a encouragé, qui l’a même poussé, sinon une naïveté insondable. Mais je ne peux là encore éviter une double agitation médiatique, celle du Président français et de son Ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner, sans parler des intellectuels comme Bernard-Henri Lévy dont je lis dans le Monde le récit grandiose avec la même admiration qu’envers un texte de Chateaubriand décrivant un paysage sur la route de Paris à Jérusalem de droite à gauche, alors qu’il est censé l’avoir regardé de gauche à droite. Je me remémore mon indignation après la conférence de l’OTAN à Bucarest et je me prends à admirer la démarche conjointe des chefs d’Etat des Pays baltes qui se rendent à Tbilissi, comme celle du Président roumain, du Président ukrainien, qui à des degrés divers vont poser des actes en toute connaissance de cause quand il s’agit de dénoncer celui qui a vraiment tendu le piège et qui instrumentalise les Européens pour entrer dans une négociation ultérieure à son profit : le désormais Premier Ministre Poutine.Mais j’attends en vain le sourire du Président français. Je le vois revenir très crispé de Moscou. Je le sens dans une situation difficile auprès du chef d’état géorgien, comme s’il était sur une autre planète.Et pourtant il aurait pu rire du silence assourdissant de la seule Organisation européenne dont la Russie et la Géorgie sont pays membres : le Conseil de l’Europe.Deux mois ont passé de nouveau. Il semble que quelques barrages russes ont été levés et que le Conseil de l’Europe a repris ses missions. La Direction Générale qui a la responsabilité de la culture, du patrimoine, de la jeunesse a, après une large mission dans le Caucase début octobre, décidé d’amplifier la mission d’assistance technique culturelle aux pays membres de la Région. 

Décidément, si l’été chaud de Bucarest m’a permis de dessiner les décors et de repérer les acteurs, il m’aura fallu attendre l’automne pour comprendre ce que voulaient vraiment les auteurs de la pièce.

De tout cela je suis heureux de n’être qu’un spectateur atterré !

Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy avec M. Dimitri Medvedev,  président de la Fédération de Russie  (12.08.08) ©présidence de la République

Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy  avec M. Mikhaïl Saakachvili, président de la Géorgie
(12.08.08) ©présidence de la République


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Memoiredeurope 194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte