Magazine Société

Les préférences culinaires de Maigret

Publié le 14 octobre 2008 par Anonymeses

Pierre Verdaguer, « The politics of food in post-war II French Detective fiction », in Weiss, Allen, Schehr, Lawrence, in French food, 2001, pp 184-202

Le chapitre de l'ouvrage French food présenté ici est très divertissant,. L'auteur pénètre le monde des policiers français d'une manière quelque peu inhabituelle, puisqu'il étudie cette littérature par le biais des préférences culinaires des héros de romans policiers. Pierre Verdaguer s'intéresse aux préférences culinaires de Maigret, Arsène Lupin, Marcus Aper et bien d'autres. Mais c'est Maigret qui va retenir dans ce billet notre attention. Peut-être est-ce là le charme un peu désuet de Simenon, bien que publié en Pléiade désormais...ou plutôt des échos d'une analyse bourdieusienne qui ont retenu mon attention. En effet, Pierre Verdaguer démontre que les origines rurales de Maigret apparaissent en de nombreux endroits dans les romans de Simenon.

L'évocation des préférences culinaires du commissaire Maigret

Maigret, malgré sa glorieuse carrière parisienne, reste plus à l'aise dans les cuisines des personnes interrogées, ou dans son jardin, (il est même confondu avec le jardinier dans Maigret se fâche par une bourgeoise qui a entendu vanter ses qualités de commissaire). L'évocation de son goût pour les « macaronis au gratin », la blanquette de veau ou les œufs au lait, préparés par sa femme, ne servent pas seulement à nous rendre le personnage plus sympathique. Selon Pierre Verdaguer, Simenon s'en sert pour mettre en avant la rigidité de la structure de classe française. P 188 " This is clearly an indication of the rigidity of the French class structure, but from a more symbolic point of view, it also reflects the need for policemen who serve the French Republic to be mindful of the underprivileged." Mais surtout, Simenon montre par là, combien les origines rurales du commissaire sont rémanentes à son nouveau contexte socialisateur. Comme le souligne l'auteur les « macaroni au gratin » sont caractéristiques des origines de Maigret. "It is a plain, a tasty and nourishing dish, very much like pot-au-feu, whose preparation does not require particular skills ". Cela n'est pas sans évoquer ces phrases-ci de Bourdieu page 216 de la Distinction «On pourrait, à propos des classes populaires," parler de franc-manger comme on parle de franc-parler. Le repas est placé sous le signe de l'abondance (qui n'exclut pas les restrictions et les limites) et surtout de la liberté : on fait des plats «élastiques», qui «abondent», comme les soupes ou les sauces, les pâtes ou les pommes de terre (presque toujours associées aux légumes) et qui, servies à la louche ou à la cuillère, évitent d'avoir à trop mesurer et compter, à l'opposé de tout ce qui se découpe, comme les rôtis. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anonymeses 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine