Magazine

Grogne chez des responsables libéraux : Idrissa Seck indésirable au Pds

Publié le 14 janvier 2009 par Black2004

En conférence de presse hier, le patron de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl), Mamadou Lamine Keďta, ferme et trčs convaincu, a refusé l’alliance avec Rewmi pour les prochaines élections locales.

Douche froide ! Comme les lois du Parti démocratique sénégalais (Pds) sont insondables et apocryphes, les prévisions d’Idrissa Seck sont plombées et suspendues. Avant-hier, le maire de Thičs, dans des allures de retour triomphal ŕ la «case du pčre» annonçait avec certitude, sa prochaine rencontre avec le Comité directeur du Parti démocratique sénégalais (Pds) en vue des élections locales. 24 heures aprčs, des voix autorisées de ce parti veulent chambouler ce schéma. Hier, le parton de l’Ujtl, Mamadou Lamine Keďta a mis du sable dans la marmite. «Le Pds n’ira pas aux élections locales avec Rewmi !» La pilule sera certainement dure ŕ avaler pour les «Rewmistes» qui semblaient enthousiastes ŕ l’idée de s’allier avec un Pds qui, quoique en lambeaux, reste un bon parti pour les joutes locales avec son mode de scrutin du «plus fort reste». Mais, Lamine Keďta a flairé un «jeu politicien» dans la bonne volonté déclarée de l’ancien maire de Thičs et oppose son veto de patron des jeunesses libérales. Entre les dithyrambes et les éloges des retrouvailles, M. Keďta se pose les bonnes questions : «Pourquoi Idrissa Seck a attendu la veilles des élections locales pour faire un appel du pied et répondre ŕ l’appel permanent de Me Wade ? Les termes, l’allure et le profil qu’il veut donner ŕ son retour ne sont-ils pas de nature ŕ créer plus de confusions dans la famille libérale ? A-t-il été fidčle ŕ ce qu’il s’est dit avec Me Wade au cours de leur audience ?» Libre ŕ chacun d’ergoter ou d’élucubrer sur ces interrogations, mais, M. Keďta bétonne ses suspicions : «La cote de popularité tout comme les moyens de bataille de Idrissa Seck se sont largement amoindris depuis la Présidentielles.» Et si le patron de Rewmi veut le contredire, il n’a qu’ŕ se soumettre ŕ nouveau au suffrage du peuple. D’ailleurs, Lamine Keďta, qui ne s’oppose pas aux retrouvailles entre «le pčre et son fils d’emprunt», pense que «les résultats de ces élections serviront de seules bases réelles et valables de discutions dans les perspectives d’alliance». Autrement dit, le ministre de la Jeunesse considčre que Rewmi veut «s’agripper sur la machine du Pds pour camoufler ses tares».
Un bémol. Il faut rappeler que le ministre Keďta est aussi un membre proclamé et reconnu de la «Génération du concret». Dans le cadre des jeux de positionnement pour le contrôle du pouvoir, Idrissa Seck est un adversaire déclaré. Mais, le ministre, interpellé sur ces vicissitudes de son discours, assure qu’il parle en tant que membre du Comité directeur du Pds, instance qui doit discuter avec Idrissa Seck des modalités de la fusion. Ainsi, poursuit-il, l’intéręt de son parti n’est pas d’aller aux élections locales avec Rewmi dans «cette confusion et ŕ presque une semaine de la clôture du dépôt des listes». Affaire ŕ surveiller.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Black2004 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte