Magazine People

Sur l'interdiction de Dieudonné

Publié le 14 janvier 2009 par Amaury Watremez @AmauryWat

dieudonne_fn.jpgJusqu'à maintenant, quand un acte anti-sémite était commis (on devrait d'ailleurs plutôt parler de judéophobie), on accusait l'extrème-droite ou les skins bas du front du coin, sans voir que la "nouvelle" judéophobie la plus active ne vient plus de ces milieux, même si ceux-ci restent anti-juifs, mais d'une certaine partie des musulmans, du monde arabe et même de l'extrème-gauche où l'anti-judaïsme, ou c'est déjà assimilé à de l'anti-capitalisme, mais aussi et surtout de l'anti-sionisme. La haine pour Israèl a été importée en France par la plupart de ces mouvements. A gauche comme à droite, on ne voulait absolument pas le voir, la bien-pensance impose que quelqu'un qui a été victime du racisme ne peut pas être raciste alors que malheureusement si, en clair dans l'esprit bien-pensant un arabe ne pouvait pas être anti-sémite.

En public, on parle bas, on ne dit pas grand-chose, ils sont un rien faux-cul, mais dés qu'on les encourage un peu, c'est l'avalanche. Dieudonné quant à lui fait partie à la fois de cette tendance anti-sémite venu d'anciens "situs" très à gauche, comme Faurisson, ou Garaudy, et du fait que depuis quelques années, beaucoup d'intellectuels d'origine africaine font la comparaison entre la traite négrière et la Shoah qu'ils estiment sur-traitée dans les médias. En gros, c'est "mon génocide est plus gros que le tien".Sans parler bien sûr de

dieudoelie.jpg
l'antisémitisme encore un peu plus irrationnel qui sévit un peu partout sur le Net ou dans la société, engendré par les frustrations des uns ou les complexes des autres : "si je n'ai pas réussi c'est pas ma faute mais celle des juifs,...". Il est dangereux de défiler avec des individus pareils contre les bombardements à Gaza, c'est les encourager dans leur haine et les pousser à développer cette haine. Je me souviens de ces individus pro-palestiniens qui finissaient toujours par affirmer qu'on était trop sympas avec les juifs.

De l'autre, Israèl joue continuellement sur la carte anti-sémite pour justifier sa politique. Si l'on ose critiquer Israèl, c'est que l'on est anti-juif. Si l'on ose critiquer Israèl c'est que l'on est raciste en somme. Alors que ça n'a rien à voir. Le problème est que ce pays ne base son identité que sur le traumatisme de l'Holocauste et le besoin de se protéger absolument des holocaustes futurs possibles, quitte à les entraîner en dialoguant par exemple depuis longtemps exclusivement avec le Hamas ou les pires fondamentalistes. Les bombardements de Gaza, ceux vers le Liban sont comme une fuite en avant de ce pays. Au risque d'embraser toute cette région du monde et nos pays avec.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossiers Paperblog

Magazines