Magazine Culture

Gaza : quelques paroles d’experts…

Par Francois155

Tandis que les opérations militaires continuent dans la bande de Gaza, et que la suite des événements suscite, y compris au sein de l’appareil politico-militaire israélien, des interrogations sur la définition précise de l’objectif recherché et partant, la nécessité de poursuivre l’offensive et dans quel sens, la blogosphère stratégique francophone réagit avec une pondération de bon aloi.

À côté de ces bonnes analyses de mes camarades blogueurs, j’attire aujourd’hui votre attention sur trois points de vue récemment parus dans la presse et émanant d’experts renommés. Elles sont suffisamment intéressantes, et parfois divergentes, pour que l’on s’y arrête.

- Joseph Henrotin, dans un entretien accordé à « La libre Belgique », rappelle à juste titre que les Israéliens font de gros efforts pour minimiser les pertes humaines dans un environnement urbain (qui plus est non évacué par la population civile, ce qui constitue pourtant généralement un préalable à ce type d’assaut) par nature difficile et traditionnellement très mortifère. Cette condition, épargner au maximum les civils innocents qui ne sont pas membres de l’organisation que l’on souhaite combattre, figure en bonne place dans la doctrine contre-insurrectionnelle israélienne telle qu’elle est définie par le major-général Amidror. De même, Joseph évoque-t-il la notion de « victoire suffisante » (déjà susurrée par votre serviteur), elle aussi empruntée à Amidror.

D’autre part, il cite comme objectif stratégique principal de Tashal, la reconstitution de sa capacité de dissuasion, de crédibilité militaire, effectivement entamée par l’offensive de 2006 contre le Hezbollah. Mais, dans le même temps, il rappelle l’un de ses entretiens avec un militaire israélien où celui-ci lui indiquait deux autres desseins : faire cesser les tirs de roquettes tout en réduisant « significativement » l’influence du Hamas. On voit donc se dessiner deux buts : l’un matériel (attrition maximale de l’appareil politique et militaire du Hamas), l’autre psychologique (rendre à Tsahal son image d’armée « invincible » et, dans tous les cas, qu’il vaut mieux éviter de provoquer).

Dans un autre entretien au même journal, il revient sur l’utilisation par les IDF de munitions au phosphore blanc ainsi que des armes DIME (Dense Inert Metal Explosive). À propos du phosphore blanc, une munition éclairante-fumigène, vous avez certainement été surpris comme moi en visionnant des images montrant l’utilisation de ces engins dans des conditions peu habituelles (détonation à faible altitude avec projection d’éclats vers le sol, et ce en pleine journée). Proteiras, qui anime le blog « Militaire » et que je remercie au passage, m’a soufflé une autre raison à cet emploi apparemment peu cohérent (les éclairants sont plus efficaces à haute altitude et les fumigènes plus prés du sol) : l’impact psychologique sur les populations civiles, en jouant sur la peur du feu et de ce qui ressemble à des armes à sous-munitions, obtenu par des munitions peu létales. Au-delà de l’aspect marquage/camouflage évoqué par Joseph dans son interview, cette dimension PSYOP me semble tout à fait cohérente avec la doctrine israélienne : épouvanter les civils, les inciter à rester cachés, sans provoquer de pertes indiscriminées dans leurs rangs.

- Jean-Dominique Merchet n’est sans doute pas très disert sur ses « collègues » de la blogosphère de défense (mais existe-t-il, d’ailleurs, une blogosphère stratégique francophone digne d’être citée en dehors de « Secret Défense » ?), il n’en demeure pas moins une excellente source d’informations. En témoigne son passionnant entretien avec Pierre Razoux, spécialiste reconnu de la région, et qui revient avec talent sur les opérations, depuis le chemin parcouru par Tsahal à la lueur des enseignements de 2006 (retour aux fondamentaux du combat aéroterrestre, contrôle strict de l’information, gestion fine du rappel des réservistes), jusqu’aux objectifs stratégiques plus vastes d’Israël (empêcher l’ouverture d’un second front au nord, maintenir la pression sur l’Iran, le tout sur fond d’arrivée d’une nouvelle administration au pouvoir à Washington).

Pierre Razoux évoque aussi, comme préalable à l’ouverture de pourparlers, la nécessité de garantir un contrôle très strict de la frontière entre Gaza et l’Égypte, ce qui peut passer par le déploiement d’une force internationale. Fait notable, un éditorial du quotidien Haaretz suggère aujourd’hui la possibilité, acceptable pour l’État Hébreu, de la mise en place d’un contingent turque (allié de longue date d’Israël et pays musulman) pour contrôler cette frontière après la destruction des tunnels.

Une hypothèse qui, même si elle ne se concrétise pas, est de toute façon moins ridicule que celle qui voudrait déployer des casques bleus occidentaux en plein cœur de Gaza…

- Enfin, Martin Van Creveld apporte, dans Le Figaro, un éclairage intéressant même s’il m’a semblé parfois peu convaincant. En particulier, son assertion sur le fait que les Israéliens ont atteint leurs objectifs en 2006 est très discutable. Van Creveld est un excellent historien militaire, mais un stratégiste contesté : ses critiques aussi répétées que radicales contre Clausewitz ont attiré l’attention sur son œuvre, mais elles apparaissent, in fine, par trop extrêmes sans proposer d’alternatives intéressantes de remplacement. Sans oublier, avouons-le honnêtement, que ce parti-pris anti-clausewitzien a pu influencer défavorablement l’humble auteur de ces lignes…

Un texte à lire, néanmoins, car il montre bien l’état d’esprit d’une partie des responsables israéliens.

Voilà donc quelques paroles d’experts fort utiles pour nourrir la réflexion.

En attendant la suite des événements…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francois155 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines