Magazine Bourse

Le consommateur US a jeté l'éponge

Publié le 14 janvier 2009 par Apprendrelabourse.org

Les ventes au détail aux Etats Unis ont chuté de - 2,7 % en décembre bien au-delà des - 1,2 attendus et les - 1,8 % initialement annoncés pour novembre ont été révisés à - 2,1 %.Le consommateur US a jeté l'éponge
Inquiets au début de la saison de ventes de fin d'année comme nous l'avions vu, les investisseurs avaient été globalement rassurés par les chiffres de vente de certaines chaînes ou encore par les ventes sur internet'moins pire que prévu' délivrés de manière partielle. La statistique nationale montre aujourd'hui non seulement que le sursaut n'a pas eu lieu mais que le meilleur mois de l'année a été assez durement touché. Les biens durables et l'automobile sont les plus durement impactés.

Le consommateur US a jeté l'épongeLe consommateur US a jeté l'éponge

et de l'analyse du 24 décembre dernier dans lequel était noté : "Plus fondamentalement, nous sommes toujours dans cette longue phase de recherche de support aux alentours des 3000 évoquée depuis des mois et en pleine concordance avec l'évolution de l'indice VIX qui n'a pas réussi à rompre sa tendance vieille de 2 ans. Le marché évolue toujours sur son socle de peur. Consolidation mais aucune évolution profonde de la psychologie n'est intervenue.Parallèlement, Citgroup a à nouveau complètement dévissé avec une chute de près de - 20 % vers 18 heures. Deutsche Postbank à Francfort plie de - 17,42 % (nouvelles modalités de rachat par D.Bank et Deutsche Post) Deutsche Bank plonge de - 9 % à 22,085 € avec l'annonce de pertes à hauteur de 4 milliards € en 2008. Société Générale suit le mouvement à - 10,94 % et BNP à - 5,66 %..
Ci-dessus mise à jour des éléments repris vendredi Il subsiste une faiblesse graphique issue des séances du 30 et du 31 décembre à 3 217 points (non signalé sur le graphique), zone qui correspond également au support décrit en données quotidiennes dans le lien ci-dessus. La tendance haussière serait remise en cause en cas de cassure de ce niveau."
Au-delà des moyennes mobiles classiques et du support qui a remis en cause la tendance haussière, la faiblesse graphique identifiée à 3217 a bel et bien marqué le point de rupture avec une ouverture ce jour précisément sur ces 3217 points en forme de pull-back contre (plus haut à 3219) pour confirmation de la chute et accélération avec le chiffre des ventes au détail. C'est là que les acheteurs ont jeté aussi l'éponge.
→ confirmation du réveil du risque de crédit :
... le 'risque souverain' continue aussi à être réapprécié :
La grèce a vu 5 jours seulement après sa mise 'sous surveillance négative' sa note de crédit long terme être dégradée par Standard & Poor's de 'A' à 'A-'. Quelques compléments sur le sujet : la Belgique, la Hollande et l'italie ont vu leur notes confirmées. Le Portugal est aussi 'sous surveillance négative' au même titre que la Nouvelle-zélande. Concernant la France, la note suprême 'AAA' a été confirmée de même que sa perspective notée 'stable'.
Une obligation grecque servait aujourd'hui un taux de 5,38 % contre 3,55 % pour une OAT française, toutes 2 pour une échéance à 10 ans.
→ La BCE désormais en ligne de mire :

Demain, nous prendrons connaissance de la baisse des taux décidée par la BCE. Une baisse de - 0,50 % est attendue. La parité euro / Dollar US évolue toujours sur l'axe des anticipations de différentiel de taux d'intérêts. La flèche blanche du graphe ci-dessous représente les anticipations de baisse très importantes 'jouées' par le marché concernant la Fed et décrites dans Marché des changes : Insaisissable dollar ... (Suite) . Une fois la décision américaine connue, le marché a basculé en jouant la baisse des taux sur l'euro (flèche jaune.) Rien de bien neuf sous le soleil donc... si ce n'est que le risque souverain vient peser un peu plus dans la balance.

Le consommateur US a jeté l'éponge

La BCE a des marges de manoeuvre compte tenu du reflux de l'inflation des prix à la consommation en France en baisse de - 0,2 % en décembre ramenant le taux annuel à + 1 %. En données européennes harmonisées (IPCH), la baisse mensuelle est de - 0,3 % et la hausse annuelle de + 1,2 %.
Le consommateur US a jeté l'éponge

L'inflation sous-jacente, hors énergie et alimentation, reste encore dans sa fourchette haute à 1,8 %, les services continuant leur progression aux alentours de + 2 %.
Les banques qui avaient laissé 'tranquille' pendant quelques semaines les investisseurs ont à nouveau fait reparler d'elles comme évoqué lundi dans Piqûre de rappel avec les banques et émergence du "risque souverain" en zone euro


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Apprendrelabourse.org 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte