Magazine Société

Démocratie mon amour….

Publié le 15 janvier 2009 par Enzodaviolo

Remise en cause de la liberté d’information journalistique liée à la suppression du droit de garde des sources d’investigation, contrôle des médias et en particulier du service public télévisuel, limitation du droit de grève via le service minimum, volonté de main mise sur la justice via la suppression de l’indépendance du juge d’instruction dans les affaires politico-financière, allégement de la récidive des personnes morales pendant que la répression s’accroît pour le commun des mortels, voilà un florilège non exhaustif du chemin poursuivi par notre belle démocratie sous l’ère Sarkozy.

Mais forcément, ça ne suffit pas ! la défense de la victime, de l’usager, la défense de ce qui se voit au détriment de ce qui cache des causes profondes aux actions menées, Sarkozy s’en est fait le chantre, toute caméra dehors, pour bien marteler le message qu’il s’agit de faire passer, ces salauds de fonctionnaires et de syndicalistes qui prennent en otages les usagers des transports !

Ainsi donc, après avoir agit pour réduire la capacité du salarié à défendre ses acquis et ses droits face à l’idéologie du fouet productiviste à tout prix, en instaurant le principe du service minimum, ce dernier incite désormais fortement à supprimer ce qu’il qualifie toujours en ces cas là de « pratique archaïque », le droit de retrait des salariés, disposition pourtant inscrite dans le Code du travail dans des cas de dangerosité avérée pour le travailleur, ceci au nom des usagers qui attendent avec tant de désagrément, quand bien même ce droit soit une sonnette d’alarme face à la sécurité en péril des mêmes usagers et de ceux qui les transportent.

La méthode est toujours la même, une réaction impulsive sur des évènements qui servent l’idéologie de fond et qui desservent pernicieusement ceux qui croient dans l’immédiat être écoutés par ce président si compréhensif envers la difficultés de chacun. Si chaque usager pouvait intégrer qu’il est le salarié en difficulté de demain….

Mais ce qui m’interpelle en outre dans toute cette dégradation continue des conditions démocratique de notre société dont l’objectif double est l’étranglement des défenses salariales et l’accroissement du pouvoir de l’exécutif, c’est que sur le fond de sa politique et en particulier sur l’une de ses mesures électorales phares que fût la promesse de diminution de la délinquance, c’est un échec cuisant qui est mis en lumière par l’exercice de ces droits de retraits par ces salariés agressés sur leurs lieux de travail, signes ostentatoires d’une société agressive parce qu’elle laisse sur le carreau nombre de ses citoyens, parce qu’elle met en concurrence plus qu’elle n’intègre, parce qu’elle chasse plus qu’elle n’assimile dans l’intérêt de tous.

Le plus dramatique, c’est que Sarkozy surfe sur cette échec évident plus qu’il n’en pâtit en concentrant son action sur un populisme médiatiquement relayé qui consiste à défendre ce qui se voit comme le nez au milieu de la figure tout en cachant au maximum le cancer qui ronge la société.

Peu de réactions à cela, peu de condamnations vigoureuses à cette remise en cause, je trouve cela vraiment très inquiétant….


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Enzodaviolo 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine