Magazine Société

Un conflit millénaire

Publié le 16 janvier 2009 par Chroneric

Jusqu'à présent, je ne me suis jamais exprimé sur la question du conflit qui règne entre Israël et la Palestine car c'est une question sensible et qu'il vaut mieux être un expert pour en parler. Je ne veux blesser personne, ni passer pour un soutien pour un camp plutôt que l'autre, je n'y ai aucun intérêt. Je n'ai aucune racine familiale dans cette partie meurtrie du monde. Mais pour une fois, je vais donner mon avis et tâcher d'être le plus objectif possible étant donné le délicat de l'affaire.

Il faut s'y prendre avec des pincettes. Parce que dès que l'on donne son avis sur cette question précise, on soulève un tollé et on s'attire les foudres. J'ai lu et relu des dizaines de fois mes propos avant de les publier. J'ai d'ailleurs classé les tags de cet article dans l'ordre alphabétique pour ne froisser personne. C'est dire.

Je ne connais pas les détails des tenants et aboutissants. Je vois ça de loin et en ce qui me concerne, j'observe que cela concerne une zone géographique assez restreinte même si je pense que cela a du et peut engendrer des dommages collatéraux sur les pays voisins et même au-delà. Je constate simplement que ce conflit existait déjà avant ma naissance et que je ne me trompe guère en disant que cela fait deux mille ans que ça dure. Pour moi, ce conflit s'apparente plus à une guerre de religion où l'on se dispute les lieux historiques plus qu'autre chose. C'est comme si la mer Rouge ne s'était jamais refermée, une plaie ouverte où tout un peuple est ballotté indéfiniment entre deux visions des choses. Je le répète, c'est un sentiment, c'est mon avis, c'est ce que je ressens.

Je ne crois pas qu'il faille rechercher qui sont les méchants et qui sont les gentils, c'est plus complexe que ça. Mon interrogation est somme toute simple : peut-on espérer qu'un jour cela cesse ? S'il y avait du pétrole là-bas, il y a longtemps que l'affaire serait réglée. Comme dans une enquête, je me pose la question de savoir à qui profite le crime ? Qui a intérêt à ce que cela perdure ? Nous n'avons finalement jamais eu d'explications nettes sur ce qui opposent les protagonistes. Quand vous les écoutez, chacun rejette la faute sur l'autre, ce qui, vous en conviendrez, ne fait pas avancer le schmilblik. Quand on cherche à venger une mort qui était aussi une vengeance, on n'en finit jamais. "C'est pas moi c'est l'autre", comme dans une cour de récréation, des gamineries mais des gamineries qui coûtent chères en vies humaines. Tout ceci manque de clarté et surtout de maturité je trouve. Il faut du courage et faire preuve de responsabilité pour dire stop.

Le reportage d'Envoyé spécial d'hier soir sur France 2 m'a bouleversé. Des familles entières sont décimées chaque jour. Les habitants enterrent leurs morts tous les jours dans des tombes de fortune au risque de prendre un obus sur la tête. Des drames humains qui devraient sensibilisés tout le monde et qui sont une bonne raison de cesser les feux immédiatement. Dans les écoles, les tout petits, tremblants comme des feuilles mortes, sont traumatisés et font des cauchemars. De mon catéchisme, je me souviens que l'on me parlait de tolérance, d'amour et de fraternité. Une guerre n'a aucune utilité si ce n'est pour ceux qui les dirigent. Quand il n'y aura plus personne à tuer, quand tout sera rasé, vont-ils arrêter ? Les victimes sont toujours les civiles, hommes, femmes, enfants, sans distinction.

Quel gâchis.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine