Magazine Séries

Pushing daisies : 2.09 The legend of Merle McQuoddy

Publié le 16 janvier 2009 par Tao

le père de chuckEncore un seul épisode pour Pushing daisies, la diffusion du reste restant plus qu’incertaine. J’avais dit que je n’allais pas regretter la série mais là je sens que je vais quand même avoir un petit pincement au cœur car on retrouve vraiment du très bon niveau. Je dirai même que Pushing daisies atteint son meilleur niveau car on a enfin ce que je demandais depuis longtemps. A savoir une partie mythologique à la série alliée à la traditionnelle et inamovible enquête du jour.

Ainsi le père de Chuck est de retour et cela ne se fait pas sans mal. Car zombie ou pas, il reste le père de Chuck et comme tout père qui se respecte, il n’est pas enchanté de voir sa fille sortir avec un garçon. Enfin, là on pourrait carrément dire un homme même si Ned a un petit air enfantin qui fait tout son charme. Cette partie de l’histoire est extrêmement dynamique, Charles Charles voulant profiter de sa seconde chance alors que Ned tient à ce que sa résurrection reste secrète. L’opposition entre les deux hommes sont amusante, carrément burlesque étant donné que l’un d’eux est un cadavre enturbanné pour ne pas tomber en morceaux. C’est complètement barré et c’est vraiment ça qui est génial. La série tire ainsi pleinement le potentiel de son univers loufoque et c’est un vrai régal. Comme dans l’épisode précédent, on sort toutes des petites astuces pour permettre à Chuck et Ned de se toucher et de s’embrasser à travers une feuille de papier plastique. Toutes ses petites bizarreries font là aussi toute la particularité de la série et c’est vraiment cela qui me manquera. En plus, on repart sur un nouveau cliffhanger, Charles disparaissant en laissant un mot à sa fille. Que va t’il se passer ? Va t’il rendre visite aux tantes de Chuck ? Celles ci vont elles enfin apprendre qu’elle est vivante ? Cette deuxième résurrection offre en tout cas un second souffle à la série et je me demande si la saison 2 n’aura pas du commencer directement par cela car c’est excellent.

Ne pouvant pas y couper, on a toujours une enquête du jour. Celle ci se déroule toujours un peu de la même façon et je n’étonne même plus malgré le côté dérangé des personnages tournant autour du meurtre. Le trucage du visage fondu de la morte est par contre du plus bel effet ainsi que le flash back sur le Robinson Crusoé des temps modernes. L’originalité de l’intrigue réside avant tout sur le duo Emerson Cod/ Olive Snook. Celui ci fonctionne à merveille. Tous les deux sont extrêmement drôles, on joue sur la différence de physique entre les deux acteurs qui au fond sont complémentaires. C’est un vrai régal. Olive a visiblement pris plaisir à épauler Ned lors du concours culinaire et j’adore de plus en plus ce personnage. Kristin Chenoweth est mieux mise en valeur. Je ne sais pas si c’est le fait de savoir qu’elle sera dans la nouvelle série de David E. Kelley mais je me régale à chacune de ses apparitions. C’est une actrice formidable. Je ne la connaissais pas avant Pushing daisies et c’est bien dommage. On retrouve aussi dans cette intrigue Alexander Gould (Shane Botwin dans Weeds) n’étant qu’à la saison 2 de Weeds, j’ai eu un peu de mal à le reconnaître car le gamin a vachement grandi, ça pousse vite ce genre de mauvaise herbe.

Conclusion : On a un excellent épisode. Parfaitement balancé entre l’intrigue du papa zombie et l’affaire de nos détectives. Il y a pleins de petits moments, de petits détails loufoques typiques à la série mais qui sont vraiment bien utilisés cette fois ci. J’en viendrai presque à regretter la série. C’est donc vraiment un regret de voir un tel épisode arriver si tard car si toute la saison 2 avait été de ce niveau, elle n’en serait peut être pas là où elle en est aujourd’hui.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines