Magazine Société

Israël bombarde des hôpitaux et un entrepôt de l'ONU

Publié le 16 janvier 2009 par Tanjaawi
Les explosions dans la bande de Gaza se sont poursuivies après une journée marquée par les combats les plus acharnés que le territoire palestinien ait connus depuis le début de la guerre.

(JPG)

L'attaque contre l'entrepôt de l'ONU a détruit pour plus de millions de dollars en nourriture et en fournitures médicales[AFP]

Zeina Awad, correpondante de Al Jazeera à la frontière entre Israël et Gaza, a dit que la nuit avait été relativement calme, les efforts diplomatiques semblant s'intensifier, mais dans les premières heures de vendredi - 21ème jour de la campagne militaire israélienne - on pouvait toujours entendre des explosions et les avions survolant le territoire.

Les dirigeants israéliens examineraient les conditions du Hamas pour un cessez-le-feu et Tzipi Livni, ministre israélienne des affaires étrangères se rend à Washington pour des consultations avec Condoleezza Rice, son homologue étasunienne, au sujet des conditions d'un cessez-le-feu.

L'armée israélienne a dit qu'elle « bouclerait » la Cisjordanie vendredi après que le Hamas a appelé les Palestiniens à manifester contre Israël

Hôpitaux touchés

Jeudi, sur le terrain, les forces israéliennes ont bombardé trois hôpitaux et un complexe de l'ONU lors de leur avance dans la ville très peuplée de Gaza.

Près de 500 personnes étaient réfugiées à l'hôpital Al-Quds dans le quartier sud-ouest de Tal Al-Hawa quand des jets israéliens l'ont bombardé et incendié jeudi matin.

Les responsables de l'hôpital ont dit que l'incendie avait été provoqué par un « obus au phosphore ».

« Nous avons pu maîtriser l'incendie dans l'hôpital, mais non pas dans le bâtiment administratif » a dit un officiel d'Al-Quds.

« Nous espérons que le feu ne reprendra pas vers les ailes de l'hôpital ».

Des obus israéliens ont aussi touché deux hôpitaux à l'est de Gaza Ville alors que les Gazaouis fuyaient devant les tanks envahissant la ville.

On ne sait pas encore si les raids ont provoqué des victimes.

Les Israéliens ont aussi bombardé un complexe de l'ONU à Gaza Ville, incendiant deux entrepôts de nourriture et de fournitures médicales très précieuses, ce qui a soulevé un tollé international.

Près de 700 Palestiniens étaient réfugiés dans le complexe de l'ONU au moment des frappes lesquelles ont blessé deux civils et trois fonctionnaires ONU.

Adnan Abu Hasna, porte-parole de l'UNWRA a dit que le feu faisait toujours rage des heures après l'attaque et que des « dizaines de millions de dollars en assistance » étaient partis en fumée.

Incendies au phosphore

John Ging, directeur des opérations de l'UNWRA dans la Bande a aussi accusé les Israëliens d'utiliser des bombes au phosphore

« Ce sont des incendies au phosphore et ils sont donc très difficiles à éteindre parce que l'eau dégage des fumées toxiques et ne fait rien pour arrêter la combustion » a-t-il dit.

Israël prétend que toutes les armes qu'il emploie dans le conflit sont conformes au droit international.

L'offensive israélienne a tué jusqu'ici au moins 1105 Palestiniens et en a blessé 5130 ; près de la moitié des victimes décédées étaient des civils et 330 des enfants.

Treize Israéliens sont morts, dont trois civils.

Jeudi, les forces israéliennes ont aussi bombardé deux bâtiments où se trouvent des journalistes internationaux à Gaza , tout comme le bureau du Croissant Rouge près de Gaza Ville et la mosquée principale.

Cet article peut être consulté ici :

http://english.aljazeera.net/news/m...

Traduction de l'anglais : Anne-Marie Goossens

16 janvier 2009 / Info-palestine
 
Israël bombarde des hôpitaux et un entrepôt de l’ONU

L'armée israélienne bombarde un complexe de l'ONU

© AP GraphicsBank">
© AP GraphicsBank">
© AP GraphicsBank">
Incendie dans un bâtiment où était entreposée de l'aide humanitaire, déclenché par des tirs d'obus israéliens sur Gaza.
Israël bombarde des hôpitaux et un entrepôt de l’ONU

Incendie dans un bâtiment où était entreposée de l'aide humanitaire, déclenché par des tirs d'obus israéliens sur Gaza.

© AP GraphicsBank

15 janvier 2009 / Amnesty

Jeudi matin, des obus israéliens ont frappé des bâtiments des Nations unies à Gaza. Trois personnes ont été blessées.
Un bâtiment où était entreposée de l'aide humanitaire d'urgence a pris feu lorsque les obus – qui contenaient vraisemblablement du phosphore blanc – ont frappé le siège de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza. L'UNRWA a déclaré avoir demandé à maintes reprises à l'armée israélienne de ne pas lancer de tirs d'artillerie à proximité de ce complexe.

« Cette attaque contre l'UNRWA, qui semble avoir visé un complexe humanitaire clairement identifié, met en lumière la nécessité de mener une enquête impartiale et approfondie sur une série d'opérations au cours desquelles des civils ont été tués ou blessés, et des constructions et infrastructures civiles ont été détruites, a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.
« Amnesty International est extrêmement préoccupée par l'utilisation par Israël de munitions contenant apparemment du phosphore blanc, substance qui cause de graves brûlures lorsqu'elle entre en contact avec la peau. Bien qu'il ne soit pas interdit par le droit international, le phosphore blanc est une arme incendiaire qui ne devrait jamais être utilisée dans des zones où la population civile est dense, en raison de ses effets dévastateurs. »
Selon les responsables des Nations unies, 700 personnes au moins se trouvent toujours dans le complexe, où elles ont cherché refuge alors que les combats continuent. L'UNRWA précise que l'attaque a empêché ses camions de quitter le complexe pour aller distribuer le ravitaillement alimentaire et les fournitures médicales attendus de toute urgence.
« Le droit international interdit sans équivoque les attaques contre le personnel, les installations, le matériel, les unités ou les véhicules participant à une mission d'assistance humanitaire, a souligné Malcolm Smart. Les attaques délibérées contre des établissements ou du personnel dispensant une aide humanitaire peuvent constituer un crime de guerre. »
Amnesty International demande qu'une enquête indépendante soit menée dans les plus brefs délais sur cette attaque qui a désorganisé la distribution de l'aide humanitaire aux civils en détresse de Gaza.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tanjaawi 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine