Magazine Beaux Arts

Les premiers spectacles nus au théâtre

Par Bernard Vassor

Par Bernard Vassor

Coucher d'Yvette Hauteur.jpg Le Coucher d'Yvette ...... D'après de nombreux historiens du spectacle, la première représentation "deshabillée" eut lieu au Divan Japonais rue des Martyrs. L'erreur est double, il existait bien avant  la salle de la rue des Martyrs (75) selon des mémorialistes, dans le passage de l'Opéra, le "Théâtre naturaliste de Monsieur Chirac" où des comédiens jouaient des scénetttes dans le plus simple appareil. La deuxième erreur consiste dans le fait que la salle que Maxime Lisbonne, ancien communard, avait repris à Jehan Sarrazin, s'appelait "Les Concerts Lisbonne". Il fut donné une pièce intitulée "Le Coucher d'Yvette", qui avait été refusée par l'Eden-Théâtre. C'était une pantomime musicale, streep-tease bien innocent; en effet, la comédienne Blanche Cavelli, enlevait lentement ses vêtements derrière un paravent à contre-jour, mais conservait, ce que les spectateurs ne pouvaient pas voir, de quoi préserverson intimité. La censure interdit aussitôt le spectacle en public, mais Maxime Lisbonne contourna la difficulté en ne présentant son spectacle que sur invitation. Le spectacle fut repris ensuite à l'Alcazar d'été (aux Champs Elysées). C'est en 1900, que les choses sérieuses apparurent; deux salles : "le Little-Palace" et "les Folies-Pigalle" proposèrent des exhibitions de tableaux lascifs "purement lubriques"selon les censeurs. Bien sûr, la police et les tribunaux mirent fin à un tel scandale! En appel, les contrevenants ayant été acquittés, le ministère public obtint la condamnation sous la présidence de monsieur Landry, sous la qualification d'outrages publics à la pudeur. La chambre avait fait une distinction entre le nu artistique et le nu obscène. D'une part, le fait de faire représenter au théâtre des scènes dans lesquelles figurent des femmes nues ne constituait pas le délit d'outrage public à la pudeur, lorsqu'il résultait des diverses précautions prises, des jeux de lumière combinés, de la disposition de gaze faisant écran avec le public et de l'éloignement des actrices, de leurs poses purement plastique, immobiles, et  dégagées de toute intention lascive !!! folies pigalle archives largeur.jpg Les Folies-Pigalle ...... Le tribunal acquitta le directeur du théâtre des Folies-Pigalleet trois de ses pensionnaires, mais d'autre part considérant que le délit d'outrage à la pudeur était établi, il condamna monsieur Chatillon directeur du Little-Palaceà trois mois de prison, et deux artistes à quinze jours avec sursis à madame Bouzon, dite "Sergine Charley" et la même peine à mademoiselle Blanche Lepelley dite "Liliane". Il y eut aussi l'affaire des "Folies-Royales" dont le diecteur Gohen, dit "Dikson" écopa de trois mois de prison; Germaine Duhault, dite "Deslys" "bénéficièrent" elles, de quinze jours sans sursis. Voilà la triste histoire des pionniers de la gaudriole....

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rue des Martyrs : le cabaret Le Carillon

    Martyrs cabaret Carillon

    PAR BERNARD VASSOR Ce cabaret fut fondé par Georges Léon Stiers*, dit Tiercy qui avait débuté "aux Décadents", le cabaret de la rue Fontaine (16 bis). Sur... Lire la suite

    Par  Bernard Vassor
    CULTURE, HISTOIRE
  • Seins martyrs

    L'amour qui fait « Gnup »Les onomatopées sont souvent dotées d’un fort symbolisme suggérant . Et persistant. Il suffit d’entendre « Gnap » pour que surgisse... Lire la suite

    Par  Aaapoum Bapoum
    BD, CULTURE, LIVRES
  • [Video] Martyrs

    Voici la bande annonce de Martyrs réalisé par Pascal Laugier et avec Mylène Jampanoï, Morjana Alaoui, Catherine Bégin Martyrs envoyé par leblogcine Lire la suite

    Par  Leblogcine
    CINÉMA, CULTURE
  • Cinéma : MARTYRS

    Le pitch : " France, début des années 70.Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps... Lire la suite

    Par  Carlitablog666
    CULTURE
  • Samedi j'ai vu "Martyrs"...

    Héhé c'est toujours la même chose, je meurs d'envie de voir des films d'horreur / gores et une fois dans le noir devant l'écran géant et le son plein les... Lire la suite

    Par  Lindt
    CINÉMA, CULTURE, HORREUR
  • Martyrs – Tout ca pour ca !

    En France, on aime dire qu’on est des artistes. Il faut entendre par là qu’on se pare de fierté pour dire que l’on compense les gros moyens des américains par... Lire la suite

    Par  Bebealien
    CINÉMA, CULTURE
  • "Martyrs" : désolant

    "Martyrs" désolant

    Pour être pile dans le ton, Martyrs aurait dû sortir à la mi-juin, date à laquelle des millions d'ados suent sang et eau sur leur copie du bac philo, tentant... Lire la suite

    Par  Rob Gordon
    CINÉMA, CULTURE, HORREUR

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog