Magazine Société

Pour Pascal Salin la crise financière est due à l'interventionnisme

Publié le 16 janvier 2009 par Francisrichard
Pour Pascal Salin la crise financière est due à l'interventionnismeL'Institut Constant de Rebecque publie aujourd'hui un rapport sur la crise financière réalisé par Pascal Salin  (ici), professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Ce rapport, que j'invite l'internaute à lire, et à relire, sans modération, commence par affirmer que "la meilleure régulation passe par le libre fonctionnement des marchés, et non par leur réglementation". Tout le contraire de la chanson que l'on vous serine dans la quasi totalité des média.

Pascal Salin ne se contente pas d'affirmer, il démontre : "La cause essentielle de cette crise, écrit-il, provient [...] de l'extraordinaire variabilité de la politique monétaire américaine au cours des années récentes. Or, celle-ci est bien évidemment décidée par des autorités publiques et non déterminée par le marché [...]. Pendant toute la période de bas taux d'intérêt et de crédit facile, le monde a été submergé de liquidités. Afin de profiter de cette magnifique occasion de profits faciles, les établissements financiers ont accordé des crédits à des emprunteurs de moins en moins fiables, comme l'a montré la crise des "subprimes" (voir mon article Le marché du crédit hypothécaire perverti par l'interventionnisme ). Lorsque l'on est revenu à des taux d'intérêt plus normaux, les excès du passé sont apparus au grand jour : c'est l'éclatement de la "bulle financière".

A cette cause essentielle il faut ajouter des facteurs aggravants : la certitude implicite d'un sauvetage par les autorités publiques en cas de difficultés (voir mon article La bouée étatique à l'origine de la crise financière ) - ce qui n'a pas manqué, et qui n'incite pas à la responsabilité - et le contournement par les banques de leur obligation arbitraire de maintenir un ratio de 8% de fonds propres sur avoirs, en dissimulant une partie non négligeable de leurs encours derrière le paravent d'autres organismes, tels que des fonds d'investissement. On a donc créé des liquidités artificielles. Au lieu de fonder la croissance sur des fonds propres, on l'a fait sur du crédit, et sur une apparence illusoire de fonds propres. On a imposé un résultat qui "ne remplacera jamais le libre jeu des décisions d'être humains responsables (c'est-à-dire capitalistes)".

Il ne faut pas confondre régulation et réglementation. La régulation de l'activité économique est le résultat du libre fonctionnement des marchés : "les actions de ceux qui interviennent sur les marchés apportent de nouvelles informations qui les conduisent à s'ajuster continuellement à leur environnement". La réglementation, ou régulation étatique, est la prétention d'un petit nombre qui détiendraient "des informations meilleures et plus nombreuses que les innombrables intervenants des marchés", ce qui justifierait qu'ils soient "chargés de réglementer et de contrôler les autres".

Un modèle de référence serait caractérisé par un système où la création monétaire arbitraire serait impossible et se traduirait par une monnaie stable et par une évolution lente et prévisible des prix; par une épargne abondante et volontaire, répartie "entre des fonds propres, rémunérés par un  taux de rendement risqué et donc variable, et des fonds prêtables rémunérés par un taux d'intérêt fixé à l'avance de manière contractuelle entre prêteurs et emprunteurs". Ce modèle de référence a existé, au XIXe siècle...

Aujourd'hui il en va tout autrement : "Le taux d'intérêt n'est plus déterminé uniquement par le marché des fonds prêtables, mais il est devenu un instrument de la politique monétaire. La création monétaire est entre les mains des autorités publiques et celles-ci déterminent le taux d'intérêt, soit directement, soit indirectement par les achats et les ventes d'avoirs financiers de la banque centrale. Il en résulte qu'un écart plus ou moins important peut exister entre le taux d'intérêt résultant de la politique monétaire et le taux d'intérêt qui reflète la rareté relative de l'épargne prêtable, celui qui serait déterminé par les désirs des prêteurs et des emprunteurs".

La "politique d'argent bon marché" est destinée à stimuler l'activité économique et l'investissement. En réalité l'épargne étant insuffisante on crée de la monnaie et "corrélativement le taux d'intérêt diminue. Cette baisse d'intérêt est totalement artificielle puisqu'elle laisse croire que l'épargne prêtable est plus abondante qu'elle ne l'est en réalité. Ce faisant, les autorités publiques donnent une information fausse aux marchés [...]. Le taux d'intérêt étant bas, les emprunteurs sont incités à emprunter plus, pour financer des investissements, pour acheter des actifs financiers ou pour acheter des logements (cas des Etats-Unis ou de l'Espagne au début du XXIe siècle). C'est ainsi que naissent les "bulles financières" ou les "bulles immobilières"." Effet pervers : "la baisse d'intérêt effectif réduit l'offre de fonds prêtables".  

Pascal Salin parle de "l'illusion de la relance économique" ( voir la vidéo dans mon article Les politiques Pour Pascal Salin la crise financière est due à l'interventionnismede relance de l'économie par l'Etat échouent toujours ) : "La crise financière mondiale, qui atteint un grand nombre de pays dans le monde, se traduit maintenant par un ralentissement de l'activité économique, ce qui inquiète l'opinion. Les gouvernements essaient donc de répondre à cette inquiétude par la mise en oeuvre de "plans de relance". S'ils restaient totalement passifs, on ne manquerait pas de le leur reprocher, dans la mesure où tous les citoyens ont été éduqués dans l'idée que les pouvoirs politiques avaient le devoir essentiel de veiller à la prospérité et qu'ils en avaient les moyens".

Le dirigeant politique doit donc faire quelque chose. Heureusement pour lui il y aurait "une règle simple, inspirée de la théorie keynésienne : pour relancer l'activité économique, il faut accroître la demande globale et, pour cela, il faut soit augmenter les dépenses publiques, soit relancer la consommation, soit encore créer de nouvelles liquidités monétaires". On a vu ce qu'il en était de la création monétaire. Les dépenses publiques, ce n'est pas mieux : "[elles] ne créent pas de nouvelles richesses; elles ne consistent qu'à prendre à certains la richesse qu'ils ont créée afin de l'utiliser pour acquérir des biens choisis arbitrairement par les politiciens et les bureaucrates".

Pour relancer la consommation "Obama a promis de baisser l'impôt sur le revenu pour 95% des Américains, ce qui serait très bien (s'il peut jamais y parvenir). Mais cela serait très bien non pas parce que c'est censé accroître la consommation - étant donné que la croissance nécessite l'accumulation de capital, soit de l'épargne et non de la consommation - mais parce que cela introduirait davantage d'incitations à travailler plus, épargner plus, engager davantage de salariés, etc."

Le problème est que dans le même temps Obama a prévu "d'augmenter les taux d'imposition marginaux sur les hauts revenus", ce qui provoquera inévitablement un ralentissement économique : "La raison en est que dans n'importe quelle société, toutes les personnes sont interdépendantes : si l'on décourage un entrepreneur d'investir et de créer de nouveaux emplois, cela entraîne un taux de croissance plus faible et un taux de chômage plus élevé".

Comme on le voit, nos dirigeants ont tout faux. Pascal Salin va encore plus loin : "Contrairement à ce qu'on a tendance à penser, les faillites sont créatrices et non destructrices : le maintien des entreprises en difficulté perpétuerait les mauvais choix, alors que les faillites permettent de transférer leurs actifs vers des propriétaires et managers qui sauront mieux les utiliser".

Le moins qu'on puisse dire est que Pascal Salin ne pratique pas la langue de bois. Il ne nous laisse d'ailleurs aucun espoir sur le financement des folles dépenses que nos dirigeants s'apprêtent ou ont déjà commencé à faire : "ils ont recours à l'impôt - diminuant d'autant le pouvoir d'achat des citoyens - ou à l'emprunt - limitant alors les ressources nécessaires à l'investissement".

Fermez le ban !

Francis Richard

L'internaute peut écouter sur le site de Radio Silence (ici) mon émission sur le même thème.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pascal Lamy et la Crise

    Interview de Pascal Lamy par Nicolas Demorand 7 janvier 2009 – France Inter Nicolas Demorand : Tout le monde parle de réformer le capitalisme, de la gauche à... Lire la suite

    Par  Sauvonsleurope
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Article de Pascal Salin dans les Echos

    n article intéressant de Pascal Salin passe aujourd’hui dans les Echos et il est heureusement disponible en ligne. Il traite de la crise financière actuelle et... Lire la suite

    Par  Alexis Vintray
    FINANCES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pascal Cherki, nouveau maire du 14ème arrondissement

    Pas de surprise, Pascal Cherki a été élu, samedi, maire du XIVème arrondissement de Paris, par le conseil d'arrondissement, succédant au maire socialiste... Lire la suite

    Par  Jarousseau
    CÔTÉ FEMMES, EDUCATION, ENFANTS, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Croissance verte - Entretien avec Pascal Canfin

    La « croissance verte », nouveau slogan à la mode, ne tente-t-elle pas de faire cohabiter deux principes antagonistes - le productivisme et l’écologie ? La... Lire la suite

    Par  Pslys
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • A Pâques,c'est le week end, Pascal ! _ Ah bon, dis Pascal

    Sous ce titre à la drôlerie ravageuse et iconoclaste l'auteur veut annoncer que, pour la première fois depuis un moment, il s'en va en wouiquenne. Lire la suite

    Par  Rodho
    BD & DESSINS, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Le Couchepin Pascal

    Déjà que quand il travaille il ne fait pas grand chose de droit ou d’intelligent, lorsqu’il est en weekend pascal notre grand lapin fédéral se répand en vaines... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • 3 jours de repos pascal

    jours repos pascal

    J'ai profité de ces trois jours de repos offerts par Pâques... Samedi ce fut une visite au 104 rue d'Auberviliers pour découvrir dans sa pure réalité la... Lire la suite

    Par  Micheltabanou
    SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Francisrichard 9752 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine