Magazine Culture

Des portraits aristocratiques (2/2)

Publié le 18 janvier 2009 par Myriam

... suite et fin

De retour dans les Flandres (1627-1632), Van Dyck mène une carrière très active de peintre d'histoire et de portraitiste et, dans le domaine des portraits, il affirme son style propre qui tend "sinon à abolir, du moins à estomper la frontière entre portrait noble et portrait bourgeois".

Pour l'illustrer ces propos, on peut prendre pour exemple les deux remarquables portraits présentés en pendant des époux Stevens. Il peint d'abord, en 1627, le "Portrait de Peeter Stevens", un marchand drapier d'Anvers.

Van Dyck - Peeters Stevens
Il le représente en gentilhomme qui accapare les signes distinctifs de la noblesse avec l'accent mis sur l'utilisation ostentatoire du gant (clin d'oeil à "L'Homme au gant" du Titien) et les armes familiales figurant sur le pilastre à côté de lui. "Il ne manque guère qu'une épée pour que la frontière entre portrait bourgeois et portrait aristocratique soit entièrement abolie".
Van Dyck - Anna Wake
Le "Portrait d'Anna Wake", son épouse, fut réalisé en 1628 à l'occasion de son mariage avec Peeter Stevens. Van Dyck confère à la femme, que l'on sent un peu plus en retrait, un chic également aristocratique puisqu'elle est vêtue à la française avec l'amorce d'un décolleté, qu'elle tient dans ses mains un éventail en plumes d'autruche (ce qui était à l'époque très rare et très cher), et qu'il y a également les références aux armes familiales sur le pilastre. Il semblerait que ces deux tableaux ont été conçus comme des pendants même s'ils dérogent à la règle traditionnelle "héraldique" de présenter l'homme à la droite de la femme. "En galant homme, Stevens paraît présenter au spectateur sa jeune épouse et les regards qu'il lui jette révèlent ses sentiments. L'aisance avec laquelle Van Dyck infléchit les conventions picturales qui corsetaient le portrait matrimonial fait oublier ici l'audace d'une représentation habitée par un climat émotif inhabituel."

Van Dyck - Portrait de Charles 1er
Sa notoriété désormais dépasse largement Anvers, les Provinces-Unies et la cour de la Haye et il devient, à partir du printemps 1632, le portraitiste favori du roi d'Angleterre Charles 1er et ce jusqu'à sa mort en 1641. Dans ses portraits de l'aristocratie anglaise ainsi que ceux des membres de la famille royale, il parvient à trouver un habile équilibre entre l'exigence de dignité et une pose naturelle jusque là absente des portraits royaux et il annonce déjà des peintres comme Gainsborough et Reynolds. Dans ce tableau de "Charles 1er en habit de l'ordre de la Jarretière" (1637, Dresde, Staatliche Kunst-sammlungen), on est à la fois dans un portrait d'apparat royal avec une pose hiératique pour le roi, qui apparaît dans le majestueux habit de l'ordre de la Jarretière et à la fois, dans un portrait intime où l'on ressent dans ce visage longiligne et dans le regard une certaine mélancolie.

Ce qui frappe chez Van Dyck, au delà de la facilité déconcertante avec laquelle il est capable de rendre les visages, les tissus et drapés (aux couleurs chatoyantes ou sombres), c'est l'impression de naturel, d'instantané (à ce titre, l'esquisse "Portrait des princesses Elizabeth et Anne" est saisissante) qui ressort dans la plupart de ses portraits avec ce paradoxe d'avoir ennoblit ses portraits bourgeois (notamment par leur pose, la longueur de leur mains ...) et d'être parvenu à donner l'illusion du naturel dans les portraits d'apparat.

Mais peut être ce qui m'a frappé le plus, au delà de la force des regards, c'est l'extrême finesse et vivacité des mains. "On peut interpréter leur finesse autant comme un signe d'aristocratie que comme celui d'une fragilité consubstantielle ... Cette fragilité extrême et revendiquée, qui se lit des poignets fins aux doigts immensément longs, ... va de pair avec la mobilité. Car elles vivent ces mains, suggérant toujours d'imperceptibles gestes ou, lorsqu'elles sont au repos", elles ne sont "jamais raides ou lourdes, mais comme en apesanteur" '(Éric Bietry-Rivierre).   

Il est encore temps de découvrir cette exposition qui se tient jusqu'au 25 janvier 2009 au Musée Jacquemart-André.

Les textes entre guillemets proviennent du catalogue de l'exposition (sauf le texte de Bietry-Rivierre).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Sleevefaces 2

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici quelques exemples de Sleevefaces. C'est une tendance qui émerge sur internet. Chacun peut faire ça à la maison,... Lire la suite

    Par  Ericlaforge
    CULTURE, MUSIQUE
  • [portrait] Chapitre 2 : Guillermo del Toro empoche la caméra

    Cronos L’échine du diable. Mimic Dans cette nouvelle partie, Guillermo est déjà partagé entre ses racines mexicaines et son ambition territoriale vers les... Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE
  • L’audioguide en mp3 de l’exposition Van Dyck

    Pour sa nouvelle exposition sur Van Dyck le musée Jacquemart André nous offre un mini-site dédié qui vaut le détour (comparé aux mini-site des autres expos de c... Lire la suite

    Par  Dianed
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Octobre (2)

    Après une semaine de vache maigre, voici la suite des sorties kiosque du mois d’octobre. Ultimates HS 6, Marvel Universe 11 et Ultimate Fantastic Four 26 sont... Lire la suite

    Par  Franck Aniere
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Van Dyck portraitiste

    Le musée Jacquemart-André consacre jusqu'au 25 janvier 2009 une magnifique exposition aux portraits de Antoon Van Dyck (1599 - 1641), première à être entièremen... Lire la suite

    Par  Matt
    CULTURE
  • Visite privée blogueurs : Van Dyck au musée Jacquemart-André

    Le musée Jacquemart-André est sans conteste l’un de mes musées favoris, quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai appris qu’ils se lançaient dans la communicatio... Lire la suite

    Par  Dianed
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Mais que se passe-t-il avec Izzie Stevens?

    Mais passe-t-il avec Izzie Stevens?

    Pour tous ceux qui regardent la cinquième saison de Grey's Anatomy, vous savez qu' Izzie (Katherine Heigl) a perdu la boule! Alors que se passe-t-il avec elle?... Lire la suite

    Par  Bubblefrog
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION

A propos de l’auteur


Myriam 321 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine