Magazine

Adultère version 2.0

Publié le 18 février 2009 par Mry

Adultère Dans le GQ de mars, vous aurez à boire et à manger. Coté geekerie & co, je vais retenir l'article de Nicolas Santolaria : adultère version 2.0. De quoi il parle ? Il explique par le menu et sans oublier une étape les relations multiples et parallèles que peut entretenir tout un chacun sur la toile. Il ne dit pas que c'est la grande débauche des sens, mais qu'au moins l'intention y est. Comme on dit "lire la carte n'est pas trompé, y goûter serait une autre affaire".

Nous, fous furieux du web, blogueurs, sommes à la pointe de ce qui se fait en matière de connections avec autrui. Les rencontres sont faciles, les intentions rapidement développables... Je n'excuse pas, je ne châtie pas. Le 2.0 nous rend polyamoureux... il révèle une nouvelle dimension cachée sous une chape d'éducation judéo-chrétienne dont il faut s'affranchir.

Dans la même veine, nous pouvons cultiver nos fantasmes en nous transformant le cas échéant en black plantureuse, en latine sulfureuse, en pervers SM, en transsexuel féminine, voire en nain sauteur !... Le web et ses interfaces permettent de changer de face comme nous le souhaitons voire même de nous inventer des vies, boites à imagination d'autrui.

Mais la question finale se pose de savoir si le 2.0 n'a pas transformé nos coeurs en outil de performances qui nous permettrait de tromper, pendant un temps, notre état de mortel ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mry 253 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte