Magazine Culture

Nulle & Grande Gueule - Joyce Carol Oates

Par Woland

Big Mouth & Ugly Girl Traduction : Claude Seban

J'ai acheté ce roman dans la collection Folio et rien, sur la jaquette, ne précisait qu'il s'agissait là d'un roman écrit pour un public d'adolescents. Gallimard l'a d'ailleurs édité également dans sa collection Folio-Jeunesse, c'est tout dire. (Merci, Julie, pour le renseignement. ;o) )

A quinze ans déjà, je ne me sentais guère en adéquation avec mes contemporains. Alors, le fait de me retrouver précipitée, fût-ce par la grande Joyce Carol Oates, dans cet univers si spécial qu'est l'adolescence, ne m'a pas vraiment séduite. Si encore Oates, fidèle à elle-même, s'était attachée à des adolescents glauques, vénéneux, leur imposant un destin du même style et clôturant son roman sur l'une de ces chutes dont elle a le secret ! ... Quelque chose comme "Délicieuses pourritures", vous voyez ...

Mais non. Peut-être surveillée par quelque censeur éditorial soucieux de convaincre les adolescents américains que, finalement, ils auraient bien tort de croire que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue, la romancière, après une première partie remarquable, s'enlise dans les conventions habituelles du genre et, tenez-vous bien, il y a même une happy end.

A la limite, c'est de l'anti-Oates.

En tous cas, ce roman, je l'ai ressenti comme tel.

Puis, je me suis posé la question : ayant une pré-ado à la maison, quel livre lui conseillerais-je plutôt de lire ? "Nulle & Grande Gueule" ou "Délicieuses Pourritures" ? ... Bon, le premier, bien sûr, pour l'instant parce que "Délicieuses Pourritures", c'est plutôt gratiné. Mais tout en lui disant qu'il s'agit là d'un roman mineur au sein de l'exubérante jungle oatesienne, un roman gentillet mais utopiste, avec un parfum fleur bleue qui charme quand on a quinze ans mais déconcerte lorsqu'on en a vingt de plus - quand encore il ne fait pas ricaner. Un roman surtout qui ne restitue en rien le génie authentique de son auteur.

Pourtant, Oates dépeint admirablement la hantise des parents et des autorités depuis le massacre de Colombine. Tout comme elle fustige, implacable, les mille petites lâchetés des parents et des élèves lorsqu'ils se trouvent confrontés à la prétendue dangerosité de Matt (surnommé Grande Gueule). Ses obsédés religieux, on y croit aussi : haineux, obtus, naturels, quoi !

Mais justement, sur de telles vérités, on ne peut tenter de fixer par la suite le masque étroit et ridicule d'un amour adolescent qui grandit au mépris de tout, de la récompense accordée aux "gentils" tandis que les "méchants" subissent leur châtiment, de la fin idyllique s'ouvrant sur un avenir de rêve (ou presque).

Parce que la vie, ça n'est pas ça du tout. La vie, elle est toujours plus proche de "Délicieuses Pourritures" que de "Nulle & Grande gueule" : c'est cynique de le dire et de l'écrire, mais c'est vrai.

Enfin, un peu de rêve ne fait pas de mal. Dommage que Oates donne l'impression de s'être réveillée à la moitié du livre. ;o)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Joyce Carol Oates, Les Chutes

    Joyce Carol Oates, Chutes

    Au matin de sa nuit de noces, Ariah Littrell découvre que son époux s’est jeté dans les chutes du Niagara. Lire la suite

    Par  Gilles
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • La fille tatouée de Joyce Carol Oates

    fille tatouée Joyce Carol Oates

    ETATS-UNIS Editions Stock, "La cosmopolite",2003 Joyce Carol Oates est l'un de mes écrivains américains préférés. En fine psychologue, elle focalise son... Lire la suite

    Par  Sylvie
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Eux de Joyce Carol Oates

    Joyce Carol Oates

    Joyce Carol Oates Éditions Stock, mai 2007, 633 pages. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Francis Ledoux De 1962 à 1967, Joyce Carol Oates enseignait... Lire la suite

    Par  Florinette
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • La gueule du loup

    gueule loup

    de Didier TronchetBande dessinée - 113 pagesEditions Futuropolis - mars 2008François Renard est seul, et c'est pour ça qu'il se retrouve au Love Club, pour une... Lire la suite

    Par  Lorraine De Chezlo
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Hudson River - Joyce Carol Oates

    Hudson River Joyce Carol Oates

    Hudson River Traduction : Claude Seban Joyce Carol Oates fait partie de ces auteurs prolifiques qui imaginent des intrigues fouillées et des personnages à... Lire la suite

    Par  Woland
    CULTURE, LIVRES
  • Coup de gueule

    Je viens de tomber, lors d'un égarement télévisuel, sur la nouvelle émission de TF1, Dance Floor qui sera le plus fort, adaptation à la française d'un jeu... Lire la suite

    Par  Lexoguil
    CULTURE, MUSIQUE
  • Julianna Margulies (Carol Hathaway) ne reviendra pas dans "Urgences"

    Alors qu'Anthony Edwards a revêti la blouse du Dr. Greene dans l'épisode d' "Urgences" de jeudi dernier sur NBC (à travers un flashback), il semble qu'il n'en... Lire la suite

    Par  Buzzline
    CULTURE, SÉRIES

LES COMMENTAIRES (1)

Par nico
posté le 18 décembre à 12:36
Signaler un abus

Curieux, votre commentaire sur ce roman de OATES! si vous éliminez toute considération sur la manière et la stylistique qu'emprunte l'auteur pour dépeindre une Amérique ridicule dans ses hystéries et ses hypocrisies absurdes, inhumaines, et si vous ne faites que regretter que l'oeuvre ne soit pas plus "gore", tournez vous plutôt vers HOUELLEBECQ! Pas sûr non plus que "Sexy" et "Nulle et grande gueule" soient des récits uniquement destinés à des adolescents. Je considère au contraire que J.C. Oates témoigne d'une vraie sensibilité et d'une habileté jamais démonstrative ou grossière à distinguer ce qui fait UNE personnalité en butte contre un GROUPE, les difficultés à exister hors les sentiers battus, les normes et les convenances, aléatoires et discriminatoires.

A propos de l’auteur


Woland 388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines