Magazine Société

Le prix des Îles

Publié le 22 février 2009 par Jlg47
Les revendications de nos concitoyens des territoires lointains révèlent la sclérose de notre belle administration.A : D'une part, il y a des aides très importantes pour réduire le coût des transports et assurer la fameuse continuité territoriale. D'autre part, il y a des taxes très élevées (au profit des collectivités locales) à l'entrée des produits dans ces territoires. De quoi inciter les collectivités locales à exporter les produits locaux (ce qui est aussi subventionné) et importer de quoi nourrir les résidents. Le pactole. Ce qui explique que les bananes caraïbes soient plus chères sur place qu'en métropole. Ne serait-il pas plus logique de doter directement les collectivités locales selon leurs nécessités? Ne serait-il pas plus logique de favoriser la production locale, créatrice d'emplois et réduisant de plus la signature carbone?B : D'une part il y a des aides importantes (la continuité territoriale) pour assurer l'équité entre les citoyens des DOM et de métropole, et d'autre part TOUS les fonctionnaires bénéficient d'une prime de vie chère revalorisant de 40% leurs rémunérations (outre d'autres avantages) par rapport à ceux de métropole. Et le même SMIC (depuis peu au nom de l'équité!) pour le secteur privé. Équité dite-vous? De quoi faire monter les prix au détriment des salariés du secteur privé. De quoi rendre l'emploi légal privé impossible car hors de prix. Est-il possible de retrouver une certaine équité? Est-il possible de revenir sur une situation aussi scandaleuse aujourd'hui qu'elle avait du sens il y a 60 ans?Oui nos compatriotes ultramarins ont raison de se révolter contre la vie chère. Mais ce sont les prix qu'il faut faire baisser (en réduisant les prélèvements).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlg47 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine