Magazine Société

L'epuration "ethique"

Publié le 23 février 2009 par Giher
Lundi 23 février 2009 11h57 - L'EPURATION "ETHIQUE" - politique J'ai manifesté plusieurs fois dans ce blog mon inquiétude quant à l'orientation éthique du sarkozysme qui se cache ( mal) derrière les réformes et qui n'est que ce que l'on pouvait attendre d'elles : la mise en pratique de principes particulièrement conserveurs voire réactionnaires et le choix de la répression plutôt que celui de l'éducation. Alors que la croissance et le pouvoir d'achat occupaient le terrain des revendications, le volet éthique était plutôt négligé par les médias ou tout au moins son importance minimisée. Les événements aux Antilles au-delà des revendications sur le pouvoir d'achat font resurgir les problèmes éthiques engendrés par le libéralisme. A ce sujet le manifeste de la révolte lancé par neuf intellectuels antillais incite à la réflexion. En voici des extraits :
"derrière le prosaïque du « pouvoir d'achat » ou du « panier de la ménagère », se profile l'essentiel qui nous manque et qui donne du sens à l'existence, à savoir : le poétique. Toute vie humaine un peu équilibrée s'articule entre, d'un côté, les nécessités immédiates du boire-survivre-manger (en clair : le prosaïque) ; et, de l'autre, l'aspiration à un épanouissement de soi, là où la nourriture est de dignité, d'honneur, de musique, de chants, de sports, de danses, de lectures, de philosophie, de spiritualité, d'amour, de temps libre affecté à l'accomplissement du grand désir intime (en clair : le poétique). Comme le propose Edgar Morin, le vivre-pour-vivre, tout comme le vivre-pour-soi n'ouvrent à aucune plénitude sans le donner-à-vivre à ce que nous aimons, à ceux que nous aimons, aux impossibles et aux dépassements auxquels nous aspirons.
La « hausse des prix » ou « la vie chère » ne sont pas de petits diables-ziguidi qui surgissent devant nous en cruauté spontanée, ou de la seule cuisse de quelques purs békés. Ce sont les résultantes d'une dentition de système où règne le dogme du libéralisme économique. Ce dernier s'est emparé de la planète, il pèse sur la totalité des peuples, et il préside dans tous les imaginaires ? non à une épuration ethnique, mais bien à une sorte « d'épuration éthique » (entendre : désenchantement, désacralisation, désymbolisation, déconstruction même) de tout le fait humain.
Ce système a confiné nos existences dans des individuations égoïstes qui vous suppriment tout horizon et vous condamnent à deux misères profondes : être « consommateur » ou bien être « producteur ». fin de citation.
le texte intégral est chargeable sur Mediapart ( si vous êtes abonné)
0 miam  | 1 commentaire [0 TrackBack(s)] 1 commentaire : [Ajouter]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Giher 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine