Magazine Cinéma

Le palmarès des Oscars 2009

Par Redac Cinéstarsnews
Les Oscars ont été remis dans la nuit de dimanche à lundi, à Los Angelès, aux Etats-Unis. Palmarès.

Les grands gagnants

Le film "Slumdog Millionaire" de Danny Boyle, nommé dans dix catégories, rafle huit récompenses.
voici la liste: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure adaptation, meilleure musique originale, meilleure chanson («Jai Ho» d'A.R. Rahman et Gulzar), meilleur scénario adapté, remis au Britannique Simon Beaufoy, meilleure photographie, meilleur montage et meilleur mixage sonore.

De quoi en faire un carton financier, sachant que le film, tourné avec un budget de 15 millions de dollars, a déjà rapporté 160 millions au box-office mondial. Christian Colson, le producteur, a évoqué le «voyage extraordinaire» du long-métrage — qui a failli ne jamais sortir en salles.
C'est le 2e Oscar de sa carrière. Sean Penn gagne l'Oscar du meilleur acteur pour «Harvey Milk», un film de Gus Van Sant sur ce héros de la cause homosexuelle assassiné il y a plus de 30 ans.

Dans son discours de remerciements, Sean Penn en a profité pour faire passer un message politique: «Je pense que c'est le moment pour ceux qui ont voté pour l'interdiction du mariage homosexuel (le 4 novembre dernier, les électeurs en Californie ont adopté par référendum une modification de la Constitution de leur Etat, dite Proposition 8, qui stipule que seul un mariage entre un homme et une femme est légal, ndlr) de s'asseoir et de réfléchir à leur grande honte et à la honte dans les yeux de leurs petits-enfants s'ils continuent à se comporter ainsi. Nous devons avoir des droits égaux pour tous».


Kate Winslet
remporte l'Oscar de meilleure actrice pour son rôle dans «Le liseur». Bien que pourvue d'un Golden Globe 2009, l'actrice n'y croyait plus. En effet, elle a déjà été nommée à six reprises aux Oscars sans jamais l'emporter au final.


Heath Ledger
, décédé en janvier 2008, obtient à titre posthume l'Oscar du meilleur second rôle pour sa performance de Joker fantasque et inquiétant dans «Batman, le chevalier noir». Summum de l'émotion dans la salle, lorsque Kate, la soeur de l'acteur, a parlé sur la scène, en s'adressant au disparu: «Nous savions tous deux que ce que tu avais créé avec le Joker était tellement spécial et nous avions même parlé d'être là pour ce grand jour». Heath Ledger n'est pas le premier à recevoir un Oscar après sa mort: avant lui, en 1976, un Oscar posthume a été décerné à Peter Finch pour son rôle dans «Network».

Penélope Cruz
, première Espagnole à recevoir un Oscar, celui du meilleur second rôle féminin pour «Vicky Cristina Barcelona» de Woody Allen. «Est-ce que quelqu'un s'est déjà évanoui ici?, a-t-elle demandé. Je pourrais bien être la première».



Surprise dans la catégorie meilleur documentaire. Le gagnant est "Man On Wire", du Britannique James Marsh, avec un héros... français. En effet, le documentaire relate l'exploit du funambule français Philippe Petit, qui avait marché en 1974 entre les tours du World Trade Center à New York. Un exploit insensé, mené en toute illégalité.



Il n'a pas obtenu d'Oscar mais Hugh Jackman, l'acteur australien qui a animé la cérémonie, mérite des applaudissements pour son mini one-man-show à l'ouverture des festivités.


Les perdants

Laurent Cantet, le réalisateur d'«Entre les murs», avait fait le déplacement outre Atlantique. Mais son film, palme d'or à Cannes, n'obtient pas l'Oscar du meilleur film étranger. Le gagnant dans cette catégorie? Un film japonais intitulé «Departures», réalisé par Yojiro Takita, l'histoire d'un ex-violoncelliste devenu croque-mort malgré lui.

Autre perdant notable: le documentaire animé «Valse avec Bachir», du cinéaste israélien Ari Folman. Il se fait coiffer au poteau par le robot de «Wall-E», sacré meilleur film d'animation. Malchance? «Valse avec Bachir», déjàcoup de coeur au Festival de Cannes, n'avait rien remporté là-bas non plus.

Nommé dans la catégorie du meilleur acteur, Mickey Rourke, déjà vainqueur d'un Golden Globe pour son rôle de catcheur dans «The Wrestler», repart les mains vides, mais a reçu les compliments de l'Oscarisé: Sean Penn l'a assimilé à ces «artistes courageux qui, en dépit d'une grande sensibilité, ont surmonté d'énormes défis», avant d'ajouter qu'il le considérait comme son frère.

Enfin, moins perdant que déçu, le film «L'étrange histoire de Benjamin Button», avec Brad Pitt. Pourtant nommé dans treize catégories, il s'est contenté de trois Oscars plutôt techniques: direction artistique, effets visuels et maquillage.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Redac Cinéstarsnews 2482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines