Magazine Environnement

Le bio vedette du salon de l’agriculture ?

Publié le 24 février 2009 par Bio Nation

Je reproduis ci-dessous la chronique de l’économiste Bernard Maris de ce matin sur France Inter reprise sur le site de marianne.

C’est plutôt pas mal à vous de juger…

“Enfin, la vedette, n’exagérons rien. Seuls 44% des français consomment au moins un produit bio en un mois. L’agriculture bio reste encore quelque chose de marginal, méprisé réservé au Parisiens et aux bobos, à ceux qui ont les moyens…

Les moyens de quoi d’ailleurs ? De rester en bonne santé ? de donner de la nourriture saine à leurs enfants au lieu de nourriture empoisonnée ? Telle Ministre de la République avouait, un peu gênée, ne consommer que bio. Pourquoi, lui demandait-on ? « Pour des raisons de santé » disait-elle du bout des lèvres…

Mais ne boudons pas notre plaisir : on commence à comprendre que l’industrie agricole, l’industrie agro-chimique intensive et productiviste, celle qui a tranformé les paysages en déserts de terres complètement stériles, qui ne deviennent productives que grace aux engrais, qui a créé les élevages concentrationnaires, hors-sol et en batterie, celle qui fait que 80% des légumes sont produits sous serre et hors sol, celle qui pollue l’eau des rivières ou des nappes phréatiques, commence à être critiquée…

Mais c’est vrai, cette agiculture-là est moins chère. Enfin : beaucoup moins chère : un peu moins chère. Les salades gorgées de pesticides et d’engrais sont moins chères. Les pommes de terre non. Le riz non plus. Le lait ? A peine moins. La viande beaucoup moins chère, certes, mais le œufs et le lait non bio sont à peine moins chers. Mais que veut dire « moins cher », quand le « moins cher » ruine l’environnement et la santé ?

7 milliards d’euros pour les céréaliers

Et la surface bio devrait augmenter.. Elle n’est aujourd’hui que de 2% (ce qui veut dire que 98% de la malheureuse terre agricole est soumise aux engrais et aux pesticides, et elle devrait tripler d’ici 2012. Le gouvernement envisage de fournir les cantines et les restaurants en bio à hauteur de 20% toujours d’ici 2012. C’est très bien. Ce qui veut dire que 80% de la nourriture sera de moins bonne qualité. Mais on peut penser que les agriculteurs, les vrais, reviendront petit à petit en France, pour récupérer le terrain face aux industriels de l’agro-chimie. Lesquels vendent moins cher… Mais l’agriculture reçoit 10 milliards d’aides européennes par an, dont les 2/3 vont aux céréaliers. Peut-être faudrait-il aider un peu plus le bio. L’agro industrie produit pour la grande distribution. . Peut-être aussi faudrait-il regarder ce que la grande distribution a fait de notre vie, en détruisant les villes. Mais la vraie question est : l’agriculture bio pourrait-elle nourrir la planète. Et la réponse est ? Oui bien sûr, et en plus en la respectant ! L’an dernier, 2000 agriculteurs sont devenus bios. C’est un petit signe, mais un bon signe.

La phrase : « Regardez l’entrée des villes. Comment les politiques ont-ils pu les enlaidir à ce point ! » Michel Serres.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bio Nation 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte