Magazine

Brèves : L'affreux Jojo, Vaclav Klaus et Henri Lepage, le Texas, et un retour à Perpignan

Publié le 23 février 2009 par Objectifliberte

Quelques brèves pour ce mardi...
------
Georges Frêche le conologue Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la politique, sans oser le demander --
Les secrets de la politique politicienne ont enfin été révélés en termes compréhensibles par tous par un maître ès qualité, le languedocien, pardon, le septimaniaque Georges Frêche (cf. photo), connu pour son raffinement, sa bonne éducation, son honnêteté verbale, son exquise amabilité...

Les étudiants du monsieur ont enregistré un de ses cours, avant lequel l'affreux jojo avait dû un peu trop forcer sur le Minervois et le Pic Saint Loup. Et ça donne... çà :

Oui, Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.


Il va être content, le connard d'électeur, tiens... Continuons le cours de science po' appliquée :

Les cons ne disent jamais merci. Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent "il est comme nous", c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux.

Là, les catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais dans deux ans, je vais me mettre à les aimer je vais y revenir je vais leur dire, mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon, ils diront : qu’il est intelligent, ils me pardonneront, ils en reprendront pour 6 ans. C’est un jeu, qu’est ce que vous voulez il faut bien en rire. Avant je faisais ça sérieusement, maintenant j’ai tellement l’habitude de la manœuvre que ça me fait marrer.

Qui a dit que les français n'étaient pas heureux au boulot ? Voyez notre Jojo: quand il vous prend pour des cons, il se maaaarre...

Les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer, pourquoi voulez vous les changer ?

Comment ça, monsieur Frêche, les socialistes ne veulent plus construire un homme nouveau ? Tout fout le camp, tiens...

Si vous arrivez à faire en sorte que les gens intelligents passent de 6 à 9 % voire à 11, vous ne pourrez pas aller au-delà. Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime, mais ça ne m’empêche pas, mais après quand vous avez raison, après ils vous donnent raison, mais toujours 3 à 4 ans après.

Toujours 3 ou 4 ans après, ils disent, mais il est pas si con parce que après tout ce qu’il a fait ça marche. Donc vous faites des trucs, vous vous faites élire, 6 ans. Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire, vous leur tapez sur le claque bec, etc… ah salop le peuple aura t’a peau, on t’aura, moi je dis cause toujours, je vous emmerde. Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan, vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles, je vous aime, oh catalans, je vous aime, oh occitans mes frères, je vous aime, vous faites un petit institut, une merde pour propager le catalan auprès de 4 gugusses, tout le monde est content, tout le monde est content, évidemment ils parlent catalan comme ça personne les comprend à 3 km de chez eux.

Mais ça leur fait plaisir.

Alors donc, la politique, c'est simple, il suffirait de brosser les cons dans le sens du poil, ceci dit sans la moindre allusion sexuelle -- quoique M. Frêche ait également de bonnes anecdotes à raconter sur la sexualité des anglaises, que je vous laisse découvrir par vous même. Georges Frêche, le roi des cons ?

Le reste du cours est également... à lire. Monumental. C'est Machiavel revisité par Coluche, la confluence osmotique de Confucius et de Jean Marie Bigard ! On peut dire ce que l'on veut, mais un tel moment de sincérité de la part d'un politicien, ça n'a pas de prix.

Il ne reste plus qu'à souhaiter qu'il y ait une seconde façon de faire de la politique qui fonctionne, celle qui parle à la partie haute du cerveau des gens. Sinon, Sabine Hérold et Aurélien Véron n'ont aucun avenir. Ou alors, un libéral faux-cul ? Si vous en connaissez un, choyez le, la cause en a besoin.

A noter: l'authenticité des propos du monsieur est certifiée par les enregistrements MP3 qui sont disponibles en bas de cette page. Il y a de quoi faire un bon morceau de rap... "je-fais-cam-pagne-au-près-des-cons et je-ra-masse-les-voix-en-masse (...)".

Et comme disait Coluche:  "Alors ils voudraient qu'on soit intelligents et ils nous prennent pour des cons ! et comment on ferait alors ?"

------

Klaus
Henri Lepage interviewe Vaclav Klaus pour "Politique internationale" -- Relevons un peu le niveau de ce blog qui sombrait ci dessus dans la plus basse des écumes de la vie politique.

Henri Lepage, président de l'institut Turgot, est allé interviewer Vaclav Klaus (photo), le très libéral président tchèque. Et de quoi parlent deux présidents économistes libéraux quand ils se rencontrent ? Des libertés individuelles et économiques, bien sûr ! C'est à lire sur le site de l'insitut Turgot. Extrait:

H. L. — Je viens précisément d'écrire un texte pour Politique Internationale dans lequel j'explique que tout a commencé avec les accords de Bâle en 1989.

V. K. — Absolument. Ces accords de Bâle sont contemporains de la chute du mur de Berlin et des régimes communistes en Europe centrale et orientale. À l’époque, je n'y ai prêté aucune attention. Je n'étais qu'un économiste subalterne, qui n'avait même pas de bureau. Je ne pouvais suivre les nouvelles qu'à travers ce que les journaux en disaient. Et, étant donné les circonstances, j'avais bien d'autres chats à fouetter. Je me souviens que, plus tard, lorsque je suis devenu ministre des Finances, au début des années 1990, j'ai piqué une vraie colère lorsque j'ai découvert l'existence de ces prétendus ratios prudentiels. J'ai essayé de faire comprendre que les banques centrales commettaient une grave erreur. Ce fut la même chose avec les accords de Bâle II (au début des années 2000). Et aujourd’hui, nous nous apprêtons à adopter des Bâle III, Bâle IV, et ainsi de suite... qui ne feront qu’aggraver les choses.

Tiens, visiblement, mon analyse des accords de Bâle est partagée en haut lieu !

------

Inner smile of Texas
Le micro-climat du Texas - Ah, la crise ! N'est elle pas la preuve que le capitalisme devenu fou a failli, et que la régulation et l'intervention de l'état sont plus que jamais nécessaires ?

Seul problème avec cette brillante théorie : l'état américain qui surmonte le mieux la crise semble être, une fois de plus, le Texas (photo) ! Le Texas, avec son impôt additionnel sur le revenu de 0% et son droit du sol réellement libéral interdisant les clauses de restriction du droit d'usage de la propriété non contractuelles... Le Texas, classé deuxième état le plus libre de l'union, économiquement parlant, après le minuscule Delaware.

Bref, il semblerait que, pour aborder la crise avec le moins de dommages possibles, il vaut mieux être un état fédéré peu interventionniste comme le Texas, plutôt que la Californie, déjà évoquée longuement dans ce blog, et que d'aucuns, dans le Wall Street Journal, comparent... A la France, et ce n'est pas un compliment.

Certains auraient pu croire que le Texas allait être doublement impacté, par la crise financière et par la chute des prix du pétrole. Cela ne semble pas être le cas.

Extrait du Houston Chronicle, sous la plume de Kendall Miller, président des "houstoniens pour une croissance responsable" :

Unlike most other cities, however, we (NdVB: Houston) added more than 50,000 jobs last year and housing values have declined less than in other cities. Because real estate has been realistically priced here, there have been few examples of cutting corners in mortgage lending. In Los Angeles, for example, the median priced home is more than 11 times the median income. In Houston, the median priced home is less than three times the median income. The downturn will be milder in Houston.

Experts around the world say this is no accident. The largest city in America without zoning has enjoyed government policies that do not artificially constrict supply by restricting land use. Instead, deed restrictions control what can be built within most neighborhoods and the friction between growth and neighborhoods that commonly inspires the ill-considered politics and policies in other cities has been relatively rare in Houston.

While other major cities have priced low- and moderate-income buyers and renters out of the housing market, we have largely avoided prescriptive policy demands on building design. And, for the most part, we have recognized that shifting public infrastructure costs to builders inevitably ends up coming out of the consumer’s pocket.

This has not gone unnoticed, with many economists and land use experts citing Houston over the past year as the city that “got it right.”


Et un autre Texan, bloggueur de talent, Brian Shelley, apporte quelques informations complémentaires:

Houston:
Best City to Live, Work and Play Kiplinger's Personal Finance — July 2008
Best U.S. City to Earn a Living Forbes.com — August 18, 2008
Best City for Recent College Grads Forbes.com — June 26, 2008
Fastest Job Growth (11/07 to 11/08) U.S. Bureau of Labor Statistics, Metropolitan Area Employment and Unemployment – January 4, 2009
Lowest Cost of Living Among Major Metro Areas ACCRA Cost of Living Index — Second Quarter 2008
Largest IT Service Economy Onforce, Inc. (VoIP Monitor) – December 5, 2008
Top U.S. Manufacturing Cities Manufacturers' News Inc. (as reported in the Houston Business Journal) — May 30, 2008
Texas:
America's Top State for Business CNBC.com — July 2008
Most Favorable Business Climate in the Nation Development Counsellors International (DCI) — "Winning Strategies in Economic Development Marketing" — July 2008
Best State To Do Business Chief Executive Magazine — January 2008
[Most] Fortune 500 Headquarters Fortune Magazine - April 2008
U.S.'s Top Exporting State WISERTrade — February 2008

Quand je vous disais que les villes les plus librement administrées ont de nombreux attraits, je ne vous mentais pas !

Malgré cela, Barack Obama a visiblement choisi d'appliquer le modèle californien plutôt que le modèle texan à l'Amérique : Environnementalisme fanatique, déficits incontrôlés... Et visiblement, aucune mesure pour libérer le foncier des états qui pratiquent l'urbanisme restrictif, dans lesquels la bulle a fait de véritables ravages.

A la décharge d'Obama, même l'ancien gouverneur du Texas qui l'a précédé à la maison blanche, n'a pas compris l'intérêt d'étendre le modèle économique Texan à toute l'Amérique.

* Quel rapport entre le Texas et la photo ? cherchez un peu, bon sang...
-------

Retour à Perpignan -- Nous étions à Perpignan au début de ces longues brèves (sic) avec l'ineffable Georges Frêchouillard, retournons-y avec quelqu'un qui pratique avec bonheur la communication vers la partie intelligente du cortex cérébral, le plus célèbre des libéraux de Catalogne française, Jean Louis Caccomo, qui nous revient avec une excellente chronique en liberté, à moins que ce ne soient les chroniques du désespoir:

Il faut bien admettre que les efforts conjugués de l’Education Nationale (dont 80 % du corps enseignants votent à gauche) d’un côté et du monde médiatique (dont 80 % expriment ses sympathies pour l’extrême-gauche) de l’autre côté ont aboutit à un phénomène unique dans le monde développé : l’exception culturelle déclinée à tous les modes. Notre pays se complait de l’hystérie antiéconomique qu’elle tend à faire passer pour une sensibilité sociale exacerbée.

Cette exception culturelle se bâtit sur une vision archaïque de l’économie en vertu de laquelle la richesse des uns (des individus, des ménages ou des pays) génère forcément la pauvreté des autres. Dans cette conception, l’entreprise est réduite à un lieu d’exploitation du travail, d’exploitation de « l’homme par l’homme ». Ainsi, concurrence et profit ne peuvent être tolérés tandis que l’activité de l’entreprise se doit d’être encadrée par des lois et réglementations précises, sous le regard attentif des « partenaires sociaux » (syndicats) qui vont décider des salaires, des promotions, du temps de travail et de la répartition des bénéfices. L’outil de production est de fait collectivisé dans un pays où la gestion privée est d’emblée suspect !

Aujourd’hui, on franchit un cran en socialisant la question du partage des bénéfices. Dans un pays qui inscrit le principe de précaution dans sa constitution, on veut bien partager les bénéfices mais est-on conscient des risques qu’il faut prendre pour espérer générer du bénéfice ?

Ce que Georges Frêche traduirait sûrement par : "Je fais de la politique pour les cons, alors, je coupe les bénéfices en trois tiers, je donne un tiers aux salariés, ils croient qu'on leur fait un cadeau, les cons, et les actionnaires, ils sont que 20% alors je les emmerde, et hop, je ramasse les voix au prochain tour !"

Que l'on soit un excellent économiste ou un piètre politicard, Il faut être catalan pour comprendre la politique Française. 

--------


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Interview avec Henri Lepage

    Le 29 janvier 2009 - Une interview avec Henri Lepage, auteur de nombreux livres à succès en économie, tels que Pourquoi la propriété, Demain le libéralisme,... Lire la suite

    Par  Unmondelibre
    A CLASSER
  • Klaus aurait-il de la famille ?

    La tempête Klaus a transformé la trop bien rangée forêt des Landes en champ de cure-dents, ou d’alumettes, au choix. Dans le Sud Ouest, les derniers foyers,... Lire la suite

    Par  Zappeuse
    A CLASSER
  • Brèves diverses

    Destroying America -- L'administration Obama a laissé passer un amendement parlementaire qui en dit long sur la mentalité dominante dans les rangs démocrates. Lire la suite

    Par  Objectifliberte
    A CLASSER
  • Avec les remerciements de Vaclav Klaus !

    Suite à mon coup de gueule contre le socialiste en chef de l'euro-parlement, assorti d'un coup de griffe final contre le président (PPE) de ce même parlement... Lire la suite

    Par  Objectifliberte
    A CLASSER
  • Brèves diverses

    Le retour des assignats - La Californie va payer ses prochaines échéances sous forme de... reconnaissance de dette (I owe U, IOU aux USA). Lire la suite

    Par  Objectifliberte
    A CLASSER
  • M comme « Mann (Klaus) »

    comme Mann (Klaus)

    Alors que plutôt pathétique, ce pauvre Stefan Zweig s’était exclamé après l’arrivée massive des députés nazis au Reichstag à la fin de l’été 1930 qu’il... Lire la suite

    Par  Jeanyvessecheresse
    A CLASSER
  • Henri Cartan

    "Il est plus facile d’apprendre les mathématiques que d’apprendre à s’en passer."Henri Cartan Henri Cartan , né le 8 juillet 1904 à Nancy , est décédé cet été l... Lire la suite

    Par  Guy Marion
    SCIENCE, SCIENCE & VIE

A propos de l’auteur


Objectifliberte 2968 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte