Magazine Cinéma

Top 5 : Jacques Gamblin

Par Rob Gordon
Cette semaine, Jacques Gamblin s'appelle Noël Gentil, Émile Leullet et Denis Leprince dans Bellamy. Et ce soir, il concourt pour les César™. On croise les doigts pour lui.

Top 5 des films avec Jacques Gamblin
01. Le premier jour du reste de ta vie (2008)
Le petit miracle de 2008, comédie dramatique populaire ayant su trouver son public et le toucher au coeur. Dans le rôle du chef de famille, chauffeur de taxi clopeur, Gamblin trouve le juste milieu entre son côté lunaire et la surprenante gravité dont il peut faire preuve. Si ça n'était pas déjà pris, on l'appellerait bien le grand Jacques.
02. Mademoiselle (2001)
Une merveille de délicatesse, récit ciselé de la rencontre éphémère de deux êtres de passage (un improvisateur en tournée et une visiteuse médicale). Que ce soit avant ou après, jamais le sympathique Philippe Lioret n'aura atteint ce niveau de grâce. Un petit moment de flottement et d'allégresse, comme un voyage sur un nuage. Et un Gamblin forcément magique.
03. Kanzo senseï (1998)
Gamblin chez Shohei Imamura : une rencontre assez improbable pour un second rôle savoureux, celui d'un prisonnier hollandais se liant d'amitié avec le Docteur foie (traduction du titre) et menant de drôles d'expériences avec un microscope. On y retrouve une fois encore la marque de fabrique de l'acteur : douceur, légèreté, le tout dans une enveloppe de virilité. Chouette film.
04. Laissez-passer (2002)
Pourquoi s'agit-il du meilleur film de Bertrand Tavernier ? C'est parce que, pour une fois, son casting n'est pas outrageusement dominé par un cabotin ou une bête de somme (ces deux notions convergeant assez souvent). Embauché en dernière minute, Gamblin fait des merveilles dans le rôle d'un résistant apprenti cinéaste, formant avec Denis Podalydès un duo impeccable.
05. Au petit Marguery (1995)
Sans doute pas un chef d'oeuvre, mais l'un des premiers films ayant permis de découvrir Gamblin à sa juste valeur. Une oeuvre chorale inégale mais attachante, dans laquelle un restaurateur vieillissant (bouleversant Michel Aumont) reçoit toute sa famille pour célébrer la fermeture de son enseigne. À découvrir...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Top 20 (re)sorti du placard en 2011 (Jacques)

    A nouvelle année, nouveau top. Je comptais bien vous livrer mes 20 chansons 2011, mais les trops grandes occurrences avec la liste proposée par mon cher Valenti... Lire la suite

    Le 03 janvier 2012 par   Masterpitch
    NOUVELLES, TALENTS
  • Manosque, non-photos n° 1 et 2 : Jacques Gamblin, François Morel

    Café de La Poste, samedi 27 septembre, vers 16 heures 45.Gamblin à la terrasse, tournant discrètement le dos aux autres consommateurs. Il est accompagné d’un... Lire la suite

    Le 30 septembre 2008 par   Tilly
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Rogue casting

    C'est dimanche, je débranche : tout le monde ressemble à quelqu’un, a des faux airs de... Enfin il paraît. Dans le milieu du ciné cela peut se révéler utile. Lire la suite

    Le 06 décembre 2009 par   Kilgore
    CINÉMA, CULTURE
  • Dans la brume électrique, James Lee Burke

    "Peut-être que Twinky Hebert, exactement comme Julie Balbonie, c'est nous. Il méprisait son passé à un tel point qu'il n'avais jamais pu le reconnaître. Lire la suite

    Le 20 novembre 2009 par   Antigone
    CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Rob Gordon 51 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines