Magazine Culture

Anthologie permanente : Edmond Jabès

Par Florence Trocmé

Quant tu es loin
il y a plus d'ombre
dans la nuit
il y a
plus de silence
Les étoiles complotent
dans leurs cellules
cherchent à fuir
mais ne peuvent
Leur feu blesse
il ne tue pas
Vers lui quelquefois
la chouette lève la tête
puis ulule
Une étoile est à moi
plus qu'au sommeil
et plus qu'au ciel
distant absent
prisonnière hagarde
héroïne exilée
Quand tu es loin
il y a plus de cendres
dans le feu
plus de fumée
Le vent disperse
tous les foyers
Les murs s'accordent
avec la neige
Il était un temps
où je ne t'imaginais pas
où hanté par ton visage
je te suivais dans les rues
Tu passais étonnée à peine
J'étais ton ombre dans le soleil
J'ignorais le parc silencieux
où tu m'as rejoint
Seuls nous deux
rivés à nos rêves
au large de nos paroles abandonnées
Je dors dans un monde
où le sommeil est rare
un monde qui m'effraie
pareil à l'ogre de mon enfance
[...]

Edmond Jabès, La Clef de voûte, GLM [Guy Lévis Mano], 1950, p. 25-26.

Contribution de Tristan Hordé

Edmond Jabès dans Poezibao :
biobibliographie,
Didier Cahen, Edmond Jabès (note de lecture),
Au pli du dialogue, un article d'Olivier Goujat : 1, 2 et 3 avec pdf intégralité de l'article),
extrait 1

→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique f.trocme@poezibao.com
ou
→ Recevez le samedi la lettre d'information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l'anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
* Merci de préciser "abonnement à l'anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Andrea Zanzotto

    Duvets I Pré de cloches*, d’aigrettes, là-bas égaré toujours plus profonde avancée des conceptions de l’infini * Duvets de lamentations subtiles lointains,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : James Sacré

    Le monde au bord d’un lac parlait à mon poème Le lac Storrie fait un beau demi-cercle d’eau au bout d’un plateau, et s’appuie Contre les premières pentes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Eugène Savitzkaya

    Il n’est de roi qu’entre les serpents et de reine que parmi les grenouilles, d’infini qu’au fond d’une poche, que poids dans le cœur, qu’ordures dans la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Santiago Montobbio

    Hôpital des innocents La page blanche n’est jamais seulement la page blanche : en parler c’est facile, mais pas dire – et c’est certain – que la page consommée... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Michel Leiris

    Brume Qu’ai-je gagné à dissiper une à une les taies qui me bouchaient les yeux si je n’ose faire face à la vérité terriblement nue contre quoi tout mon corps... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Antonella Anedda

    Si j’ai écrit c’est par inquiétude parce que j’avais souci de la vie de la félicité des êtres serrés dans l’ombre du soir quand le soir s’abat soudain sur les... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Zbyněk Hejda

    Est-il certain que nous ayons un jour été ? Ou que cela n’ait pas été trop tard ? Sur quelles plaques avons-nous donc gravé nos images plus noires que noir ? Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines