Magazine Culture

« Jours tranquilles » à Auschwitz : Bourreaux et insouciants, les SS savaient profiter de la vie, entre des actes de mort…

Publié le 23 septembre 2007 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com

Devoir de mémoire ? Devoir d’information d’abord. Et face à l’indicible, nous ne savons pas tout encore…. Bien des témoignages inédits, bien des documents non publiés, bien des archives personnelles cachées, égarées ou oubliées conservent leurs secrets.

86b865dd1c298aed2d7c286aa948b6f0.jpg

Deux « nouveautés » en la matière ces derniers jours :

>>>un album photo révélé par le New-York Times et mis en relief par le Journal du Dimanche de ce jour : comment les SS vivaient des jours tranquilles à Auschwitz. Des documents qui donnent froids dans le dos. Quand on a , à l’esprit, d’autres photos…

>>>Et un texte inconnu  de Primo Lévy dont une phrase reste un avertissement surtout en cette ère où l’efficacité commande d’aller de l’avant avec des regards très sélectifs sur le passé : «Quiconque oublie son passé est condamné à le revivre».

b71f34836a63178496c47b5c66c18877.jpg

En janvier dernier, une archiviste du Mémorial de l’Holocauste de Washington a reçu une enveloppe de photos conservées depuis 60 ans par un ancien agent des services de renseignement de l’armée : L’album dit de Karl Höcker (commandant adjoint du camp de mai 44 à janvier 45). Höcker  n’a pas pris lui-même les photos puisqu’il figure en bonne place sur nombre d’entre elles, mais il se révèle bon rédacteur (froid) de légendes et soigneux dans la conservation de ses « souvenirs ». Des souvenirs roses d’une période noire. « Les bourreaux ne l’étaient pas en permanence », commente Serge Klarsfeld dans le JDD  « La barbarie d’un coté, la vie ordinaire de l’autre »… 

Ces photos montrent comment les SS de Auschwitz occupaient leur temps libre, les jours où, las de la routine de l’extermination, ils exerçaient leur droit à la paresse. Et au divertissement. Au « temps libre ». A des loisirs ordinaires pour se repose d’une barbarie « ordinaire »

9d23dd3c1d374a2da38a31dd507f0d07.jpg

A l’époque où ont été pris ces clichés, en 44, les chambres à gaz et les fours crématoires marchaient jour et nuit pour « traiter » les arrivages massifs de juifs hongrois. Et l'Armée Rouge se rapprochait dangereusement.

Mais les gardes savaient tout de même se divertir dans leur retraite voisine du camp. On les voit chanter à la chorale, boire du schnaps et de la bière, danser au son d’un accordéon et flirter avec les dames SS : des  coquettes, celles-là, des coquines, et des  gourmandes. Il y a aussi des photos inédites d’un certain docteur Mengele… L’ensemble, commenté par l’archiviste du Mémorial sur le site du New York Times, offre une nouvelle et sidérante vision de l’ignominie humaine. 

994c1eaf0830a2360687ad768bd05935.jpg

Vingt ans après le suicide de Primo Lévi, soixante après la publication de «Si c’est un homme», son témoignage de rescapé d’Auschwitz, un autre document signé de sa main a été retrouvé dans les archives du mémorial israélien de Yad Vashem, à Jérusalem. On y trouve les noms écrits en toutes lettres de ses compagnons d’infortune, des noms escamotés dans le livre. Ceux que l’auteur a rencontrés entre septembre 1943, date de son arrestation en Italie, et janvier 1947, quand il est revenu de déportation. Ceux de son groupe de résistants, celui du traître «qui ne devait pas tarder à nous dénoncer», ceux des médecins juifs du camp d'Auschwitz, dont le Grec ayant «dénoncé les malades aux SS» et le Français, «plus humain», son chef de baraquement.

Selon la direction des archives de Yad Vashem, le document, daté du 14 juin 1960, était destiné aux juges d'instruction qui travaillaient à la préparation du procès d'Adolf Eichmann, capturé en Argentine par les Israéliens en 1960, puis jugé à Jérusalem et condamné à mort par pendaison le 15 décembre 1961

9a8894d8416a111b340aabf846aee4c5.jpg

Depuis plus d’un demi-siècle, la littérature concentrationnaire, de Primo Levi à Robert Anthelme en passant par Jorg Semprun,  Charlotte Delbo et d’autres, exerce horreur et fascination. Avec obsédante, cette question toujours  sans vraie réponse : comment écrire et penser après Auschwitz.

«Le Magazine Littéraire» y consacre un dossier ce mois-ci: «comment les rescapés des camps, d’abord paralysés par le souci d’oublier, d’effacer, de taire, choisissent de se faire entendre et de raconter l’indicible (…) Ces romans, loin de trahir la cause de la mémoire, parviennent à rendre encore plus présentes et poignantes les tragédies qu’ils décrivent». Des tragédies à ne pas oublier si l’on ne veut pas que l’Histoire bégaye ou en secrète d’autres sous des formes différentes, mais avec la même nature : celle de la déshumanisation de l’Homme par l’Homme.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Philippe Besson - Les jours fragiles

    Philippe Besson imagine le journal intime d'Isabelle Rimbaud, la soeur d'Arthur Rimbaud. Le poète, venant d'être amputé d'une jambe, retrouve ses Ardennes... Lire la suite

    Par  Camille
    BD, CONSO, CULTURE, ESSAI, JEUNESSE, LIVRES
  • 2 jours à Paris

    Lorsque Julie Delpy a entrepris l’écriture de son nouveau long métrage 2 jours à Paris, il ne fait aucun doute qu’elle espérait transposer des parcelles de sa... Lire la suite

    Par  Maxime Sansoucis
    BLOG, CINÉMA, CULTURE, MARKETING & PUBLICITÉ
  • Le tour du monde en 80 jours

    Auteur: Jules Verne Éditeur : Folio 1ère édition : 1872 Nb de pages : 335 Lu : septembre 2007 Ma note: Résumé : Phileas Fogg, un gentleman anglais, fait un... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CONSO, CULTURE, JEUNESSE, LIVRES, ROMAN
  • Aïe 3 jours de retard!

    On m'avait pourtant bien mis un com's d'avertissement pour que je ne loupe pas la sortie de la bd de cheeky DD, pour le 19 septembre 2007. Lire la suite

    Par  Chris Waeber
    BD, CONSO, CULTURE, LIVRES, MINCEUR, MODE
  • 4 mois, 3 semaines, 2 jours

    mois, semaines, jours

    Bonjour à tous, Voici la critique du film ayant obtenu la palme d’or au dernier festival de Cannes. Présentation. Synopsis : 1987, Roumanie, quelques années... Lire la suite

    Par  Alban Ravassard
    CINÉMA, CULTURE
  • Paris en deux jours

    Faire le tour de Paris en deux jours, c'est comme essayer de courir un cent mètres alors qu'il y a un plat de tiramisu au spéculos dans le frigo... C'est... Lire la suite

    Par  Maxime
    EN FRANCE , EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Derniers jours pour le concours the Closer

    Derniers jours pour concours Closer

    Plus que quelques jours pour participer au concours The Closer et gagner des goodies exclusifs... Pour gagner une lampe torche ou un mug signés The Closer... Lire la suite

    Par  Caiera
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION

LES COMMENTAIRES (1)

Par zoroark419
posté le 20 mars à 10:31
Signaler un abus

http://zoroark419.labrute.com