Magazine Environnement

Réduire sa consommation en voiture (3/3)

Publié le 24 septembre 2007 par Dimitri Boulze
Voici le dernier article de notre série de trois articles vous présentant quelques notions sur la voiture et son utilisation afin de réduire notre consommation de carburant. Merci à New-Toon d'Imaginascience pour ces quelques trucs !
Vous pouvez retrouver les deux premiers articles ici : "Réduire sa consommation en voiture (1/3)" et "Réduire sa consommation en voiture (2/3)".


Accélérer à fond plutôt que mollement


JoeBart.jpg Dans la majorité des conseils délivrés sur le sujet de la consommation en voiture, il est recommandé de SURTOUT ne pas « jouer les sportifs ». Certes, accélérer comme un malade pour piler ensuite est débile et consomme. Ensuite, j'avais lu un article sur le web qui disait que les gens ont des mauvaises notions sur la manière dont un moteur fonctionne et donc sur les habitudes de conduite. Après la compilation de nombreuses recherches, il est temps de faire voler un mythe en éclats.
Prenons, si vous le voulez bien, l'exemple suivant : vous êtes à l'arrêt en ville (avec moteur « chaud ») et vous souhaitez atteindre 50 km/h (par ex et la voie est bien dégagée).

Que faire ? Accélérer très doucement ou jouer les Prosts ?


Réponse
: le mieux est vraiment d'accélérer « pied au plancher » (attention à ne pas déraper en première quand même) et de jouer normalement (pas trop monter dans les tours quand même) du levier de vitesse ensuite (voir « le bon rapport de vitesse » précédent). Il est probable que cet argument va vous choquer car cela va à l'encontre d'une idée reçue mais il y a une raison technique à cela. On inspire et on y va !

EXPLICATIONS TECHNIQUES
: un moteur thermique à piston (quel qu'il soit) fonctionne avec un rendement maximal pour un taux de compression maximal. C'est une conséquence directe des lois de la thermodynamique.

Pour une voiture, ce taux de compression maximal est défini mécaniquement lorsqu'on accélère à fond, tout simplement, et ce quel que soit le rapport de vitesse utilisé.

Les ingénieurs ont cependant une limite technique à cette compression : si on compresse davantage qu'une certaine valeur dans le cylindre, le moteur s' « emballe » (phénomène dit de « cliquetis »). Ils ont donc dimensionné la chambre de compression pour que lorsqu'on appuie à fond sur la pédale, le moteur reste juste un poil en dessous de cette limite désastreuse : on passe du maximal à l' « optimal ».

Conclusion : lorsque le feu passe au vert, arrêtez d'agir comme des grands-mère et accélérez à fond (à la limite de la perte d'adhérence des pneus) et passer les bons rapports de vitesse. Cela fera du bien au moteur (désencrassage) et en plus plaisir aux automobilistes derrière vous ...

ATTENTION
: ne confondez pas vitesse et accélération ! ! Pas de conclusion hâtive ni de contre-sens ! Relisez bien ce que j'affirme. Comme vous allez accélérer à fond, il faut notamment n'écraser personne dans votre enthousiasme... Restez concentré : la conduite est une activité à haut risque. On a tous connu des gens morts sur la route autour de nous.


COMPLEMENTS (cherchons la petite bête)
Débrayer ?


Dans une ville, il y a souvent des descentes. J'ai des réflexes et SURTOUT je reste très vigilant lorsque je pratique ce qui suit : je profite des descentes et laisse la gravité accélérer ma voiture. Cette pratique a l'air dangereuse mais en réalité, j'ai le pied droit déjà sur le frein et l'autre prêt à rembrayer. Je trouve donc cela même moins dangereux que la situation classique car je me trouve en mode « prêt à freiner ». Je ne dépasse pas la vitesse réglementaire (je freine un peu). On fait souvent les même trajets et on finit par bien connaître les paramètres.

Cette technique vaut aussi pour les plats : quand j'ai accéléré et que je vois un feu rouge plusieurs centaines de mètres plus loin : je débraye et on laisse glisser. Je pratique depuis 100 000 km et mon embrayage est encore nickel.

Cette pratique relève simplement de la préservation de l'énergie cinétique acquise. On fait certes l'impasse sur le frein moteur mais en ville, si les pentes sont douces, ce dernier n'est pas , à mon sens, pertinent.

Note : j'ai récemment découvert que cette pratique est nommée le « pulse and glide » (accélérer et glisser) et est surtout pratiquée par les amateurs d' « Hypermiling » (surtout des possesseurs de Toyota hybrides Prius). Cela se combine avec le paragraphe précédent sur la viabilité d'accélérer aussi fortement que possible pour atteindre une vitesse donnée.
Le « pulse and glide » fonctionne donc a priori (jamais testé) aussi sur autoroute même si c'est souvent impraticable avec des passagers (ils vont vous lyncher !) et gênant pour ceux de derrière. Cependant, si vous vous donnez une vitesse de 100 km/h, il est très probable qu'accélérer à fond jusqu'à 100, « glisser » (débrayage) en redescendant jusqu'à 80 et ré-accélérer jusqu'à 100 (ainsi de suite) soit plus efficace que rouler à vitesse constante qui correspondrait à la vitesse moyenne atteinte sur le parcours (soit autour de 90).

Attention : ne pas mettre au point mort et encore moins éteindre le moteur !

Et l'aspiration ?

Question : Est-ce qu'il est viable de chercher à se faire aspirer par un camion?

Après de longues recherches sur le net, je suis arrivé à la conclusion que la « pompe camion » est efficace MAIS à condition de prendre d'énormes risques pour la sécurité : il faut « coller » à mort.

Une vidéo montre que cela marche pour un vélo derrière (mais vraiment derrière) un camion :    
Je ne conseille pas évidemment de faire aussi près avec une voiture sur route ...

Comme notre voiture ne sera pas assez près (plus de 10 m), on perd l'avantage en raison des maousses turbulences générées par le camion ou le bus. C'est tant pis mais il faut s'y résoudre.

Voir cette page du dossier d'Imaginascience.

  Pourquoi la voiture ? Rouler à chaud !

Je me souviens d'un film très spécial et d'humour assez fin que j'ai vu étant jeune : « Les dieux sont tombés sur la tête ».


5 minutes (5'40 à 5'55) après le début du film qui décrit les Bushmen, on voit une personne « civilisée » prendre sa voiture pour poster une lettre dans la boîte à 70 mètres de sa maison.

On le dit tout le temps mais assez peu l'appliquent. Pourquoi aller quelque part en voiture quand il y a le bus, métro ou que c'est pas trop long à vélo (et qu'il ne pleut pas ou peu) ? Vous économisez pour vous et pour la planète, détruisez moins les écosystèmes (même si on ne le réalise pas car ces écosystèmes dévastés sont loin de chez nous) ; sans oublier que nous sommes forcément responsables de nombreux morts sans le vouloir, par les conséquences de notre simple demande en pétrole. Un petit article pour vous en convaincre.
Par ailleurs, il m'arrive souvent de pouvoir regrouper mes déplacements : je rebondis d'un point à un autre. Je calcule autant que possible les trajectoires et essaie de rouler quand il n'y a personne sur la route (j'ai des horaires libres; c'est facile à dire pour moi :) ). Par exemple, si je dois dans une même journée poster des colis, aller chercher ma fille et faire des courses je regroupe les deux en un seul déplacement.

Il est connu en effet que rouler à froid consomme bien plus (on dit souvent deux fois). Quand ma femme me demande de lui faire une course, je lui répond souvent.

« C'est possible d'y aller à telle heure ? Je dois me déplacer de toute manière : le moteur de la voiture sera chaud ».
Conclusion : Voilà quelques trucs (ce n'est pas exhaustif) d'une personne qui s'est intéressé au sujet. Vous aurez sûrement des critiques et des compléments d'informations pour faire avancer la cause.

The end....

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dimitri Boulze 71 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte