Magazine Culture

Virgine Dejazet? reine du Boulevard du Crime

Par Bernard Vassor
Théâtre DEJAZET sépia.jpg THEATRE DEJAZET  C'est le 30 aout 1798, au 115 de la rue Saint-André des Arts à Paris (ancienne numérotation) que Pauline-Virginie Dejazet a vu le jour. Elle était le treizième enfant de la famille Dejazet dont le père étatit tailleur d'habits. Ses frères et soeurs étaient figurant ou participants aux coeurs de l'Opéra de Paris. Tout naturellement elle suivit des cours de danse dès qu'elle sut faire ses premiers pas. Le maître de Ballets Gardel de l'Opéra, Fut son premier professeur. A l'âge de cinq ans elle fit ses débuts dans un petit théâtre du jardin du couvent des Capucines. Sa soeur aînée Thérèse, lui trouva un rôle dans le Théâtre des Jeunes-rtistes situé à l'angle de la rue de Bondy (aujourd'hui rue René Boulanger) et de la rue de Lancry. Engagée ensuite au Théâtre des Jeune Elèves rue de Thionville (rue Dauphine) elle obtint des premiers rôles. Si bien que sa carrière naissante commença avec de nombreux succès. Un décret impérial supprtima de nombreux théâtres, dont celui des Jeunes-Elèves. La jeune Dejazet trouva un engagement au Théâtre du Vaudeville et débuta le 5 novembre 1807 dans une parodie vaudeville en un acte :«Le Fond du sac». Une féérie vaudeville jouée plus tard : «La Belle au bois dormant» lui valu les félicitations de la presse et les applaudissements du public. Elle débuta aux «Variétés» boulevard Montmartre le 2janvier 1817 dans une comédie de Brazier. Rompant son contrat avec les Variétés, elle partit pour Lyon et signa un contrat qui lui assurait deux mille six cents francs par an, une jolie szomme pour l'époque.avec Charrasson pour le «Théâtre des Célestins» Un admirateur lyonnais, marchand de sel nommé Perrin fut la cause de son départ précipité. Pour échapper à ses avances, il était venu l'attendre à la sortie du théâtre, un pistolet à la main pour la forcer à l'écouter, Virginie signa un contrat à Bordeaux au Théâtre-Français. Là son prestige augmenta encore, mais le « Français fit faillite en janvier 1821.

a suivre : Virginie Dejazet dans le rôle de Madeleine Biffeteackini, fille de l'aubergiste du "Veau qui Tette"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • A child's book of true crime

    child's book true crime

    ( UN VRAI CRIME POUR LIVRE D'ENFANT ) Présentation de l'éditeur "Sous les apparences d'une histoire classique d'adultère et de vengeance, ce premier roman... Lire la suite

    Par  A_girl_from_earth
    CULTURE, LIVRES
  • Complément d'enquête : Crime Parfait, Mode d'emploi

    Complément d'enquête Crime Parfait, Mode d'emploi

    Ce soir, France 2 proposera en seconde partie de soirée, le magazine « Complément d’enquête ». Au sommaire de l’émission de ce soir «Crime Parfait : Mode... Lire la suite

    Par  Lutin
    CULTURE, MÉDIAS, TÉLÉVISION
  • "L'armée du crime"

    "L'armée crime"

    : sortie le 19 septembre. Réalisateur : Robert Guédiguian. Acteurs : Manouchian Simon Abkarian Mélinée Virginie Ledoyen Marcel Rayman Robinson Stévenin Thomas... Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • Boulevard of Broken Songs

    C’est en parlant de bootleg que j’ai commencé à écrire sur ce blog il y a 3 ans et, dès que j’en ai l’occasion, je continue encore d’en parler ici ou là. Lire la suite

    Par  Boogees
    CULTURE, MUSIQUE
  • Crime, Meyer Levin

    Crime, Meyer Levin

    Chicago, années 20. Artie Straus et Judd Steiner, deux jeunes étudiants surdoués issus d'une riche communauté juive de la ville, sont persuadés de pouvoir... Lire la suite

    Par  Cocola
    CULTURE, LIVRES
  • Le Syndicat du crime I, II, III

    Syndicat crime

    [Le Syndicat du Crime (A Better Tomorrow) : Heroic bloodshed #1] Parler du Syndicat du Crime/Ying huang boon sik (1986) c’est se rappeler surtout se replonger... Lire la suite

    Par  Diana
    CULTURE
  • Le crime farpait

    Genre : Délire ibérique déjantéAnnée : 2005Durée : 104 minutesL'histoire : Rafael est un vendeur de vêtements pour femmes et un homme élégant, qui ne compte plu... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines