Magazine France

Le pôvre

Publié le 30 juillet 2009 par Malesherbes

A l’issue du Conseil des ministres, notre bien-aimé souverain s’est gracieusement prêté aux questions de la presse afin de répondre à la légitime inquiétude de son peuple. Quelle aisance, quelle merveilleuse simplicité !

Ainsi donc, il travaille trop. Qu’importe, l’essentiel n’est-il pas de travailler plus ? Il serait bon de préciser ce qui est entendu par travail. J’ai déjà exprimé comment j’imaginais l’agenda de notre Président. L’extraordinaire disponibilité qui lui permet à tout moment d’aller honorer de sa présence n’importe quelle cérémonie démontre à l’évidence que, si cet agenda est chargé, ce n’est que d’engagements qui peuvent être aisément annulés. Quant à trouver le temps d’étudier des dossiers avant de faire des choix qui décideront des décennies à venir, cela me semble exclu.

Il est vrai qu’il voyage beaucoup et que tous ces décalages horaires doivent engendrer pas mal de fatigue. Mais il convient de ne pas oublier les conditions dans lesquelles il effectue ses déplacements aériens. Comparons un peu sa situation avec celle de l’un de nos cadres moyens voyageant aussi pour raison professionnelle. Celui-ci doit, avant son départ, veiller à ce que tout son matériel, présentations, contrats, documents, supports, logiciels, soit prêt à temps et, pour ce faire, obtenir un concours efficace des différents services concernés. Souvent pris par le temps, il quitte son bureau en retard et d’éventuels embouteillages peuvent accroître son stress au cours de son trajet vers l’aéroport. Il ne dispose pas de motards pour lui frayer un chemin, ni d’hélicoptère pour le déposer. De plus, l’avion ne l’attendra pas. Et, selon son niveau, il risque de voyager à l’étroit assis dans des sièges exigus plutôt que de bénéficier d’une chambre à coucher volante.

J’avais précédemment relevé les aimables coïncidences grâce auxquelles les déplacements professionnels de notre Président le conduisaient parfois à proximité immédiate de ses lieux de week-end lointains. Dans le même ordre d’idées, je m’interroge sur le fait de savoir si un salarié ordinaire pourrait s’absenter de son travail et franchir un océan pour assister à la performance, disons de sa fille, se produisant sur une scène.

Et que dire de cette présentation d’une vie morne, sans sorties ni réceptions, sans boissons ni tabac, à vous faire pleurer. A peine si un quartier de Paris est verrouillé pour vous permettre de regagner votre gîte ou si une misérable tanière peut vous accueillir à Versailles pour le week-end. Un peu plus, on se serait cru le 17 juin 1940, entendant un glorieux vieillard déclarer : « je fais à la France le don de ma personne ».

Demeure une consolation : à la différence de tant d’autres salariés, Nicolas Sarkozy est vraiment volontaire, y compris pour augmenter son salaire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Malesherbes 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte