Magazine France

Doit-on être pauvre pour parler de la pauvreté?

Publié le 31 juillet 2009 par Chacalito
Doit-on être pauvre pour parler de la pauvreté? Voici une réflexion rapide qui fait suite à un débat assez enflammé que j'ai eu sur internet il y a peu. Pour résumer, un capitaliste assumé m'affirmait que je ne pouvais pas comprendre la galère puisque je ne l'avais pas connu (je précise que le type en question ne me connaît ni d'Eve ni d'Adam). Lui le pouvait puisque ses parents étaient respectivement "marin-pêcheur et serveuse".
Outre la stupidité d'une telle association d'idées, je me pose donc aujourd'hui cette question: doit-on être pauvre pour parler de la pauvreté?
La question mérite d'être posée car, après tout, les révolutions ont été principalement menées par des bourgeois. De la révolution française en passant par la révolution cubaine (Fidel Castro était avocat et le Che médecin) ou la révolution russe... Il n'y a guère que les révoltes des paysans sans terre  actuelle qui constituent des exceptions bien qu'encore une fois, ce sont des intellectuels qui mènent la danse. On me rétorquera que tous les intellectuels ne sont pas riches! Vrai.
Pour ma part, je pense que la perception d'un problème ne dépend pas de son origine sociale. On peut tout à fait comprendre que le capitalisme détruit tant les cultures que les individus, détruit la planète et fabrique un monde injuste sans pour autant crever la dalle. Ceux qui prétendent le contraire se complaisent surement dans une vision malsaine où il existe de "pauvres" gens. Raisonner ainsi donne-t-il au "pauvre" le statut d'être humain ou le conditionne-t-il dans une étiquette? La valeur d'un individu se détermine-t-elle à son porte-monnaie? (pauvre = bien, riche = mal ? Inversement?). N'est-ce pas aussi tirer vers le bas de penser ainsi puisque l'objectif n'est pas "pauvreté pour tous", mais bien "répartition des richesses équitable"?
Une fois cette remarque faite, on peut effectivement se poser la question des "observatoires" gouvernementaux, chargés d'étudier la situation à un moment T, mais incapable de résoudre le problème. Je me souviens d'ailleurs que cette réflexion sur les observatoires faisait l'objet d'un de mes premiers articles de blog, en mars 2007 (voir ici).
Alors oui, je suis anticapitaliste. Ni communiste, ni marginal, je vis dans la société le plus possible en accord avec mes idées et en espérant qu'elle puisse changer. J'ai fait de multiples petits boulots tout en sachant que je n'étais pas pauvre et même relativement privilégié. Je milite pour une économie au service de l'Homme, pour un système économique où le travail prime sur le capital, où l'argent n'est pas une fin en soi... sans pour autant faire croire à mes interlocuteurs que je suis pauvre! Car c'est cela le non-respect: se faire passer pour ce que l'on est pas.
Illustration: Tignous.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chacalito 1101 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte