Magazine Culture

52 livres en 52 semaines : Une brève histoire du tracteur en Ukraine

Publié le 02 août 2009 par Epicure
Une brève histoire du tracteur en Ukraine

Deux morceaux de robot (Salut Vermicelle!) pour le titre, j’adore ça! Malgré ce que ça pourrait laisser croire, Une brève histoire du tracteur en Ukraine, est loin d’être un obscur essai découvert dans la rubrique littéraire du Bulletin des agriculteurs. Ce roman de Marina Lewycka, dans lequel on y aborde réellement la brève histoire du tracteur en Ukraine, a connu un très bon succès (dans ses versions originale et traduites) et a valu à son auteure de nombreuses critiques positives qui m’avaient convaincues de l’ajouter à ma liste.

Mais ça raconte quoi vous demandez-vous? C’est l’histoire de Nikolaï, veuf de 84 ans qui, contre la volonté de ses deux filles, décide de se marier avec une ukrénienne de 36 ans pour qu’elle puisse obtenir son visa de l’immigration anglaise. Il est amoureux fou de cette Valentina, dont la plus grande qualité semble être son impressionnant tour de poitrine qui défie la gravité, alors que cette dernière semble plutôt intéressée par sa supposée fortune. Les deux soeurs, en froid depuis le décès de leur mère, feront front commun pour sortir leur papa du pétrin (et du soutien-gorge de madame).

Danielle Laurin de Radio-Canada résume assez bien le style du livre : « Pensez à une sorte de Petite vie à l’ukrainienne, dans un contexte british. ». Avoir lu sa critique avant d’avoir débuté ma lecture, je crois que j’aurais abordé le récit différemment. Plutôt que de me faire sourire, certains passages m’ont fait l’effet contraire car j’ai tout pris au premier degré. Que voulez-vous, un vieillard dont on profite de la naïveté, qu’on tabasse et qui habite dans une maison à la limite de l’insalubrité, ça n’a rien de bien drôle. Ce que j’ai préféré, c’est de suivre en parallèle la relation entre les deux soeurs (Nadezhda et Vera) qui évolue tout au long du récit. Leur objectif commun devient une occasion inespérée de régler de vieilles rivalités et de dévoiler certains épisodes familiaux enfouis depuis des années.

Malgré ce rendez-vous manqué, je ne me suis quand même pas ennuyé pendant cette lecture. Ça provoque la réflexion sur la vieillesse, l’immigration, nos idées reçues confrontées aux deux côtés de la médaille. Même si le 2è degré m’a parfois échappé, l’absurdité des situations m’a souvent fait sourire (je ne suis pas si nulle quand même!). Au moins vous, vous serez prévenus si vous vous y attaquez!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine