Magazine Afrique

Parc biologique ou écologique ?

Publié le 30 juillet 2009 par Mariepaule
Construction d'un parc biologique à Bamako
Cet espace d’attraction comprendra un lac artificiel, des espaces verts et de jeux, un amphithéâtre, une piste de course de vélos pour professionnels, un réseau pédestre et des banquettes. Le parc biologique de Bamako va bientôt devenir un véritable espace d'attraction. C'est l'objectif du Projet parc urbain de Bamako financé par Fonds Aga Khan pour le développement économique (AKFED) à travers le Trust Aga Khan pour la culture, qui est l’agence culturelle du Réseau Aga Khan de développement. Les travaux en cours d'exécution concernent la première phase du projet et s'étendront sur trois ans. Ils ont été lancés en avril 2008 par le prince Aga Khan et le président de la République Amadou Toumani Touré et s'inscrivent dans un vaste programme qui permettra de relier le Musée national, le Jardin botanique et le Jardin zoologique dans une zone d'environ 17 hectares. Il est prévu d'y construire un lac artificiel, des espaces verts et de jeux, un amphithéâtre, une piste de course de vélos pour professionnels, un réseau pédestre et des banquettes.
LE PLUS LARGE EVENTAIL POSSIBLE D’ACTIVITES. Le parc sera entièrement électrifié et doté d'un système de traitement des eaux usées qui, après épuration, seront réutilisées pour les besoins d'eau des plantes. Les services des Eaux et forêts et de la botanique seront délocalisés. Leurs locaux seront aménagés et affectés aux besoins du parc. Quant à l'association "Agir", elle restera pour continuer à mener ses activités en faveur du parc. La voie qui séparait le parc et le musée national a déjà été supprimée.
Environ 280 personnes et des entreprises travaillent sur le chantier qui utilisera en grande partie des matériaux locaux, notamment la pierre taillée.
Pour en faire un véritable espace d'attraction des touristes, le futur parc abritera également deux centres : un pour l'hébergement et l'autre pour les conférences et un restaurant. Il englobera les grottes préhistoriques situées au flanc de la colline de Koulouba et prévoit de reconstituer entièrement le couvert végétal et de l'entretenir pour en faire le poumon de la ville.
Bref, le parc entend réunir toutes les conditions pour attirer touristes, sportifs, et randonneurs dans un espace sécurisé explique le directeur du Musée national, Samuel Sidibé. "L'intérêt est que le parc quittera son état actuel de brousse pour être un jardin sécurisé à travers la clôture et les infrastructures modernes qui seront réalisées", a expliqué Sidibé.
11 millions de dollars soit environ 5,5 milliards Fcfa seront injectés dans ce projet unique en Afrique de l’ouest et qui consacre le mariage entre les patrimoines culturel et naturel. L'objectif recherché par le Fonds Aga Khan est de développer le plus large éventail possible d’activités qui puissent accueillir toutes les composantes du public notamment les jeunes.
Le succès du projet serait que les utilisateurs du parc trouvent un espace de distraction et que le parc fasse partie de leur vie quotidienne, commentent les représentants de AKFED dans notre pays. Ajoutant que l'initiative va être développée avec prudence, non seulement en écoutant le public, mais également en tenant compte de leurs aspirations à court, moyen et long termes. "Nous allons garder un espace de flexibilité dans ce parc pour pouvoir ajouter les composantes nouvelles au fur et à mesure que les choses évoluent dans le temps", confie la coordinatrice du projet parc urbain de Bamako, Mme Milena Chiarello.
UNE ADMINISTRATION INDEPENDANTE.
Le projet parc urbain de Bamako est la concrétisation de la volonté du gouvernement de notre pays et de son Altesse l’Aga Khan de réunir en une seule entité le parc biologique et le Musée national pour en faire un espace d’éducation et de loisirs, associant la culture et la nature, explique Mme Milena Chiarello.
Le nouveau parc sera réalisé en tenant compte des besoins de toutes les composantes de la population (intellectuels, promoteurs de clubs de sports, opérateurs économiques, simple citoyen, etc.)
Pour le bon déroulement des travaux, un comité comprenant les représentants des directions et services impliqués dans la protection du parc biologique et la conservation du musée, a été installé.
Les travaux ont été ciblés en tenant compte des différentes sensibilités de la population autour du projet. Car, le but du futur parc est qu'il puisse surtout contribuer au développement des activités de la jeunesse. Les ressources qui seront générées par les activités du parc seront réinvesties dans l'entretien des lieux, a précisé Mme Milena Chiarello.
Comment faire pour préserver les espèces végétales dont regorge le parc ? Comment le parc sera t-il géré après les travaux ? En quoi le projet profite au Musée ? La coordinatrice du projet parc urbain de Bamako assure que toutes les dispositions ont été prises pour sauvegarder les espèces végétales du parc dans une pépinière d'une capacité de 80.000 plants spécialement aménagée et qui fait partir du décor du parc. Mieux cette pépinière servira pour l'importation, l'étude et la vulgarisation d'autres plantes utiles venant de l'intérieur du pays ou d'ailleurs.
De même, le Fonds Aga Khan entend faire gérer le parc par une administration indépendante de celle du Musée de façon à créer des emplois et garantir que les fonds générés soient réinvestis dans la modernisation du parc. L'objectif recherché est de rendre le parc financièrement autonome. "Le Musée gagnera beaucoup dans ce projet car il sera d'avantage ouvert aux visiteurs et nous aurons beaucoup de monde", a commenté Samuel Sidibé.
L'inauguration du Parc urbain de Bamako est prévue pour septembre 2010 lors des festivités commémoratives du 50è anniversaire de l'indépendance de notre pays. La deuxième phase du projet qui consistera à inclure en une seule entité le parc zoo, le parc botanique et le musée national démarrera après cette présente phase.
Le Parc biologique de Bamako a été créé par la loi N97-030/ du 24 décembre 1997. Il est érigé en service rattaché à la direction nationale de la conservation de la nature.
Il a pour mission de gérer un complexe constitué d’une aire appelée parc zoologique où sont gardés en captivité des animaux sauvages et d’un espace appelé parc botanique contenant une collection d’espèces végétales.
Be COULIBALY
D’après L’ESSOR DU 29 JUILLET 2009

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mariepaule 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte