Magazine

Adolescence

Publié le 03 août 2009 par Jfa

On le sait, l’adolescence c’est cet “âge ingrat” où le corps accompagne ses modifications d’une acné du plus mauvais effet et où l’enfant troque une partie des valeurs et comportements hérités du cocon familial par d’autres qu’il découvre et emprunte dans sa classe d’âge. Ce passage conflictuel s’accompagne de souffrances psychiques plus ou moins fortes et laisse bien des parents désemparés face à la difficulté de faire les choix des comportements acceptables ou non, du tout-répressif au laisser-faire, voire à l’encouragement.

Libération y consacrait hier un intéressant dossier, et, notamment, s’interrogeait sur les caractéristiques des adolescents parisiens d’aujourd’hui: “«Séduction des nouveaux médias accessibles depuis leur chambre, encouragement des parents à rester à la maison pour soustraire les enfants aux tentations et aux risques de l’extérieur, accaparement croissant des adultes par leurs tâches professionnelles qui favorise le repli sur le logement, centre de la vie familiale, renchérissement de la charge de travail scolaire pour les lycéens» : les adolescents favorisent le temps passé au domicile, et dans leur chambre… Evidemment, c’est surtout quand ils disposent d’une chambre à eux et encore plus si ils y ont un ordinateur ou un écran”.

“En moyenne, les ados passent une heure vingt-sept, chaque jour, sur Internet. La télé ? Une heure pour les 11-12 ans. Une heure quarante pour les 16-18. Les jeux vidéo ? Les 13-15 ans y consacrent presque une heure quotidiennement. Du coup, les frontières de leur espace privé changent. Par exemple ils livrent sans hésiter les détails de leur vie et de leurs goûts sur Facebook, mais «vivent comme une intrusion insupportable l’entrée de leurs parents dans leur chambre au moment où ils tchatent ou surfent sur Internet», note l’étude”.

«On essaie de voir au maximum les copains,… On essaie de sortir l’après-midi, dans la rue, les magasins, et puis après, le soir, se réunir entre copains. Avant, on jouait au foot, quand on était plus jeune. Aujourd’hui, on préfère se retrouver et après on se dit : qu’est ce qu’on va faire ? Mais l’important, c’est d’être ensemble»”.

“Le mercredi, 60 % des enfants interrogés s’occupent (Lou sont occupés ? -ndr) à des pratiques artistiques, culturelles ou sportives encadrées, selon les déclarations de leurs parents - ce chiffre est de 45 % pour les parents de catégorie socioprofessionnelle (CSP) inférieure, et 72 % pour les CSP+”. Les filles préférant les activités culturelles et artistiques, les garçons les activités sportives.

L’école ? “D’après le baromètre annuel du rapport à l’école des enfants de quartiers populaires (année 2008), près de 30 % des élèves interrogés «ne lèvent jamais ou pas très souvent le doigt en classe». Parmi eux, 56 % expliquent cette absence de participation par «la peur de se tromper ou la méconnaissance des réponses»”.

Racines d’inégalités: “61 % des collégiens reconnaissent que leurs parents leur «demandent tous les jours s’ils ont des devoirs à faire». Seuls 15 % d’entre eux déclarent qu’ils ne leur demandent jamais comment s’est passée leur journée au collège”. Et “Selon une enquête du CSA («Portraits et attentes des mamans résidant en zones urbaines sensibles», avril 2008), 65 % des parents dans les zones sensibles travaillent le matin avant 8 h 30, et 47 % après 19 h 30. Les ados se plaignent que leurs pères et mères ne soient pas très disponibles… ou pas au bon moment”.

Dans le même journal, voir aussi: “L’adolescence est menaçante”, “L’état embarrassé par sa jeunesse” et “Priorité”.

- Aujourd’hui, un bel anniversaire qu’on devrait ériger en Fête Nationale à la place du 14 juillet: celui de l’abolition des privilèges de la nuit du 4 Août 1789, toujours plus d’actualité. “… plus de deux siècles après ce “grand soir” égalitaire, la France paraît tout aussi corsetée, fractionnée et sclérosée par l’existence de privilèges”. Le Monde.

- L’appel de Copenhague, “Ultimatum climatique”.. Signez, faites signer…

- Comme d’habitude, après de virulentes paroles d’opposition, M. De Villiers vote les budgets et rejoint la majorité. Libération.

- RESF, Nice- Mardi 4 août : pour s’opposer aux expulsions d’enfants décidées par le Préfet dont je parlais hier, devant le Palais de Justice (Vieille Ville)à 17h.

- Sexes et genres. Le Monde.

- Ecole et reproduction sociale. Marianne.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte