Magazine

Cunégonde contre la grippe A : 2

Publié le 04 août 2009 par Porky

Scène 2

Fifi, Rosie, Scarlatina

 

FIFI

Belle Scarlatina, quelles sont les nouvelles ?

ROSIE

A-t-on au moins encor un peu de sa cervelle ?

SCARLATINA

On soupira bien fort quand je voulus chanter,

On eut un spasme énorme en m'entendant gratter,

Puis un gémissement s'échappa de ces lèvres

Et tout alors sombra dans une grande fièvre.

ROSIE (Impressionnée)

Combien a-t-on ?

SCARLATINA

                           Trente-sept deux.

FIFI (Rassuré)

                                                         C'est peu.

SCARLATINA

                                                                           Pour lui,

Un trente-sept deux vaut quarante pour autrui.

Je me sens angoissée, le trouble m'envahit ;

De quel funeste émoi mon œil est obscurci ?

Je répugne à chanter, moi si primesautière

Et prête à gratouiller pendant des nuits entières.

FIFI

Que dit le médecin ?

SCARLATINA

                                Il ne dit rien.

 

FIFI

                                                        C'est clair.

La faculté se tait ; un orage est dans l'air.

Mais ce malaise inouï, comment arriva-t-il ?

SCARLATINA

Seyez-vous, je vous prie, ce sera plus civil.

Je n'étais point au lieu de l'atroce attentat,

Un récit m'en fut fait, le voici, et recta.

Tel un cerf gracieux*, sautant et bondissant,

Il allait son chemin en courant, tout pimpant ;

Près de lui s'agitaient sa garde et ses manants,

Quasiment asphyxiés par cet effort constant

Qui consiste à courser ce terrible zéphire

Prêt à tout essayer et notamment le pire.

Ainsi galopaient-ils, légers et court vêtus,

Quand soudain, sans un mot, il ne fut plus en vue.

La troupe s'arrêta, l'appela, le héla :

Mais le silence seul répondit « me voilà ».

Alors qu'on évoquait déjà l'enlèvement,

On eut la bonne idée, après un bon moment,

De baisser le regard vers un tas qui gisait

Au bord de ce chemin et qui tout bas geignait.

On s'élança vers lui et là on reconnut

Celui qui de ses mots fait frissonner les nues.

Il était évanoui et son œil révulsé

Fit penser qu'aux Enfers il venait de tomber.

On s'empresse pourtant, on flanque quelques gifles,

On se penche sur lui, à l'oreille on le siffle.

Il répondit enfin, et d'une voix geignarde :

« Je ne puis respirer, la douleur me poignarde,

Je ne vois que fumée, tout n'est qu'obscurité ;

Emmenez-moi, amis, sauvez ma dignité.

De ce beau short couvrez l'impudique vision

Qu'aura le monde entier de mes poilus jambons. »

A peine a-t-on le temps de combler ses désirs

Que déjà les avions surgissent à loisir

Et larguent sur ce lieu devenu historique

Des docteurs à la pelle et des flics hystériques.

Les portables grésillent et font un bruit d'enfer,

On ameute la presse, on étend la civière,

On le colle dessus, on l'emmène bien vite,

Les chaînes de télé promptement l'on invite

Et au peuple atterré on déclare bien fort

Qu'il n'est pas en danger, qu'il n'est même pas mort.

Pendant ce temps, là-bas, dans ce grand hôpital,

On remue ciel et terre et l'on joue carnaval ;

C'est à celui vraiment qui dira le premier

Ce qui ce roi glorieux a voulu terrasser.

Deux jours après, enfin, on le laisse partir,

Il revient au Palais et c'est pour y gésir.

Car à peine rentré, il s'est ici couché

Et du lit ne veut plus du tout se relever.

FIFI (Les larmes aux yeux)

Ce récit dramatique aux accents héroïques

Fait vibrer en mon sein la fibre pathétique.

Je ne puis concevoir que cette auguste tête

Que supporte ce corps digne d'un grand athlète,

Ait pu courber le front sous une telle attaque

Sans combattre un instant ce mal si démoniaque.

SCARLATINA

L'assaut fut si soudain, et fut si impromptu,

Qu'il ne sut résister et se trouva perdu.

ROSIE

Mais son état présent, est-il donc alarmant ?

SCARLATINA

Sans doute il peut bien l'être ; un évanouissement

De cette grippe, hélas, ne protège vraiment.

Mais j'entends quelques voix. Qui ose donc venir

Interrompre ma peine et troubler mes soupirs ?

(Apparaissent sur la gauche, La Madone des Déshérités, Lanlan et La Langoureuse Arielle, suivis par un huissier pas content du tout.)

* Diérèse SVP !

(A suivre)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Porky 76 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog