Magazine Journal intime

Qu'on leur tranche la tête

Par Moushette

Qu'on leur tranche la tête
C'est comme si on me re-tranchait l'utérus, mon coeur et ma tête avec.
Je suis démontée, à ramasser à la petite cuillère, courage à toutes (et à tous aussi les fils DES).
La justice ne sera jamais faite pour les victimes du Distilbène en France.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moushette 547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte