Magazine

L'amour persiste

Publié le 24 septembre 2009 par Joachim
Pour ceux que ça intéresse, vous pourrez retrouver ma prose (aussi bien que les dessins de ce blogueur-ci et les cartes postales de ce blogueur-là) au sommaire du numéro 4 de Criticat, une revue d'architecture "qui ne s'adresse pas qu'aux architectes".

La preuve, c'est que j'y parle essentiellement de cinéma, plutôt d'un film de seulement 20 minutes que j'ai dû voir sept, huit, dix fois et qui à chaque fois, me met par terre : L'amour existe (Maurice Pialat 1961), cartographie sensible et rageuse de la banlieue parisienne. Si vous ne l’avez pas vu, c’est là, toutes affaires cessantes. Pourquoi l'envie de reparler d'un tel film aujourd'hui ? Parce qu'à l'heure où les plus éminents architectes, urbanistes et penseurs sont invités à penser le Grand Paris, le film de Pialat rappelle que le développement de cette métropole capitale de plus de 10 millions d’habitants est une vieille histoire et que le manque de partage entre le centre et sa périphérie est tel que ce n’est pas tout de suite que le retard sera comblé. L’ingratitude des relations ! Grand thème de Pialat, ici brillamment abordé pour la première fois. Reste qu’avant d’ausculter ces nœuds relationnels au sein des couples et des familles, Pialat savait les mettre à jour entre les villes. Prophétique et atemporel, le film n’a rien perdu de sa force.

Autre détail troublant (que je ne suis pas le premier à remarquer), ce raccord mental entre les derniers plans du film et l’image la plus fameuse de Pialat, il y a une vingtaine d’années dans un certain palais des congrès du Sud de la France :

L'amour persiste
L'amour persiste

L'amour persiste

« La main de la gloire qui ordonne et dirige, elle aussi peut implorer. Un simple changement d’angle y suffit. » Ce sont les derniers mots de L’amour existe, révélant la polysémie des attitudes apparemment figées dans la pierre : pitié et douleur derrière la gloire, mais aussi élans d’insurrection derrière le figé du monumental. Pour Pialat cinéaste, derrière les honneurs, la persistance de l’intranquillité. Derrière la grisaille de son court-métrage, l’amour persiste et les élans demeurent vifs. Forza !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Maurice Druon pas si immortel que ça

    Maurice Druon immortel

    Auteur à succès, romancier, essayiste, homme politique mais avant tout, académicien, Maurice Druon était la « mémoire de l’Académie » selon les mots de son... Lire la suite

    Par  Sylvainrakotoarison
    SOCIÉTÉ
  • Maurice Druon

    A l'occasion du décés de Maurice Druon voici le texte du Chant des partisans dont il est l'auteur suivi d'une video de Youtube dans laquelle Anna Marly chante c... Lire la suite

    Par  Jpryf1
    A CLASSER
  • amour banni

    éteins cette lumière qui brule ma cornée, les larmes assassines dont mes yeux sont gorgés, dispersent l'amertume d'un vie trop rangée, de n'avoir vécu et... Lire la suite

    Par  Plouf
    POÉSIE, TALENTS
  • Pourquoi les "réformes" passent mal : Sarkozy n'est pas si malin

    On ne peut pas réformer la France. Les français sont trop attachés à l'État jacobin. C'est l'immobilisme, le conservatisme bien pensant de gauche, forme bien... Lire la suite

    Par  Omelette Seizeoeufs
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Maurice Dommanget

    Maurice Dommanget

    Il m’arrive assez souvent de relever la parution, chez l’éditeur marseillais « Le mot et le reste », d’ouvrages consacrés à la musique rock et jazz. Lire la suite

    Par  Jeanyvessecheresse
    A CLASSER
  • Délit de Solidarité : Besson persiste à l'assemblée...

    Besson à l'Assemblée sur le délit de solidarité ... Depuis trois semaines, le successeur de Brice Hortefeux continue de soutenir que « le délit de solidarité... Lire la suite

    Par  Forrestgump54
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Amour inventé

    Je tombe sur une inattendue phrase d’Histoire de la Russie et de son empire, de Michel Heller : Or, l’on sait que, sans la promotion de la littérature, l’amour... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI

A propos de l’auteur


Joachim 239 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog