Magazine Culture

Guyotat #7

Publié le 25 septembre 2009 par Menear
Le Tombeau suite et fin, même si pas réellement. Fuite, hostie et napalm.
Kment prend Giauhare à la taille ; la fille lui caresse son sexe durci, ils traversent les nefs dévastées, les serpent se jettent sur les jambes de Kment ; le garçon, Giauhare renversée dans ses bras, saute dans les herbes sèches. La mer déborde ; la pluie sur les montagnes brûlées, déchirées, napalmées, gonfle les sources, emporte les familles des villages empuantis, roule dans les rues les cadavres d'enfants que leurs mères nourrissaient avec du crottin, roule et lave les cadavres mutilés des enfants d'Elö, éclabousse, comme le feu, sur la forge des galets, crépite sur les tôles noircies ; sur les plages, creuse le sable, roule les écorces, les os, les cordes, crible la mer, s'enflamme au ressac.
Kment court dans la haute ville, ses pieds nus s'enfoncent dans la boue sanglante qui sort des villas pillées, des jardins éventrés, il serre Giauhare dans ses bras, la main de la fille couvre son front ; une porte bat sous le dôme de la cathédrale, Kment y plonge : un jeune diacre échappé au massacre, prie, la tête entre ses mains, agenouillé sur un petit banc ; Kment traverse la crypte, il monte jusqu'à l'autel, le jeune diacre lève les yeux, Kment ouvre le tabernacle d'une main, l'autre retenant Giauhare renversée, les seins découverts et la robe enfoncée, ruisselante, entre les cuisses ; Kment, les reins cambrés, serre le ciboire dans son poing, il l'ouvre, il prend deux grandes hosties, il en mange une, l'autre, il l'enfonce entre les lèvres de Giauhare ; le jeune diacre recule vers le fond de la crypte ; Kment prend deux autres hosties, en met une dans la poche de sa chemise, l'autre, sous la robe de Giauhare, entre les cuisses ; puis, il redescend, Giauhare, réveillée, mâche l'hostie ; Kment sort, court sous la pluie, il avale l'hostie, il court jusqu'à Titov Veles, s'écroule au pied de la roche des esclaves, couche Giauhare sur l'herbe ruisselante et glacée, se couche sur elle, souffle sur son visage, Giauhare caresse les tempes de Kment :
- Un enfant bouge en moi depuis ce matin : Touche. C'est le dernier né du monde, et c'est un rat qui l'a fait.
Pierre Guyotat, Tombeau pour cinq cent mille soldats, L'imaginaire, P.482.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Guyotat #5

    C'est un passage qui illustre parfaitement l'esthétique Guyotat, du moins dans Tombeau pour cinq cent milles soldats, qui est abyssal. Ici les corps débités ne... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Guyotat #6

    Le Tombeau, suite. Un extrait où l'humour est présent, parfois grotesque. Un décalage avec la masse informe de texte qui suit et précède où l'on retrouve... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Guyotat #2

    Voilà, ça y est, j'ai trouvé ce que je pourrais faire étudier à mes p'tits monstres en poésie si jamais ils me gonflent trop. Blague à part, si pas mal de... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Guyotat #1

    Masse suffocante et boucherie glaciale qui pourtant ouvre sur cette dernière « phrase » (parole plutôt) chargée d'un érotisme palpable (pressée entre le... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Vide et plein

    Vide plein

    Le blog est bien silencieux ces temps-ci... J'ai déserté ces pages depuis un moment. Un passage à blanc, non pas à vide dans le réservoir d'idées toujours plein... Lire la suite

    Par  Detoursdesmondes
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • « Tous complices » – Nicci French

    Tous complices Nicci French

    Encore une pépite de brocante (décidément, je devrais faire ça plus souvent) que je vous présente dans cette nouvelle chronique lecture. Lire la suite

    Par  The Cosmic Sam
    CULTURE
  • Haiku Kurouchi forge artisanale

    Haiku Kurouchi forge artisanale

    Un peu d'histoire. Au début est le minerai de fer. Celui-ci se carbure lorsque brûlé sur du charbon de bois. Le charbon dégage du monoxyde de carbone au... Lire la suite

    Par  Chroma
    ASIE, CULTURE, MANGA

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine