Magazine Société

Le défi des gangs de rue

Publié le 26 septembre 2009 par Raymondviger

Chantale Fredette, Centre jeunesse et gangs de rue

Chantal Fredette est criminologue au Centre jeunesse de Montréal. Avec 3 collègues, elle a rédigé en 1998 un rapport sur les gangs de rue, commandé par la police de Montréal. Les chercheurs ont découvert que les jeunes solidement attachés à leurs parents, à leur école, à des amis et à leur communauté risquent moins d’adhérer à un gang de rue. D’où la nécessité d’impliquer tous les acteurs de la région concernée, police, écoles, familles, ville, gouvernement, milieu judiciaire, milieu communautaire, CLSC. Ensemble, ils peuvent combler les besoins d’appartenance, de valorisation et de protection que certains vont chercher dans les gangs de rue. «La solution aux gangs de rue, ce n’est pas juste la responsabilité de la police mais de tout le monde. Du citoyen au premier ministre du Québec», plaide Mme Fredette.

Harry Delva, Maison d’Haïti et gang de rue

«Pour l’instant, chacun rame de son côté. On est pas encore rendu à la perfection, mais c’est en train de s’améliorer. Il y a 6 ou 7 ans, c’était n’importe quoi», note Harry Delva, coordonnateur de la Maison d’Haïti, un organisme communautaire offrant des activités aux jeunes. M. Delva constate une ouverture récente des différents acteurs. «Les écoles et les CLSC acceptent le partenariat. On se dit que oui, c’est vrai, on intervient avec le même jeune.»

Les gangs de rue touchent 10% des jeunes

La criminologue Chantal Fredette n’est pas aussi optimiste. «On a pas encore trouvé une façon de travailler ensemble. On a pas les moyens de nos ambitions. On tire partout. On fait n’importe quoi. Ça m’inquiète, s’emporte-t-elle. Les gangs de rue, ça touche 10% des jeunes. Il faut aborder la pauvreté, pas juste les gangs de rue.»

Chantale Fredette propose de contrer l’attrait des gangs de rue en prenant de front plusieurs problèmes sociaux. «Ce qui marche pour les gangs de rue va marcher pour le taxage, la drogue, la violence, le décrochage scolaire, la prostitution. Pourquoi alors financer des problématiques plutôt qu’un programme dirigé sur le jeune?», demande-t-elle, dénonçant cette pensée à court terme. «On est dans la mode. C’est tendance de parler gangs de rue. Mais l’an prochain, on ne va parler que d’hypersexualisation. Pas de gangs de rue. Et on ne fera pas de liens entre les autres problématiques comme la faible estime de soi et la prostitution…», déplore Mme Fredette, découragée. Mais son enthousiasme ressurgit aussitôt. La battante refait surface. «Ce qui me réconcilie, c’est que je suis en contact avec des intervenants extraordinaires qui ont la volonté de changer les choses.»

Jean Baraby, police de Montréal et gang de rue

Une approche concentrée sur le jeune? Harry Delva n’est pas tout à fait contre. «C’est sûr que ce serait intéressant de pouvoir l’axer sur le jeune. Mais qui dit jeune dit famille. Il faut un projet qui peut aider le jeune dans la famille.» L’inspecteur Jean Baraby, de la police de Montréal, interpelle les parents, facteur le plus susceptible d’empêcher le jeune d’adhérer à un gang de rue. «Intéressez-vous à vos enfants. Dites-leur: t’es important pour moi. Valorisez les études!»

Bien qu’il ne veuille pas minimiser le phénomène des gangs de rue, l’inspecteur Baraby tient à rappeler que, malgré la visibilité des gangs de rue dans les médias, il ne faut pas voir derrière tout jeune un membre de gang de rue. «On a des énergies à mettre dans la lutte contre les gangs de rue, mais il y a toujours bien 99% des jeunes qui fonctionnent bien.»

Et malgré le bon vouloir de tous, du citoyen au premier ministre du Québec, le jeune a un gros mot à dire. «Tant que le jeune n’a pas décidé par lui-même de quitter le gang de rue, il n’arrivera rien», observe Harry Delva. Un argument de plus pour concentrer les ressources sur le jeune?

Dossier Gang de rue.

Les filles dans les gangs de rue


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Al Gore sait lire…

    Gore sait lire…

    Tiens, je tombe sur une nouvelle … constermusante : consternante parce qu’elle montre à quel point les hommes politiques sont d’éternels foutriquets qui ne... Lire la suite

    Par  H16
    SOCIÉTÉ
  • Al dente !

    dente

    Le dénigrement c’est comme l’ail : mauvais pour l’haleine, très bon pour les veines Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Boubaker Al Yadib

    est un blogueur Marocain de Guelmim, ville d’environ 110 000 habitants du sud du Maroc. Il dirige également l’association berbériste locale, Tamaynut. Lire la suite

    Par  Graeme
    BLOG, INTERNET, SOCIÉTÉ
  • Centre d'examen

    D'Arcueil Notre Ministre Xavier Darcos est véritablement impitoyable. Nos malheureux candidats à l'agrégation n'ont pas eut la possibilité de se présenter à leu... Lire la suite

    Par  Xavier1
    A CLASSER
  • Al Pacino - Napoleon

    Pacino Napoleon

    Après des années d'attente, Al Pacino qui a toujours voulu endosser le costume de Napoleon va enfin jouer l'empereur, dans l'adaptation du livre pour enfants... Lire la suite

    Par  Newwavehooker
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • Petits déjeuners

    Petits déjeuners

    Des petits déjeuners pour tous les goûts par Bowhaus. Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Piks 232, 233 et 234

    j'ai vraiment beaucoup de mal à tenir à jour cette rubrique depuis que je les regroupe.... - mardi: 22h ventre en bas à droite 500mg paracétamol le soir et... Lire la suite

    Par  Pat La Fourmi
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Raymondviger 8607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine