Magazine Culture

Les écrivains qui ne lisent pas de littérature française (ça vous étonne?)

Par Lise Marie Jaillant

“Je ne lis quasiment exclusivement que de la littérature étrangère”, affirme Isabelle Condou, l’auteure de “La Perrita” (qui vient de sortir chez Plon). Notre ami Nicolas Fargues confie quant à lui qu’il lit “très peu de livres par an, pas plus de cinq ou six”.

Le triste constat est donc que nos écrivains lisent peu, ou pas de littérature française. Autrement dit, ils n’ont que peu d’intérêt pour la production de leurs amis de Saint Germain. Car à quoi bon s’efforcer de lire des trucs illisibles? Comme me le confiait un auteur lors d’un Podwrath, si on le lit pas, on n’a pas à être embarrassé quand on croise l’auteur dans un salon ou une soirée.

Une situation aussi ridicule – la production en série de livres illisibles – ne peut s’expliquer que par les disfonctionnements de l’édition française. A défaut de savoir comment sélectionner des auteurs lisibles, et donc “marketables”, les gate-keepers de Saint-Germain nous imposent les bouses de leurs amis. Mais sur le long terme, une telle pratique est autodestructrice. Car si les écrivains ne lisent pas les livres de leurs confrères, quel lecteur kamikaze va s’en charger?

(Certainement pas moi: je n’ai pas encore lu un seul livre de la rentrée, seulement des extraits qui ne m’ont pas donné envie d’aller plus loin. Par contre, je viens de lire “The Lifted Veil” de George Eliot: très bon!)

Sce de l’image


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines