Magazine Cinéma

Spectateur insolite pour comédie en mode nocturne

Par Tred @limpossibleblog
Mardi soir j’ai croisé l’insolite dans une salle de cinéma. Une chose à laquelle je ne m’attendais pas vraiment à assister un jour, même si après avoir regardé la scène amusé, je me suis dit après coup « Pourquoi pas ? ».
Spectateur insolite pour comédie en mode nocturneMardi donc, après avoir regardé le dernier volet de la fascinante série documentaire « Apocalypse », j’ai eu une soudaine envie de rire. De m’engouffrer dans un cinéma pour un film léger et décontracté, j’ai donc attrapé ma carte de cinéma et suis descendu à 22h30 aux Halles, un peu à l’improviste. Timing parfait pour aller voir Neuily sa mère !, la comédie phénomène de l’été (2 millions de spectateurs au compteur) sortie pendant mes vacances en Corée. Un des films que je ne pensais pas spécialement rattraper, mais qui en cette soirée semblait idéal pour se décontracter.
Je n’épiloguerai pas longuement sur les qualités de Neuilly sa mère, comédie plaisante qui, si elle ne brille pas par l’originalité cinématographique, a le mérite de se moquer ouvertement de l’ère Sarkozyste qui est la nôtre, certes sans trop de finesse mais avec aplomb. Est-ce ce ton irrévérencieux qui a attiré tous ces acteurs célèbres pour une courte participation, de Michel Galabru à Valérie Lermercier en passant par Josiane Balasko, François-Xavier Demaison et Elie Semoun ? Peu importe. De toute façon j’étais venu pour ce cher Denis Podalydès, qui non content d’être un grand comédien sur les planches est toujours un régal sur grand écran. Le genre d’acteur qui élève à lui seul l’intérêt et le niveau d’un film.
Si je n’oublierai pas cette séance de Neuilly sa mère !, comme je l’annonçais en préambule, ce ne sera donc ni pour les qualités du film, ni même pour ce cher Poda. Non, ce sera bien pour cet instant surréel, étonnant et assez magique, où calé dans mon fauteuil, je vis entrer en salle… une femme non-voyante, guidée par son chien et une jeune femme l’accompagnant. Cette inattendue petite troupe monta tranquillement les marches jusqu’en haut de la salle, où elle se posa.
La jeune femme qui voyait a-t-elle passé le film à décrire les images à la femme aveugle ? Ou bien celle-ci s’est-elle contentée du son ? J’étais trop loin pour m’en rendre compte. Et si je me suis cru un instant dans le court-métrage « Foutaises » de Jean-Pierre Jeunet, finalement, qu’est-ce qui empêcherait une personne non-voyante de prendre plaisir à déguster un film sur grand écran ?
Les séances nocturnes réservent parfois de drôles de surprises…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tred 1543 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines