Magazine Politique

Nicolas Sarkozy, directeur des programmes de France 2

Publié le 25 septembre 2009 par Radicallibre77

En voilà une qui se souviendra de son passage à New-york.

Arlette Chabot, directrice de l'information de France 2, s'est fait remontée les bretelles par le Chef de l'Etat, en personne, à la suite de son intervention, plus que complaisante, sur TF1 et France 2.

Selon Le point.fr, Nicolas Sarkozy, énervé par son collaborateur, chargé des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a passé ses nerfs sur la responsable de l'information de la chaîne publique, lui reprochant le manque d'émissions politiques sur le service publique, regrettant au passage une émission du type “L'heure de vérité”. Il en a aussi profité pour reprendre à son compte les griefs de l'UMP envers les chaînes nationales, en prétextant que le temps de parole de la majorité serait largement déséquilibré par rapport à celui de l'opposition.

Depuis la réforme de la désignation des responsables des chaînes de télévision et des radios publiques, le Chef de l'Etat détient, directement ou indirectement, un vrai droit de regard, voire de direction, sur la politique éditoriale de ces médias.

Nicolas Sarkozy, qui pouvait déjà compter sur les journaux et les télévisions amis, dirigés par des proches ou des élus de la majorité, sait qu'en mettant une pression croissante sur les rédactions des chaînes publiques, il mettra, d'une manière évidente, à mal l'objectivité de l'expression de ces mêmes rédactions.

Il n'a d'ailleurs nul besoin d'exercer de pressions directes, comme on a pu le voir lors de l'affaire de la vidéo Hortefeux, où la direction de Public-sénat a préféré auto-censurer des images compromettantes. Complaisance quand tu nous tiens.

Au temps de l'ORTF, il existait un ministère de l'information qui était chargé de faire respecter la voix de la France par le service publique d'alors. Aujourd'hui, ce ministère n'existe plus, et il n'aurait pas de raison d'être, puisque dans ce domaine, comme dans d'autres, c'est l'Elysée qui s'occupe de faire diffuser la bonne et vraie parole gouvernementale.

A cette situation de quasi monopole sur les ondes, la Droite s'apprête à ajouter la mise sous tutelle du reste de la presse. Au travers d'un plan d'aide publique de 600 millions d'euros, le gouvernement sarkozyste va influer directement sur le revenu publicitaire des journaux nationaux et régionaux. Une façon comme une autre de maîtriser l'indépendance de la presse.

Il y a un grave danger, au travers de ces exemples, sur la pluralité de la presse, de l'expression de l'opposition et sur l'objectivité et la crédibilité des journalistes. Il ne faut donc pas s'étonner du rôle de plus en plus important, pris par internet, avec parfois ses excès, mais qui reste aujourd'hui, un vrai domaine de liberté pour l'expression citoyenne. Mais sur lequel, le pouvoir voudrait aussi influer avec une volonté réelle de réglementation.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Radicallibre77 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine