Magazine Politique

Philosophie

Publié le 28 septembre 2009 par Elulocal

" Il vaut mieux une fin dans l'horreur, qu'une horreur sans fin. "
- Georges, artisan petite phrase.

Cette petite phrase assassine a sonné le glas d'un projet qui avait suscité une polémique durant plusieurs mois. Lors d'une réunion de la Communauté de Communes, le Maire d'une des collectivités n'avait pas attendu l'avis d'une assemblée délibérante (ni son propre conseil municipal, ni le conseil communautaire) pour rebâtir un édifice communal, en vue de le mettre à disposition de la communauté, pour un investissement conséquent (plus de 300000 euros pour la partie bâtie, et il aurait sans doute fallu plus de 30000 euros annuels de budget de fonctionnement), dans l'urgence, l'élu en question n'avait pas déposé de permis de construire (sur cet établissement censé recevoir du public, y compris scolaire) ... et avait bien évidemment engagé des dépenses pour plus de la moitié de l'enveloppe totale (en saucissonnant, par la même occasion, un marché public en prime).

Le Président de la Communauté de Communes, conscient que le vote sur le maintien de ce projet allait provoquer une grande colère et des pressions sur les élus des diverses communes réunies, proposa d'organiser un scrutin secret ( L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales). Les élus de la commune incriminée soutinrent indéfectiblement leur Maire, et des noms d'oiseaux commencèrent à voler.

Alors, Georges, Maire d'une autre commune, a gratifié de cette superbe phrase le public de la séance qui vit, peu après, l'abandon pur et simple de cette dépense presqu'aussi mégalomane que fantaisiste.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elulocal 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine